Note - Ministère de la Santé
Note - Ministère de la Santé

Simplification des modifications de l'AMM

CIRCULAIRE 977 DMP /D/ 18
CIRCULAIRE 977 DMP /D/ 18

Respect du circuit légal des médicaments et des produits de santé

Vidéos de formation continue
Vidéos de formation continue

Cours développé par notre partenaire ACTe RX

Diplômes universitaires
Diplômes universitaires

préinscriptions ouvertes

À la une

LOI-98-18

Loi 98-18 : Le diable est dans le détail ! Abderrahim Derraji - 22 mai 2022 18:49
Loi 98-18 : Le diable est dans le détail !

Les pharmaciens d’officine qui ont été rassurés au sujet de l’évolution du projet de Loi 98-18, après la réunion tenue au parlement le 19 avril 2022, le sont moins depuis qu’ils ont pris connaissance d’une mouture de cette loi circulant actuellement sur les réseaux sociaux. Cette version laisse penser que certaines propositions logiques et évidentes émanant des pharmaciens risquent de passer à la trappe.

À titre d’exemple, le vote par correspondance, qui a fait couler beaucoup d’encre par le passé, pourrait à nouveau être «réhabilité». C’est à croire que les personnes souhaitant le maintenir ne sont pas au fait de l’impact négatif qu’a eu ce vote sur le fonctionnement de nos instances ordinales et sur toute la profession.

En effet, nul ne peut ignorer les opérations de troc de bulletins qui se déroulaient lors des élections de nos Conseils régionaux. Ces pratiques répréhensibles avaient longtemps privé la profession de pharmaciens compétents au détriment de pharmaciens passés maîtres dans le ramassage de bulletins vierges. Ce n’est qu’après la promulgation de la Loi n° 115-13 portant dissolution des Conseils régionaux des pharmaciens d’officine du Nord et Sud qu’on a été débarrassé du vote par correspondance.

Les personnes souhaitant maintenir ce type de vote l’ont probablement fait de bonne foi en pensant à la pandémie qui a été en partie à l’origine du report des élections des deux Conseils régionaux des pharmaciens d’officine. Cela dit, ces élections n’ont toujours pas eu lieu même si la situation sanitaire est quasiment redevenue normale !

En réalité, il y a une confusion entre le vote par correspondance et le vote électronique. Ce dernier permettrait aux pharmaciens de voter en toute sécurité à chaque fois que le déplacement devient compliqué ou impossible comme ça a été le cas lors du confinement strict. Ce vote s’accompagnera automatiquement d’une augmentation du nombre de votants et pourrait, de ce fait, renforcer la démocratie au sein de nos instances.

On peut, certes, craindre une exploitation malsaine des techniques de l’information et de la communication, mais le recul dont disposent d’autres organismes et institutions peut nous aider à mettre en place les garde-fous nécessaires pour éviter d’éventuels dérapages.

La version du projet de loi de régionalisation qui circule depuis peu sur la Toile n’exclut pas la mise en place de l’Instance permanente de consultation et d'accompagnement (IPCA) ou une version plus «soft» de celle-ci. Cette instance, qui n’existe chez aucune autre profession disposant d’un Conseil de l’Ordre, n’est rien d’autre qu’une mise sous tutelle déguisée de la profession.

In fine, on peut en soignant les formes expliquer ces manœuvres par une méconnaissance du fonctionnement des Conseils. Mais la tentation de croire qu’il s’agit de manœuvres entreprises sciemment avec des objectifs bien précis est également bien présente !

Lire la suite

PAXLOVID

États-Unis : le Sars-Cov-2 est toujours là, mais «moins de décès» grâce au Paxlovid Abderrahim Derraji - 22 mai 2022 18:47
États-Unis : le Sars-Cov-2 est toujours là, mais «moins de décès» grâce au  Paxlovid

D’après les dernières données publiées par l’Université John Hopkins de Baltimore, 524.056.687 personnes ont été affectées par la Covid-19 avec 6.273.624 décès. Durant les quatre dernières semaines, les États-Unis ont enregistré 2.189.178 nouveaux cas de Covid-19 suivis par l’Allemagne et la France qui ont enregistré respectivement 1.991.831 et 1.251.137. Quant aux décès liés à la Covid-19, les États-Unis arrivent là aussi en tête avec 10.577 victimes suivis par le Royaume-Uni (4.888) et l’Allemagne (4.283).


Aux États-Unis, le Paxlovid est prescrit larga manu. Selon la Maison Blanche, 20.000 patients bénéficient chaque jour de cet antiviral mis sur le marché par le laboratoire Pfizer. D’après les autorités américaines, ce nouveau traitement permet de limiter l’impact de la hausse actuelle des contaminations. Sur les 100.000 cas journaliers aux États-Unis, le nombre de décès déclaré ne dépasse pas les 250. 

Lire la suite

DUPIXENT

Sanofi : La FDA approuve Dupixent® dans la prise en charge de de l’œsophagite à éosinophiles de l’adulte et de l’enfant à partir de 12 ans Abderrahim Derraji - 22 mai 2022 18:46
Sanofi : La FDA approuve Dupixent® dans la prise en charge de de l’œsophagite à éosinophiles de l’adulte et de l’enfant à partir de 12 ans

D’après un communiqué du 20 mai 2022, le laboratoire Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA – États-Unis) vient d’approuver l’utilisation de Dupixent® (dupilumab) 300 mg une fois par semaine pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles des patients à partir de l’âge de 12 ans et pesant au moins 40 kg.

Dupixent devient, de ce fait, le premier et le seul médicament expressément indiqué pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles aux États-Unis. La demande d’approbation dans cette même indication est actuellement examinée par l’Agence européenne des médicaments. Des soumissions réglementaires ailleurs dans le monde sont également prévues d’ici à la fin de 2022.

«Nous attendons depuis longtemps un médicament approuvé par la FDA pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles, une maladie de l’œsophage sous-diagnostiquée et méconnue qui peut causer de grandes difficultés pour manger et avaler et être douloureuse. Jusqu’à présent, il n’existait aucun médicament approuvé expressément pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles, si bien que de nombreuses personnes devaient s’astreindre à un régime alimentaire très strict et vivre dans la crainte permanente d’étouffement en mangeant. Nous saluons les options thérapeutiques qui peuvent enfin procurer un soulagement à ces patients», a indiqué Mary Jo Strobel, directrice générale de l’American Partnership for Eosinophilic Disorders (APFED).

Le feu vert de l’Agence américaine se base sur les données d’un essai de phase III en deux parties (Partie A et Partie B). Cet essai a évalué l’efficacité et la sécurité de Dupixent 300 mg une fois par semaine, comparativement à un placebo, chez des patients de 12 ans et plus présentant une œsophagite à éosinophiles et pesant au moins 40 kg.

L’essai clinique a révélé, après 24 semaines de traitement par Dupixent 300 mg à raison d’une fois par semaine (respectivement dans la partie A et la partie B de l’essai), une réduction de 69  et 64% des symptômes de la maladie par rapport au départ, contre respectivement 32 et 41% pour les patients traités par placebo. Les symptômes de la maladie ont été mesurés au moyen du score DSQ (Dysphagia Symptom Questionnaire – score de dysphagie) et les patients traités par Dupixent ont présenté une amélioration cliniquement significative de respectivement 21,9 et 23,8 points, contre respectivement 9,6 et 13,9 points pour ceux traités par placebo.

L’étude a aussi révélé qu’environ 10 fois plus de patients traités par Dupixent ont présenté une rémission histologique (numérations maximales d’éosinophiles intra-épithéliaux inférieures ou égales à 6 éosinophiles (eos) par champs de haute puissance hpf), comparativement au placebo : respectivement 60  et 59% pour Dupixent, contre respectivement 5 et 6% pour le placebo.

En ce qui concerne la tolérance du Dupixent, pour la Partie A et la Partie B groupées, les taux globaux d’événements indésirables les plus fréquemment observés (≥2%) chez les patients traités par Dupixent comparativement à ceux traités par placebo ont été les réactions au site d’injection (38% pour Dupixent, 33% pour le placebo), des infections des voies respiratoires supérieures (18% pour Dupixent, 10% pour le placebo), de l’arthralgie (2% pour Dupixent, 1% pour le placebo) et des infections par le virus de l’herpès (2% pour Dupixent, 1% pour le placebo).

L’œsophagite à éosinophiles est une maladie inflammatoire chronique portant une signature inflammatoire de type 2 qui altère l’œsophage et son fonctionnement et peut parfois transformer le simple fait de manger, ne serait-ce qu’en petites quantités, en expérience douloureuse accompagnée de la crainte de s’étouffer. Les personnes qui en souffrent vivent dans l’anxiété et la frustration de devoir constamment modifier la liste des aliments déclencheurs à éviter. L’œsophagite à éosinophiles détériore souvent la qualité de vie et augmente le risque de dépression. Lorsque la maladie provoque un rétrécissement de l’œsophage, sa dilatation forcée, souvent douloureuse, peut se révéler nécessaire. Dans les cas les plus sévères, une sonde d’alimentation est la seule option permettant de garantir des apports caloriques suffisants et une nutrition adéquate. Aux États-Unis, cette maladie concerne environ 160.000 personnes. Celles-ci sont actuellement traitées par des médicaments qui ne sont pas nécessairement indiqués pour cette maladie, dont approximativement 48.000 continuent de présenter des symptômes malgré de multiples traitements.

La FDA a accordé un examen prioritaire à la demande d’approbation relative à Dupixent dans l’indication œsophagite à éosinophiles des patients à partir de l’âge de 12 ans et pesant au moins 40 kg. L’examen prioritaire est accordé aux traitements qui ont le potentiel d’améliorer significativement le diagnostic, le traitement ou la prévention de maladies graves.

Lire la suite

NICLOSAMIDE

Un antihelminthique pour soigner les dermatites atopiques ? Abderrahim DERRAJI - 18 mai 2022 11:14
Un antihelminthique pour soigner les dermatites atopiques ?

Une étude financée par Union therapeutics et le Fonds d'innovation danois a révélé que le recours au niclosamide permettrait de lutter contre la colonisation cutanée par le Staphylococcus aureus chez les sujets affectés par une dermatite atopique.

Ce principe actif serait efficace contre les différentes souches de ce germe y compris celle qui ont développé une résistance à la méthiciline. D’après les auteurs de ces travaux le niclosamide ne favorise pas l’émergence de nouvelle résistance.

Pour évaluer ce traitement qui est à l’origine utilisé pour ses propriétés anthelminthiques, les auteurs ont à la fois associé une étude in vitro sur modèle animal et une étude clinique de phase 2 .

L’étude de phase 2 menée jusqu’à son terme chez 36 sujets a, par ailleurs, montré une bonne tolérance, sans signaux de sécurité particuliers.

Lire la suite

PFIZER

Pfizer débourse 11,6 milliards de dollars pour acquérir Biohaven Abderrahim Derraji - 16 mai 2022 07:43
Pfizer débourse 11,6 milliards de dollars pour acquérir Biohaven

Le géant américain Pfizer dont la trésorerie a pleinement tiré profit de la pandémie grâce à son vaccin à ARNm et à son traitement Paxlovid® vient d’acquérir Biohaven Pharmaceutical Holding Company en déboursant la bagatelle de 11,6 milliards de dollars.

Cette acquisition permettra à Pfizer d’ajouter à son portefeuille produits Nurtec ODT, un médicament antimigraineux à double action approuvé aux États-Unis et en Europe dans la prise en charge et la prévention épisodique de la migraine chez les adultes.

Pfizer va de ce fait débourser 148,50 dollars pour chaque action Biohaven, sachant qu’il avait investi auparavant 350 millions de dollars pour acheter 2,6% de ses actions à 173 dollars l'action en novembre 2021.

En plus du rimegepant, Biohaven a aussi déposé un dossier dans le but d’obtenir l’AMM d’un traitement antimigraineux sous forme de spray nasal et travaille également sur cinq autres produits.


 

Lire la suite

Autres articles

Pharmacie d’officine : Peut-on se passer des syndicats ?

Le Syndicat des pharmaciens de la wilaya d’Agadir a organisé, les 13 et 14 mai, la 11e édition de ses Journées pharmaceutiques sur le thème «Les chantiers porteurs de la profession, entre réalités et attentes». Cette messe des pharmaciens a démarré par une session consacrée au projet relatif à la généralisation de la protection sociale au Maroc. Cet ambitieux chantier initié par le Souverain a pour finalité de garantir une couverture médicale à 22 millions de Marocains avant fin 2022. La généralisation de la protection sociale intéresse doublement le pharmacien qui sera à la fois bénéficiaire et fournisseur de soins. Son implication est primordiale pour garantir la réussite et la pérennité de ce projet. Pour que cette implication puisse se concrétiser, les caisses d’assurances maladies vont devoir entamer des négociations avec les pharmaciens pour mettre en place des mécanismes permettant d’optimiser la prise en charge des patients, permettre aux caisses de faire des économies, sans mettre en péril l’économie de la pharmacie. Cela ne peut être atteint que si les caisses ont des interlocuteurs jouissant de la légitimité nécessaire pour parler au nom des pharmaciens. En d’autres termes, les échéances qui se profilent à l’horizon acculent les officinaux à accorder leurs violons et à apprendre à travailler ensemble et dans le respect des prérogatives de tout un chacun. À titre d’exemple, le projet de Loi 98-18, qui prévoit une régionalisation des Conseils, pourrait avancer rapidement du fait que toutes les composantes de la profession soient unanimes au sujet de la majorité des amendements à effectuer pour que ce texte puisse répondre aux attentes de la profession. Mais, qu’on le veuille ou pas, ce texte va prendre un certain temps avant qu’il ne soit publié, et combien même, il le sera, sa mise en application nécessitera un temps qui va nous paraître éternel eu égard aux nombreux chantiers qui sont dans le pipe. En attendant que les Conseils puissent être remis sur les rails, les représentations syndicales peuvent s’ériger en défenseur des intérêts économiques des pharmaciens d’officine. De par les textes qui les régissent, ces instances sont toutes indiquées pour négocier toutes sortes de contrat ou convention pouvant impacter la pharmacie d’officine. Mais ce n'est pas si évident que ça ! En dehors de quelques exceptions, on assiste à un vrai délitement des syndicats qui ont de plus en plus du mal à résister à un environnement qui leur est de moins en moins favorable. Les comportements déviants et anti-confraternels qui sévissent en l’absence de sanctions disciplinaires sont à l’origine d’un climat d’impunité qui est souvent reproché à tort au syndicat. Le non-respect des horaires et du tour de garde demande aux syndicats un effort incommensurable, d’autant plus que la législation en vigueur n’a, dans ce sens, conféré aucune prérogative aux syndicats. Pour que ces organismes puissent renouer avec l'efficacité et répondre aux attentes des pharmaciens, ils doivent mettre en place des synergies pour éviter les dispersions et coordonner leurs actions. Cette recommandation qui fait partie des recommandations émanant de ces Journées pharmaceutiques d’Agadir qui ont révélé au grand jour les dysfonctionnements qui empêchent les syndicats de remplir les missions qui sont les leurs. À la question de savoir si nous avons besoin de syndicats, la réponse ne peut être qu’affirmative. Cependant, il ne faut pas se leurrer, ces syndicats ne peuvent être qu’à notre image et leur efficacité restera toujours tributaire de notre engagement et notre capacité à constituer un corps capable de remuer ciel et terre pour faire valoir ses droits.

Abderrahim Derraji - 15 mai 2022 14:22
Mohamed Lahbabi reconduit à la tête de la Confédération

La Confédération des Syndicats des pharmaciens du Maroc (CSPM) a organisé, le samedi 14 mai, sa deuxième Assemblée générale élective à Agadir. Les syndicats et associations membres de la CSPM ainsi que des personnes ressources ont pris connaissance et adopté les rapports moral et financier. Ils ont également élu un nouveau bureau à la tête de la CSPM pour une durée de 2 ans. C’est ainsi que M. Mohamed Lahbabi a été reconduit à la tête de la Confédération. Quant aux autres postes, ils se répartissent comme suit : 1er Vice-président : Youssef Bihi 2e Vice-président : Abdelhak Sallaou 3e Vice-président : Mehdi Issami 4e Vice-président : Hajar Oujidi Secrétaire général : Amine Bouzoubâa Trésorier : Taoufik Darraz Conseillers : Younes Fermach, Sâad Fouad, Adel Jlaidi, Mohamed Hassane et Mehdi Berray.

Abderrahim Derraji - 15 mai 2022 14:10
HAS : restriction de l’utilisation du Xevudy®

L'activité neutralisante du Xevudy®, qui serait fortement diminuée vis-à-vis du sous-variant BA.2 actuellement majoritaire, a poussé la Haute Autorité de santé (HAS – France) à maintenir l'autorisation d'accès précoce, mais uniquement pour les patients atteints par une souche autre que le sous-lignage BA.2 du variant Omicron. Ce médicament à base de sotrovimab est administré au patient par voie intraveineuse. Il assure une double action. D’une part, il neutralise le Sars-CoV-2 en l’empêchant d'infecter de nouvelles cellules. D’autre part, il élimine les cellules déjà infectées par ce virus. Cet anticorps monoclonal est réservé aux adultes et aux adolescents de plus de 12 ans et dont le poids est supérieur à 40 kg à condition qu’ils ne nécessitent pas une supplémentation en oxygène et ne présentent pas un risque de faire une forme sévère de la maladie. 

Abderrahim Derraji - 15 mai 2022 14:07
Obésité : une perte de 22,5% de poids associée à un nouveau traitement de Lilly

Un essai clinique de phase 3, en double aveugle, a été mené chez 2.539 sujets dont le poids moyen est de 105 kg. Le traitement a été administré durant 72 semaines. Les patients ayant pris part à cet essai clinique souffraient d'obésité associée à au moins une comorbidité (hypertension artérielle, apnée obstructive du sommeil ou maladie cardiovasculaire). Selon le laboratoire Lilly, les sujets ayant bénéficié de 15 mg de tirzepatide associé à un régime hypocalorique et une activité physique accrue ont vu leur poids chuter de 25 kg, soit 22,5% de leur poids. Par contre, les volontaires qui ont reçu le placebo n’ont perdu que 2,5 kg, sachant qu’ils ont, eux aussi, diminué leurs apports caloriques et augmenté leur activité physique. Le dossier de ce médicament expérimental n’a toujours pas été soumis à l’approbation de la Food and drug administration (FDA), condition nécessaire pour sa mise sur le marché américain. Les effets indésirables de ce traitement, qui n’a toujours pas fait l’objet d’une publication scientifique, sont modérés. Généralement, il s’agit de troubles digestifs comme des nausées, de la constipation ou des diarrhées.

Abderrahim Derraji - 15 mai 2022 14:06
Journées pharmaceutiques d’Agadir : le syndicalisme sous la loupe!

Le Syndicat des pharmaciens d’officine de la Wilaya d’Agadir organisera les 13 et 14 mai 2022, la 11e édition de ses journées pharmaceutiques. Cette rencontre, qui se tiendra à la Cité de l’innovation Souss Massa, aura pour thème principal «Les chantiers porteurs de la profession entre réalités et attentes». C'est ainsi que deux jours durant, les pharmaciens pourront suivre une batterie de conférences. Tout d'abord, une séance dédiée à la généralisation de la protection sociale. Ce chantier Royal d’envergure, impliquera doublement le pharmacien d’officine, puisqu’il en sera à la fois bénéficiaire et un des fournisseurs de soins dont l’implication conditionnera l’efficience et la pérennité de ce projet. Ensuite deux tables rondes consacrées aux compléments alimentaires et au marketing, stratégie et solution à même de booster la parapharmacie en officine. Et pour finir, les officinaux pourront prendre part à des conférences programmées par les organisateurs de ces journées dans le but d’évaluer l’apport des Syndicats des pharmaciens et de définir un modus operandi dont la finalité est de rendre ces organismes plus efficaces et surtout en phase avec les attentes des pharmaciens. Les recommandations de ces journées sont très attendues et particulièrement celles concernant le travail syndical qui souffre d’un environnement défavorable qui risque d’hypothéquer à court ou à moyen terme l’apport des instances syndicales. Faut-il le rappeler, les Conseils de l’ordre vivent également une situation de crise qui prive la profession d’une force de proposition, d’un interlocuteur de poids vis-à-vis de l’administration, et surtout d’une instance à qui revient la mission de réguler la profession et de garantir la probité et l’éthique de ses ressortissants. Programme : lien 

Abderrahim DERRAJI - 10 mai 2022 18:48
Pharmacie au Maroc : Différents chantiers ou différends tout court !

                                                                                                                                 DISCOURS INAUGURAL : LIEN Après la levée des restrictions sanitaires liées à la pandémie Covid-19, la plupart des syndicats et associations de pharmaciens ont prévu d’organiser leurs Journées avant les prochaines vacances estivales. La dernière rencontre en date a été organisée samedi dernier. Il s’agit de la XXIIe édition de la Journée pharmaceutique internationale de Casablanca (JPIC), rencontre placée cette année sous le thème «Dégradation économique de l’officine, quelles solutions ?» Une fois de plus, le Syndicat des pharmaciens de Casablanca est revenu à la charge en pointant du doigt les dysfonctionnements qui affectent la profession pharmaceutique. Lors de cette édition, les conférenciers ont rappelé que le contexte pandémique a révélé avec acuité le rôle pouvant être joué par le pharmacien d’officine, aussi bien pour contenir la pandémie que pour garantir un service de qualité en phase avec les orientations sanitaires du pays. Paradoxalement, et pour des raisons qui nous échappent, l’administration a opposé une fin de non-recevoir à la volonté exprimée par les pharmaciens d’améliorer l’accessibilité au dépistage du Sars-CoV-2 et à la vaccination. Autrement dit, le pharmacien marocain est un des rares, si ce n’est l’unique pharmacien au monde, qui n’a même pas été autorisé à dispenser des autotests de Covid-19 dans sa pharmacie. Ceci donne un avant-goût sur le combat qui attend les pharmaciens marocains pour faire évoluer leurs pratiques. Malheureusement, leur profession continuera à faire du sur-place, voire à régresser, tant que les instances professionnelles n’ont pas renoué avec un fonctionnement normal, à commencer par l’instance ordinale. Comment peut-on continuer à réguler le secteur pharmaceutique par des Conseils totalement «dérégulés» ? Notre Ordre s’apparente, de plus en plus, à un orchestre, qui a certes quelques bons musiciens, mais chacun d’entre eux vient avec sa propre partition ! Les pharmaciens vont se retrouver les 13 et 14 mai à Agadir pour assister aux Journées organisées annuellement par le Syndicat des pharmaciens de cette ville. Ils débattront des «chantiers porteurs de la profession». Ils auront, de ce fait, une occasion de plus pour mettre des mots sur nos maux et identifier d'éventuelles pistes à exploiter pour remettre la pharmacie sur les rails. Aussi, on ose espérer que lors des prochaines manifestations, à commencer par celle d’Agadir, les pharmaciens se pencheront également sur les mécanismes à mettre en place afin de rendre effectives les recommandations de leurs Journées en les priorisant, en établissant une feuille de route et en désignant des responsables capables de suivre et de manager les différents chantiers.                                                                                                                  DISCOURS INAUGURAL : LIEN

Abderrahim Derraji - 09 mai 2022 07:35
Covid-19 : Arrêt de commercialisation du Previdspray en France

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM – France) a ordonné l'arrêt de commercialisation du Previdspray dans les pharmacies ou tout autre lieu en France. Le spray nasal virucide Previdspray contre la Covid-19 est un dispositif enregistré par la société Clers Medical en Belgique. Avant de prendre une telle décision, l’ANSM a sollicité l’Agence fédérale belge des médicaments et des produits de santé (AFMPS) afin qu’elle mène des investigations sur Previdspray. D’après l’AFMPS, les documents techniques présentés par le fournisseur de ce produit ne présentent pas de preuves cliniques suffisantes pour justifier une utilisation contre le virus Sars-CoV-2 responsable de la Covid-19.

Abderrahim Derraji - 09 mai 2022 07:18
OMS : La pandémie Covid-19 serait responsable de 13 à 17 millions de décès

Si officiellement le nombre de victimes du Sars-CoV-2 recensées avoisine 5,4 millions, la pandémie aurait entraîné, d’après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 13,3 à 16,6 millions de morts entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021. L’OMS explique l’écart entre les chiffres recensés et les chiffres réels par un défaut de comptabilisation des victimes par certains pays. «Ces nouvelles estimations sont basées sur les meilleures données disponibles produites à l'aide d'une solide méthodologie et d'une approche complètement transparente», a affirmé Amira Asma, en charge du dossier à l’OMS. La surmortalité a été calculée en faisant la différence entre le nombre de décès réels et le nombre de décès estimés en l'absence de pandémie, en se basant sur des statistiques existantes. La surmortalité prend en considération aussi bien les décès directement engendrés par la Covid-19 que les décès indirectement liés à la pandémie comme ceux qui sont dus aux reports d’opérations chirurgicales. Pour l'Organisation mondiale, la majorité des décès excédentaires, soit 84%, concerne l’Asie du Sud-Est, l’Europe et le continent américain. Dix pays représentent à eux seuls 68% du total de la surmortalité. Ces pays sont : le Brésil, l'Égypte, l'Inde, l'Indonésie, le Mexique, le Pérou, la Russie, l'Afrique du Sud, la Turquie et les États-Unis.

Abderrahim Derraji - 09 mai 2022 07:16
Moderna : un nouveau site de production à Montréal

D’après un communiqué du gouvernement canadien et la biotech Moderna, cette dernière a choisi Montréal pour abriter sa future usine canadienne. Ce site sera doté d’une capacité de production annuelle de 100 millions de doses de vaccin à ARNm Si l’accord de principe entre le gouvernement canadien et la biotech Moderna a été annoncé dès le mois d'août 2021, la construction du site de production devrait démarrer en 2022. Quant à la mise en service, elle est prévue pour fin 2024.

Abderrahim Derraji - 09 mai 2022 07:13
Le Syndicat des pharmaciens de Casablanca organise sa première journée post-Covid

Le Syndicat des pharmaciens de la Capital économique organisera le samedi 7 mai 2022, la XXIIème édition de sa Journée pharmaceutique internationale (JPIC). La matinée sera dédiée à la formation continue. Les pharmaciens pourront suivre trois thématiques très intéressantes : «Rôle du pharmacien dans la prise en charge des différents rhumatismes» , «Infections urinaires, infections génitales hautes» et «Hypertension artérielle, quoi de neuf en 2022». Les organisateurs de cette journée ont également prévu un symposium intitulé «Comment réussir le cannabis médical au Maroc ?», qui sera suivi de la thématique principale de la journée : «Dégradation économique de l’officine : quelles solutions?». Eu égard à la richesse des thématiques programmées et à la conjoncture actuelle, il est fort à parier que cette journée connaîtra une forte participation. En savoir plus : lien

Abderrahim DERRAJI - 05 mai 2022 16:35