10ème Congrès A3P
10ème Congrès A3P

Interview de Mme Y. LAHLOU FILALI Présidente d'A3P MAROC

Ruptures de stock
Ruptures de stock

Présenté par M. Rachid Lamrini lors du 10ème Congrès A3P

Interview de M. Jean-Yves GAL DG de Servier Maroc
Interview de M. Jean-Yves GAL DG de Servier Maroc

Servier-Stéripharma : Un rapprochement gagnant-gagnant

LES PRIORITES DE LA LUTTE CONTRE LES MALADIES RARES
LES PRIORITES DE LA LUTTE CONTRE LES MALADIES RARES

PREMIERE JOURNEE NATIONALE DES MALADIES RARES

Vidéos de formation continue
Vidéos de formation continue

Cours développé par notre partenaire ACTe RX

CU & DU
CU & DU

Université Internationale Abulcasis des Sciences de la Santé

Diplômes universitaires
Diplômes universitaires

préinscriptions ouvertes

À la une

INH

Dr. Mohamed RHAJAOUI nommé membre de la Société internationale des maladies infectieuses (ISID). Abderrahim DERRAJI - 20 avril 2018 11:01
Dr. Mohamed RHAJAOUI nommé membre de la Société internationale des maladies infectieuses (ISID).

Le directeur de l’Institut national d’hygiène, le Dr. RHAJAOUI, vient d’être  nommé membre du Conseil de la Société internationale des maladies infectieuses (ISID).

Cette institution, qui a été vu le jour en 1986 suite à la fusion entre le Congrès international sur les maladies infectieuses (CIID) et la fédération internationale des maladies infectieuses et parasitaires (IFIPD), s’est assignée comme objectifs d’améliorer les soins aux patients atteints de maladies infectieuses, de promouvoir la formation des cliniciens et des chercheurs en maladies infectieuses et en microbiologie, et lde lutter contre les maladies infectieuses à travers le monde.

Le Conseil qui a été rejoint par Dr. RHAJAOUI apporte l’aide nécessaire au comité exécutif pour que l'ISID puisse  mener à bien ses missions. Le mandat du conseil est de six ans. 

 

Lire la suite

NATIONS UNIES

Philippe Douste-Blazy en visite au Maroc Abderrahim DERRAJI - 18 avril 2018 18:12
Philippe Douste-Blazy en visite au Maroc

D’après un communiqué du ministère de la Santé,  le ministre de la Santé, Anass DOUKKALI, a reçu aujourd’hui, Philippe Douste-Blazy, Conseiller spécial du Secrétaire Général des Nations unies, chargé des financements innovants.

D’après ce même communiqué, cette rencontre a pour objectif de discuter de la coopération triangulaire avec les pays africains ainsi que du développement de l’informatisation des systèmes de santé.

Dans un premier lieu, le ministre de la Santé, tout en rappelant l’importance de l’accès universel aux soins de santé primaire au Maroc et en Afrique, il a mis en exergue les différents défis à relever notamment en matière de lutte contre les maladies transmissibles et la malnutrition chronique et pour pallier au manque de moyens humains et financiers dont souffre le système de santé.

Les deux parties ont échangé autour des moyens à mettre en place pour la réalisation effective d’une couverture sanitaire universelle. Le volet organisationnel avec le développement de la médecine de famille, de la télémédecine et le suivi du parcours du patient ainsi que le volet financier en particulier la maximisation des fonds internationaux dédiés à l’amélioration du secteur ont été évoqués.

Philippe Douste-Blazy et Anass Doukkali ont tous les deux mis l’accent sur l’importance de l’informatisation du système de santé pour pouvoir aboutir à une organisation interconnectée et interopérable permettant l’identification du patient, son suivi ainsi que la traçabilité des médicaments.

Le ministre de la Santé a insisté avec acuité sur l’importance qu’accorde le Maroc à la coopération Sud-Sud.

Cette rencontre a aussi été l’occasion de discuter du projet de conférence des ministres africains de la santé qui devrait être organisé au Royaume du Maroc dans le courant de l’année et qui aura pour objectif l’amélioration du secteur de la santé publique en Afrique et le développement des programmes de santé publique. 

