Article N° 6175

TÉLÉMÉDECINE

La télémédecine et la médecine tout court !

Abderrahim DERRAJI - 05 novembre 2018 11:51

Ces derniers temps, la télémédecine et la e-santé ont le vent en poupe au Maroc. Rien que la semaine dernière, deux rencontres ont été entièrement dédiées à la télémédecine et à la e-santé.

La première rencontre a été organisée, le mercredi dernier, par la Chambre britannique de commerce sous le thème «La digitalisation de la santé, le paradigme technologique».

Quant à la seconde rencontre, elle a eu lieu le vendredi dernier à l’ISACAE. Il s’agit de la première édition de la Journée de la santé, manifestation placée cette année sous le thème «Le digital au service de la santé».

Ces deux manifestations ont permis de mettre en avant l’apport de ces nouvelles technologies dans la mise en place d’un parcours de soins garantissant une prise en charge optimale du patient.

L’année 2018 sera, sans doute, l’année de la télémédecine au Maroc, d’une part, par ce que le décret n° 2-18-378 relatif à la télémédecine a été adopté le 25 mai dernier et, d’autre part, par ce que la Société marocaine de télémédecine (SMT) a organisé son assemblée générale constitutive le 13 juin dernier à Rabat.

Ces deux ingrédients et la volonté avérée du ministère de la Santé ont permis la mise en place de sites de télémédecine dans trois régions : Zaouïat Ahensal (province d'Azilal), village d’Anfgou et Imilchil (province de Midelt).

Les habitants de ces trois régions ont commencé à bénéficier de téléconsultations assurées à distance par des enseignants relevant de l'Université Mohammed VI des sciences de la santé basée à Casablanca.

Les initiateurs de ce projet réalisé dans le cadre d’un partenariat public-privé, ambitionnent la couverture de 160 communes rurales dont la population est estimée à près de 2 millions de personnes vivant dans les zones enclavées du Royaume.

Ces téléconsultations vont, à n’en point douter, contribuer à réduire l’iniquité en matière de soins, ce dont on ne peut que se féliciter. Mais, notre emballement ne devrait pas nous faire oublier que la télémédecine n’est pas la panacée, et elle ne peut, à elle seule, venir à bout de tous les maux dont souffre la santé au Maroc. L’iniquité aux soins sévit même au sein de nos grandes villes. Il est temps de se pencher sérieusement sur la qualité des prestations assurées par nos structures de soins et sur les moyens à déployer pour accélérer la généralisation de la couverture médicale.

Source : PMA