PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°708 13 novembre 2023
29221 Destinataires
ESSENTIALE 10 OCTOBRE 2023
[ ÉDITORIAL ]
Soins de support en oncologie : quand le patient devient acteur de sa propre maladie

Par Abderrahim Derraji, Docteur en pharmacie

La ville de Rabat a abrité, les 10 et 11 novembre, la deuxième édition des Co-Days, une rencontre scientifique à laquelle ont pris part des experts nationaux et internationaux pour faire le point sur les dernières avancées en matière d'oncologie.


Les orateurs qui ont pris part au premier panel programmé par l’association scientifique «Oncologie 16 novembre» ont commencé par rappeler les prévalences inquiétantes des différents cancers ainsi que l’apport des différentes thérapies qui ont permis de faire baisser le taux de mortalité du cancer.

Ces experts ont également mis en exergue l’apport des «soins de support» dont la place en oncologie n’est plus à démontrer.

Souvent, quand on évoque le combat des patients contre le cancer, on pense aux traitements médicaux et à l’apport des nouvelles molécules. Mais, comme l’ont rappelé Dr Mounir Bachouchi et les experts de MASCC (Multi Association for Supportive Care in Cancer), les soins de support sont une approche holistique plaçant le patient et son bien-être au cœur du processus de guérison.

Les soins de support en oncologie vont bien au-delà de la simple gestion des symptômes physiques. Ils englobent une batterie d'interventions visant à soutenir les patients sur les plans psychologique, social et spirituel. Ces soins complémentaires, souvent méconnus, jouent un rôle déterminant dans l'amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par la maladie cancéreuse.
 

Sur le plan physique, les soins de support offrent un soulagement des effets secondaires des traitements, tels que la fatigue, la douleur et les nausées. Et comme les patients tolèrent mieux leurs traitements, ils deviennent plus observant vis-à-vis de leurs traitements.

Cependant, la véritable force des soins de support réside dans leur capacité à aborder les dimensions psychosociales du cancer. Un diagnostic de cancer entraîne souvent des bouleversements émotionnels profonds, des questions existentielles et des défis relationnels. Les professionnels des soins de support, comprenant psychologues, travailleurs sociaux et conseillers spirituels, sont des guides précieux pour aider les patients à traverser ces moments difficiles.

Les soins de support favorisent également le dialogue entre les patients, leurs proches et l'équipe soignante. Une meilleure communication permet une compréhension mutuelle des besoins et des attentes des uns et des autres. La mise en place de programmes éducatifs renforce la solidarité au sein de la communauté des patients, créant ainsi un réseau d'entraide et d'échange d'expériences. Les soins de support en oncologie ciblent le corps, l'esprit et l'âme. L'accompagnement spirituel, la méditation, et d'autres pratiques complémentaires permettent une meilleure résilience du patient face à sa maladie. 
 

Les soins de support, qui sont à leurs balbutiements au Maroc, vont sans nul doute trouver la place qui leur sied en oncologie dans les années à venir, sachant que le Royaume a fait d’énormes progrès dans la prise en charge des cancers.

Aussi, la création de la «Moroccan Association for Supportive Care in Cancer», une association dédiée au développement des soins de support au Maroc, et l’expérience des différentes associations comme Dar Zhor vont probablement y contribuer.

Revue de presse
Les laboratoires Laprophan s’offrent Amanys Pharma (ex-Saham Pharma) Les laboratoires Laprophan s’offrent Amanys Pharma (ex-Saham Pharma)

Selon un article publié par l’«Infomediaire», les laboratoires Laprophan annoncent l’acquisition d’Amanys Pharma de SPE Capital et Proparco sous réserve de l’obtention des autorisations réglementaires requises.

Toujours d’après le même article, par cette acquisition, «Laprophan et Amanys ambitionnent de former un groupe pharmaceutique diversifié au Maroc et en Afrique, construit autour de pôles spécialisés et complémentaires».

Dr Farid Bennis, président-directeur général de Laprophan, se dit «convaincu que ce rapprochement entre deux acteurs pharmaceutiques présentant de véritables synergies permettra de mieux servir les intérêts des patients au Maroc et plus largement en Afrique».

Quant au Dr Younous Elalamy, directeur général d’Amanys (Ex-Saham Pharma), a déclaré : «Nous sommes ravis de ce partenariat qui permettra d’assurer la poursuite du développement de notre groupe tout en exploitant les différentes complémentarités industrielles et commerciales existantes entre Amanys et Laprophan».

Source : infomediaire.net

Lire la suite
Recrudescence de la syphilis chez les nourrissons aux États-Unis Recrudescence de la syphilis chez les nourrissons aux États-Unis

Les autorités sanitaires américaines appellent à la mobilisation générale pour faire face à l'augmentation des cas de syphilis chez les nouveau-nés. En effet, en 10 ans, le nombre de nourrissons affectés par cette maladie contagieuse a été multiplié par 10 aux États-Unis. Selon les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), le nombre de nouveau-nés contaminés par cette affection a atteint 3.700 cas en 2022.