Lire la suite

MALADIE COELIAQUE

L’AMIAG ORGANISE LA 5ème Journée nationale de la maladie cœliaque Rédaction - 18 avril 2018 17:48
L’AMIAG ORGANISE LA 5ème Journée nationale de la maladie cœliaque

L’Association marocaine des intolérants et allergiques aux gluten « AMIAG » organise le samedi 21 Avril 2018 à partir de 14h à l’Université Mohamed VI des Sciences de la Santé de Casablanca, la 5ème Journée nationale de la maladie cœliaque sur le thème « La maladie cœliaque et ses complications». Cette manifestation commémore par la même occasion la journée mondiale de la maladie cœliaque célébrée, chaque année le 18 Mai.

La maladie cœliaque se caractérise par une intolérance au gluten, une protéine contenue dans de nombreuses céréales (blé, seigle, orge, épeautre). Cette intolérance provoque une destruction des villosités de l’intestin grêle.

Dans sa forme typique, la maladie se déclare chez le nourrisson après l’introduction du gluten et provoque une diarrhée, un ballonnement abdominal ainsi qu’une cassure de la courbe du poids et de la taille. Cependant, la majorité des cas sont actuellement diagnostiqués à la faveur de formes  atypiques, s’accompagnant de façon paradoxale d’une constipation ou d’une  obésité,  ou encore  de manifestations extra-digestives : aphtes buccaux,   dépression ou  troubles de la concentration et de la mémoire.

Le diagnostic peut s’effectuer également à la faveur des nombreuses et diverses complications de la maladie : nutritionnelles (retard de croissance chez l’enfant, dénutrition, carences vitaminiques), sanguines (anémie), osseuses (déminéralisation osseuse et fractures), gynécologiques (stérilité chez l’homme et la femme, fausses couches à répétition), complications au niveau du cœur et des vaisseaux par la formation des caillots de sang, neurologiques (épilepsie, troubles de l’équilibre, atteinte des nerfs périphériques), et hépatiques (élévation des enzymes hépatiques, cirrhose).

La maladie cœliaque est associée à un sur-risque d’autres maladies auto-immunes (diabète type I, inflammation de la thyroïde) et surtout de cancer (cancer des voies digestives supérieures ou cancer du foie).

Le régime sans gluten à vie est le seul remède de la maladie, Il protège en grande partie de la survenue de la plupart de ses complications.

L’AMIAG, dans sa vocation de sensibilisation et d’information sur cette maladie, organise cette manifestation avec un programme riche et diversifié qui portera notamment sur les complications de la maladie et en particulier la sprue réfractaire, une forme de la maladie qui résiste au régime sans gluten et qui peut évoluer vers un cancer digestif. Elle connaitra la participation d’intervenants de différentes disciplines. ( Programme )

À la clôture de l’événement et grâce en grande partie au sponsoring du Rotary Club Casa Hermitage, près d’une dizaine de machines à moudre les graines naturellement sans gluten (maïs, riz, millet et Quinoa) vont être distribuées aux familles nécessiteuses adhérentes à l’association.

* ENTREE LIBRE ET GRATUITE :

Informations pratiques :
ENTREE LIBRE ET GRATUITE :  invitation 
Organisateurs : AMIAG en partenariat avec l’Université Mohamed Vi des Sciences de la Santé
Date : Journée le 21 avril 2018 de 14 H 00 à 18 H 00
Lieu : Université Mohamed VI des Sciences de la Santé (UM6SS) de CASABLANCA Anfa City Boulevard Mohammed Taïeb Naciri - Commune : Hay Hassani – CASABLANCA
Lien 

 

Lire la suite

METHOTREXATE

Méthotrexate : attention aux erreurs posologiques Abderrahim DERRAJI - 17 avril 2018 16:35
Méthotrexate : attention aux erreurs posologiques

Le comité d'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l'Agence européenne du médicament (EMA) a prévu dans son ordre du jour de la session du 9 au 12 avril 2018, l’étude des erreurs de posologie observées chez les patients sous méthotrexate.

En effet, le méthotrexate  est indiqué dans la prise en charge des maladies inflammatoires, notamment la polyarthrite rhumatoïde, l’arthrite juvénile idiopathique, le psoriasis et l’arthrite psoriasique à raison d’une dose par semaine. Par contre, la dose et la fréquence sont plus élevées en cas de cancer. C’est ce qui explique en partie les erreurs observées chez certains patients qui ont du recevoir une dose quotidienne au lieu d’une dose hebdomadaire avec des conséquences graves dans certains cas, voire des décès.

Bien qu’il soit connu, ce risque d'erreurs posologiques grave persiste malgré les mesures prises dans de nombreux pays européens. C'est la raison qui a poussé l'Autorité espagnole de réglementation des médicaments (AEMPS) à demandé au PRAC de réexaminer les raisons pour lesquelles les erreurs de dosage continuent à se produire, afin de les identifier et de mettre en place des mesures afin de les prévenir.

Lire la suite

CURACNÉ

CURACNÉ : MAPHAR rappelle les conditions de son utilisation Abderrahim DERRAJI - 16 avril 2018 11:54
CURACNÉ : MAPHAR rappelle les conditions de son utilisation

Dans une lettre adressée aux professionnels de santé, le laboratoire Maphar rappelle les conditions de prescription et de délivrance du Curacné chez les patientes en âge de procréer.

Ce produit est contre-indiqué chez la femme enceinte et, en l'absence de moyen de contraception efficace, chez la femme en âge de procréer.

Les femmes en âge de procréer doivent suivre une contraception efficace qu'elles doivent démarrer au moins un mois avant l'instauration du traitement par Isotretinoine poursuivie pendant toute la cure et pendant 1 mois après l'arrêt du traitement.

Cliquez sur le lien pour en savoir plus : https://pharmacie.ma/uploads/pdfs/curacne_--.pdf

Lire la suite

Autres articles

Le président du CNOP tire la sonnette d’alarme

Lors de la quatrième édition du Grand Salon international des pharmaciens du Sud qui s’est déroulé le weekend dernier à Agadir, M. Hamza GUEDIRA, président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, a prononcé un discours par lequel il a rappelé que tout le secteur a accompagné dans une démarche citoyenne inégalable la mise en place de la couverture sociale généralisée afin de «concourir à son succès !» Il a rappelé que les instances professionnelles attendent toujours les mesures de compensation promises par l’administration à même de réduire l’impact de la baisse des prix des médicaments sur l’économie de la pharmacie. «Nous sommes apparemment l’unique secteur de l’économie nationale qui ne peut prétendre qu’à la baisse des prix, ce qui est une aberration anti-économique faisant ainsi abstraction à la loi du marché qui est régi par l’offre et la demande», a déclaré le président du CNOP. Et d’ajouter : «Il faut que nos décideurs politiques s’imprègnent de la situation catastrophique du secteur qui vit des heures sombres puisque nous avons perdu 50% de notre pouvoir d’achat et plus de 75% de nos confrères officinaux vivent avec moins de 6.000 DH par mois, sans compter les désagréments de gestions liés aux personnels, aux fournisseurs et aux impôts ! Nous sommes devenus des comptables plus que des professionnels de santé !» Avant de conclure, il a également déclaré : «Nous nous posons sérieusement des questions sur notre rôle dans le système de santé et restons perplexes quant à la position de l’administration qui ne donne aucune suite à nos doléances !» Et pour finir, il a exhorté l’ensemble des professionnels à poursuivre leurs efforts pour qu’ils soient à la hauteur de la mission qui leur incombe.

Abderrahim DERRAJI - 16 avril 2018 07:34
Rupture de stock : et si on pensait d’abord aux malades !

Pas une semaine ne passe sans que les pharmaciens ne soient confrontés à de nouvelles ruptures de stock. Quand ces dernières concernent des médicaments disposant d’une alternative thérapeutique, le pharmacien s’arrange avec le prescripteur pour trouver une solution pour le patient. Mais dans beaucoup de cas, l’absence d’un traitement équivalent et d’informations au sujet de la durée de la rupture de stock se traduit sur le terrain par un vrai parcours du combattant pour le malade. Ce dernier doit faire le tour des pharmacies dans l’espoir d’y trouver de quoi tenir jusqu’à la remise sur le marché du produit en rupture. Et en dehors de quelques privilégiés qui peuvent importer leur traitement de l’étranger, la plupart des malades arrêtent tout simplement leur médication avec des conséquences qui peuvent être dramatiques. Pour étudier cette problématique, A3P Maroc a prévu dans son riche programme de la dixième édition de son Congrès annuel, qui s’est tenue les 12 et 13 avril à Marrakech, une conférence qui a eu pour thème «Les ruptures de stock au Maroc – Cadre réglementaire et perspectives d’évolutions». Cette conférence* a mis en avant les causes des ruptures de stock, leurs risques ainsi que leur cadre réglementaire. Lequel cadre impose aux établissements pharmaceutiques de détenir un stock de sécurité des médicaments qu'ils fabriquent, importent ou distribuent pour assurer l'approvisionnement normal du marché. Malheureusement, cette disposition contraignante, qui est aussi difficile à mettre en place qu’à contrôler, ne prévoit pas un traitement spécial pour les médicaments ayant un intérêt thérapeutique majeur. Il est donc primordial d’actualiser l’Arrêté du 12 juin 2002 qui est devenu anachronique au regard de l’évolution que connaît le secteur de la pharmacie et du médicament. D’autres mesures peuvent être envisagées pour permettre un approvisionnement optimal du marché. Parmi ces mesures, il faut revoir à la hausse les prix de certaines spécialités à intérêt thérapeutique majeur et qui sont actuellement vendues à perte par les industriels. Faute de quoi, on risque de les voir disparaître du marché. L’information est également un élément clef. Le site internet mis en ligne par la Direction du médicament et de la pharmacie ne peut faire l’économie de donner une information exhaustive et actualisée sur l’état de stock des médicaments essentiels ou au moins informer à chaque fois qu’il y a une tension d’approvisionnement. In fine, sans une mise à jour du cadre réglementaire et sans la mise en place d’un système d’information performant, les professionnels de santé continueront à naviguer à vue et les malades passeront leur temps à chercher des médicaments essentiels dont certains vont, de plus en plus, se faire rares sur le marché ! * Conférence animée par M. Rachid LAMRINI, vice-président du Conseil de l’Ordre des pharmaciens fabricant et répartiteurs (COPFR). Lien de la présentation  : https://pharmacie.ma/uploads/pdfs/Rachid-lamrini-A3P-2018-2.pdf

Abderrahim DERRAJI - 16 avril 2018 07:30
Attention aux effets secondaires de la mélatonine!

Dans son rapport publié aujourd’hui, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses / France) recommande d’éviter la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine chez certaines personnes.  Les recommandations formulées par cette agence font suite à la notification d’effets indésirables qui pourraient être imputables à la consommation de compléments alimentaires contenant cette substance. En effet, Une analyse rétrospective de ces déclarations, renforcée par le niveau de consommation de ce type de compléments, a poussé l’Anses à entreprendre une évaluation des risques qu'ils induisent.  Dans son rapport, l’Anses a révélé que la consommation de la mélatonine doit être évitée dans certains cas ou au moins conditionnée par un avis médical. Il s’agit en particulier des femmes enceintes et allaitantes, des enfants et des adolescents, des personnes souffrant de maladies inflammatoires, auto-immunes, d’épilepsie, d’asthme, de troubles de l’humeur, du comportement ou de la personnalité, ainsi que des personnes suivant un traitement médicamenteux. L’agence déconseille également cette substance aux personnes devant réaliser une activité nécessitant une vigilance soutenue chez lesquelles une somnolence pourrait poser un problème de sécurité. La mélatonine qui est largement utilisée est une hormone sécrétée naturellement pendant la nuit dont une des fonctions physiologiques est de favoriser l’endormissement, mais l'usage de cette hormone n'est pas dénué de risques. L’Anses a reçu quatre-vingt-dix notifications d’effets indésirables très variés  notamment des symptômes généraux (céphalées, vertiges, somnolence, cauchemars, irritabilité), des troubles neurologiques (tremblements, migraines) et des troubles digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales). Comme il est de coutume, ces signalements ont été analysés individuellement et les conclusions ont été communiquées aussi bien aux déclarants qu’aux fabricants.   Suite à ces nombreux signalement, L’Anses s’interroge sur la place de la mélatonine sur le marché sous forme de complément alimentaire à des doses comparables à celles du médicament. Elle estime nécessaire qu’un cadre réglementaire harmonisé soit défini au niveau européen sur la base d’études de sécurité conduites pour des doses inférieures à 2 mg.  En attendant, elle exhorte les professionnels de santé à déclarer auprès du dispositif national de nutrivigilance tout effet indésirable qui peut être lié à la consommation de la mélatonine, comme elle recommande la mise en place d'un dispostif permettant une coopération internationale à même de suivre les effets indésirables associés à la consommation des compléments alimentaires.

Abderrahim DERRAJI - 11 avril 2018 14:38
Casablanca : nouvelle grille d'horaires

Par une circulaire datée du 29 mars 2018, le Conseil régional des pharmaciens d’officine du Sud (CRPOS) a annoncé aux pharmaciens de la Wilaya de Casablanca le contenu de l’arrêté gubernatorial n° 345 / 27 mars 2018. GMT : Du lundi au vendredi : 9H00 à 12H30 et de 15H30 à 20H00 Samedi : 9H00 à 13H00 GMT+1 : Du lundi au vendredi : 9H00 à 12H30 et de 16H00 à 20H30 Samedi : 9H00 à 13H00 Cet arrêté prévoit un horaire spécifique au mois de Ramadan et  interdit tout recours aux panneaux de signalisation. La circulaire du CRPOS dresse également la liste des jours fériés : 1er Moharam, Aïd Al Adha, Aïd Al Fitr, Aïd Al Mawlid, Fête du travail, fête du trône et fête de l’indépendance.  

Abderrahim DERRAJI - 10 avril 2018 19:40
Novartis met le grappin sur AveXis

Le laboratoire pharmaceutique Novartis déboursera la bagatelle de  8,7 milliards de dollars, soit 7,1 milliards d'euros pour pouvoir acquérir le spécialiste américain de la thérapie génique AveXis. La transaction vient d’être approuvée à l'unanimité par les conseils des deux entités. Novartis financera ce rachat en puisant dans les 13 milliards de dollars qu’il a récupéré en cédant ses parts dans la coentreprise de santé grand public à  GlaxoSmithKline (GSK). Par ailleurs, il compte boucler la transaction à la fin du premier trimestre 2018. AveXis a développé l'AVXS-101, à qui la FDA a attribué le statut de percée thérapeutique. En cas de succès ce traitement de l'amyotrophie spinale (SMA), AVXS-101 pourrait représenter un chiffre d’affaires de plusieurs milliards de dollars.  

Abderrahim DERRAJI - 10 avril 2018 16:54
Les médecins rendent hommage aux professeurs Moulay Driss Archane et Moulay Tahar Alaoui

Les médecins ont organisé, en marge de la deuxième assemblée générale du Conseil national de l'ordre des médecins (CNOM), une cérémonie pour rendre hommage à deux anciens présidents du CNOM. Il s’agit des professeurs Moulay Driss Archane et Moulay Tahar Alaoui. «Cette cérémonie constitue une reconnaissance envers deux brillantes personnalités du domaine de la médecine au Maroc et deux honorables présidents du CNOM qui ont porté, chacun à sa manière, le flambeau du Conseil et ont instauré son socle et ses nobles principes», a précisé le ministre de la Santé, Anas Doukkali. Et d’ajouter «La réputation du professeur Moulay Driss Archane et celle du professeur Moulay Tahar Alaoui, leur savoir, leurs compétences scientifiques et professionnelles ainsi que leur dévouement sont toujours reconnus» De son côté, le président en exercice du CNOM, Pr Houcine Maaouni, a indiqué que ses prédécesseurs sont deux figures emblématiques ayant marqué par leurs savoir et savoir-faire le domaine de la santé au Maroc.

Abderrahim DERRAJI - 10 avril 2018 11:01
Des retraits de lots à effet retard !

Le retrait des formules lactées du groupe Lactalis et le retrait de lot du Pédovex® ont, une fois de plus, soulevé la problématique de l’effectivité des retraits de lots des produits de santé au Maroc. En effet, le recours au courrier postal reste chronophage, incertain et coûteux. Or il s’agit là de retraits de produits potentiellement dangereux qui doivent être effectués dans un délai le plus court possible. Le problème ne se pose pas uniquement au Maroc. En France, par exemple, les instances ordinales ont contribué à la mise en place de modules intégrés dans les logiciels de gestion des officines permettant une diffusion à tous les pharmaciens de l’Hexagone en moins de 20 minutes. Malheureusement et malgré tous ces efforts, 25 procès-verbaux ont été dressés1 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) contre 25 pharmaciens qui n’avaient pas procédé au retrait des lots incriminés. En ce qui concerne le retrait de lot du Pédovex® au Maroc, on a eu l’agréable surprise de voir une jeune société éditrice2 de logiciel placarder l’information sur sa page d’accueil et prévoir un «message bloquant» évitant toute dispensation du Pedovex®. L’initiative mérite d’être saluée ,et devrait être généralisée à tous les éditeurs de logiciels. Les répartiteurs ont également diffusé l’information auprès de leurs clients. Là aussi, on n’a aucun moyen de savoir si tous les pharmaciens et leurs employés ont reçu l’information. En attendant la mise en place de l’Agence du médicament, le Conseil de l’Ordre, qui est particulièrement sensibilisé à cette problématique, pourrait, d’une part, envisager une collaboration avec les éditeurs de logiciels et les grossistes pour toucher le maximum de pharmaciens et, d’autre part, exploiter les plateformes d’e-mailing et d’expédition de SMS pour éviter que des lots dangereux continuent à être dispensés dans certaines officines. Le déploiement de ces outils est aisé et peu onéreux. Et même s’il l’était, avons-nous le droit de faire autrement ? 1 lien 2 Sobrus-Pharma : lien

Abderrahim DERRAJI - 09 avril 2018 17:17
L'action de OSE Immunotherapeutics s'enflamme!

Suite à la signature d'un accord de licence mondial avec Boehringer Ingelheim pour le développement du candidat-médicament OSE-172, l’action d'OSE Immunotherapeutics a augmenté de plus de 50%. OSE Immunotherapeutics, est une biotech basée à Paris spécialisée en cancérologie et dans les maladies auto-immunes qui a hérité de ce candidat-médicament à la suite de sa fusion avec la société Effimun. Cet anticorps monoclonal agit en bloquant un récepteur immunosuppresseur présent à la surface de certaines cellules cancéreuses. Il renforce de ce fait la capacité du système immunitaire à surveiller et identifier les tumeurs dans l'organisme.   Selon les termes du contrat conclu entre les deux entités, la firme allemande a versé la bagatelle de 15 millions d'euros à OSE à la signature de l'accord. 15 autres millions lui seront versé dès que ce candidat-médicament entrera en phase initiale (I) d'essai clinique.  

Abderrahim Derraji - 05 avril 2018 18:16
Amip Pharma Days 2018 : Systèmes de santé et indices de développement

La ville de Casablanca accueillera, Jeudi 12 avril 2018,  la troisième édition des «Amip Pharma Days». Lors de cette rencontre placée sous le thème : « Systèmes de santé et indices de développement», des responsables de différents départements ministériels et des experts nationaux et internationaux partageront avec l'assistance leurs expériences de mise en place de modèles des systèmes de santé et leur contribution à l’amélioration des indices de développement des nations. Par l’organisation de cette manifestation attendue et par la qualité des intervenants, l’Association marocaine de l'industrie pharmaceutique (AMIP) réaffirme sa volonté de s’ériger en une vraie force de proposition pour le secteur. Et du débat que vont susciter les différentes conférences programmées surgiront, sans nul doute, les pistes les plus à même d’améliorer notre système de santé. Ces voies ne peuvent faire l'économie de la mise en place d’un écosystème pharmaceutique et médical qui constitue la pière angulaire pour améliorer l'accès aux soins à toutes les franges de la population marocaine.

Abderrahim Derraji - 05 avril 2018 15:42
25 pharmaciens poursuivies par la DGC­CRF

Suite aux deux séries de contrôles menées par  la Di­rec­tion gé­né­rale de la concur­rence, de la consom­ma­tion et de la ré­pres­sion des fraudes (DGC­CRF / France) afin de vérifier le retrait de boîtes de lait Lactalis dans des supermarchés, des pharmacies, des crèches ou des hôpitaux, 25 procès-verbaux ont été dressés sur les 57 pharmaciens épinglés. Ces procès-verbaux concernent les pharmacies qui disposaient encore dans leur espace de vente de lots sensés être retirés du marché. Les autres procès concernent le manquement au devoir d’affichage.   Dans le cas où des phar­ma­ciens ont sciem­ment main­tenu en rayons les lots en question, la qua­li­fi­ca­tion de « trom­pe­rie ag­gra­vée » pourrait être re­te­nue. Et comme l’a déclaré la présidente du Conseil de l’Ordre, ces officinaux risquent également des poursuites disciplinaires.  

Abderrahim DERRAJI - 03 avril 2018 16:21