Quand une femme enceinte est atteinte de syphilis, elle peut faire une fausse-couche. Cette maladie peut être à l’origine de la perte de la vue ou de l'ouïe, ou des malformations osseuses chez le nourrisson. Elle peut également entraîner la mort du nouveau-né.

Pourtant, un simple dépistage et un traitement approprié suffiront à réduire les fausses-couches, les décès et les complications pouvant affecter le nourrisson.

Selon Debra Houry, haute responsable au sein des CDC, les cas de syphilis augmentent «dans tous les groupes d'âge, y compris chez les femmes en âge de procréer et leurs partenaires sexuels».

D’après les CDC : «Le manque de dépistages et de traitements est lié à une combinaison de facteurs individuels et systémiques».
 

«Les barrières peuvent inclure un manque de couverture santé, le fait de vivre dans un désert médical ou de soins gynécologiques, des difficultés d'accès aux transports, des difficultés liées à la consommation de drogues, un logement instable, la pauvreté et le racisme», a précisé Laura Bachmann, responsable au sein de la branche des CDC dédiée à la prévention contre les infections sexuellement transmissibles (IST).

Les CDC incitent les professionnels de santé à dépister, autant que possible, les femmes enceintes, y compris lors des consultations dans les services d’urgence ou dans le cadre des programmes liés à la consommation de drogue. Ils recommandent également de démarrer un traitement approprié dès que le test rapide est positif chez une femme enceinte.  
Source : https://www.lexpress.fr/

Lire la suite
Un nouveau traitement de l’obésité obtient le feu vert de la FDA Un nouveau traitement de l’obésité obtient le feu vert de la FDA

La FDA (Food and Drug Administration) a accordé le mercredi dernier l’autorisation de mise sur le marché (AMM) à un nouveau traitement de l’obésité très attendu aux États-Unis.

Ce nouveau traitement, développé par le groupe américain Eli Lilly, est baptisé Zepbound. Il est administré par voie injectable une fois par semaine.

Ce nouveau médicament est à base de tirzépatide comme le Mounjaro, un traitement approuvé dans la prise en charge du diabète et qui fait l’objet d’un usage hors AMM par certains médecins pour la perte de poids.

Le Zepbound est désormais autorisé pour les personnes obèses, mais aussi pour celles en surpoids et souffrant, dans le même temps, d'un problème de santé lié (diabète de type 2, haut taux de cholestérol, ou hypertension). Son usage doit être associé avec de l'exercice et un régime alimentaire peu calorique, précise la FDA.

L'agence américaine avertit, cependant, contre les effets secondaires possibles : nausée, vomissements, constipations, douleurs abdominales...

Le prix de vente de ce nouveau médicament a été fixé par Eli Lilly à 1.060 dollars par mois (10.815 DH). Ce prix élevé limitera l’accès à ce traitement, d’autant plus que les médicaments contre l'obésité ne sont généralement pas remboursés par les assurances santé aux États-Unis.

Tirzépatide fait partie des analogues du GLP-1, une hormone gastro-intestinale (GLP-1) qui agit sur les récepteurs qui interviennent dans la régulation de l'appétit.

Les analogues du GLP-1 pourraient d’après JP Morgan, représenter un marché à 140 milliards de dollars d'ici 2032. Ce marché sera dominé par Eli Lilly et Novo Nordisk.

On assiste à un engouement sans précédent pour les analogues du GLP-1, ce qui laisse présager un usage chez des sujets non obèses pour perdre quelques kilos. Or, pour ces personnes, les risques associés à ces médicaments ne peuvent être contre-balancés par les bénéfices gagnés pour la santé des personnes obèses.

Des experts indiquent également que ces traitements doivent être administrés sur le long voire le très long terme, sous peine de voir les patients reprendre le poids perdu.

Source : leparisien.fr

Lire la suite
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
La FMIIP met en lumière le cadre réglementaire et les vertus thérapeutiques du cannabis La FMIIP met en lumière le cadre  réglementaire et les vertus  thérapeutiques du cannabis
Honoraires, pénuries, vente en ligne : les pharmaciens français montent au créneau Honoraires, pénuries, vente en ligne : les pharmaciens français montent au créneau
Ozempic : un coupe-faim qui pourrait favoriser la fertilité ? Ozempic : un coupe-faim qui pourrait favoriser la fertilité ?
Baisse des prix des médicaments aux États-Unis : Big Pharma s'y oppose Baisse des prix des médicaments aux États-Unis : Big Pharma s'y oppose
Prochains événements
Morocco Medical Expo et le 3ème Congrès de Radiologie National Diagnostique et Interventionnelle Le 23.05.2024 - Jdida Lire la suite
10ème Congrès National et 3ème Congrès Africain Le 30.05.2024 - Salé Lire la suite
Voir d’autres événements
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire