PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°462 31 octobre 2017
11968 Destinataires
iberma-pharmanews
[ ÉDITORIAL ]
Laboratoires pharmaceutiques : aidez-nous à aider les patients!

Par Zitouni Imounachen, Docteur en pharmacie

Dans sa pratique quotidienne, le pharmacien d’officine doit s’acquitter de plusieurs tâches pour mener à bien son entreprise. En plus de sa mission principale de professionnel de santé, celui-ci est aussi chef d’entreprise. Pour assurer la viabilité économique de son officine, il doit notamment s’occuper de la gestion du stock et des commandes, de la trésorerie, des déclarations à la CNSS, des impôts, et veiller au paiement de factures et au suivi des échéances.

Mais depuis quelques années, une tâche jusque là mineure, a commencé à prendre le pas sur les autres : il s’agit du découpage et du collage des vignettes lors de la préparation des mutuelles.

En effet, l’augmentation du taux de couverture des malades s’est traduite dans nos officines par une forte augmentation du nombre de dossier de mutuelle à traiter.

Cette tâche (découpage-collage), qui n’est à priori pas du ressort du pharmacien, a toujours été gracieusement honorée. Et ce, dans le but de soulager les patients des tracas et de leur éviter toute omission qui aboutirait au rejet de leurs dossiers par les caisses d'assurances maladies. Seulement, avec la multiplicité des mutuelles, surtout celles des patients polymédiqués pour de longues durées de traitement, la préparation des dossiers de remboursement est devenue chronophage et le risque d’erreur presque inévitable.

Malgré tous ces désagréments, le pharmacien d’officine continue et continuera à rendre ce service aux patients marocains. Et pour nous aider à accomplir ce service, les laboratoires devraient généraliser l’apposition de vignettes autocollantes facilement détachables où figureraient le code à barre et le PPV sur les boites de leurs spécialités. Car, cette simple mesure ferait gagner un temps précieux aux pharmaciens, aux caisses d’assurance maladie et aux patients. D’autres mesures seraient aussi bienvenues, notamment des PPV et des dates de péremption LISIBLES,  et en cas de rupture de produits, nous tenir informés car les pharmaciens et les citoyens ont le droit à l’information.

Enfin, en attendant que nos grandes et éternelles doléances (mesures de compensation, assurance maladie, retraite, etc.)  trouvent un écho favorable chez le ministère de tutelle, nous osons espérer que les industriels fassent preuve de plus de réactivité. Car, in fine, il en va de l’intérêt des patients, et l’intérêt des patients doit toujours être la préoccupation majeure de tous les acteurs de la santé.

OROSTIM B2-newsletter-Test
Revue de presse
Décongestionnant nasal : à proscrire chez l’enfant de moins de 6 ans Décongestionnant nasal : à proscrire chez l’enfant de moins de 6 ans

Des chercheurs australiens et belges ont analysé des travaux de la Fondation Cochrane et d’une recherche de PubMed en vue d’évaluer la pertinence des décongestionnants proposés aux patients, y compris les décongestionnants qui ne sont pas à prescription obligatoire.

Ces travaux ont révélé que le meilleur conseil à donner aux patients est la «patience» parce que généralement les symptômes disparaissent spontanément en sept à dix jours et parce qu’aucun médicament n’a fait la preuve d’une grande efficacité. Certains décongestionnants peuvent entraîner dans certains cas des effets indésirables parfois sérieux.

L’éditorial du BMJ (British Medical Journal) rappelle qu’aucune étude ne prouve l’efficacité de ces médicaments chez les enfants de moins de 12 ans. Et même chez l’adulte, leur efficacité se limite aux symptômes nasaux.

Les décongestionnants peuvent cependant être à l’origine d’effets secondaires (EI) aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte. Parmi les EI notifiés : l’insomnie, la sécheresse de la bouche, des céphalées ou des troubles gastrique. En cas d’usage prolongé, le malade risque de développer une congestion nasale chronique.

Les auteurs de l’article recommandent de ne pas recourir à ces médicaments chez les enfants de moins de 6 ans et de les prescrire avec précaution chez les moins de 12 ans.

Chez les moins de 2 ans, des épisodes convulsifs ou de tachycardie ont été rapportés et même des cas de décès. Il faut plutôt conseiller du sérum physiologique même si son utilité n’a pas été prouvée.

En ce qui concerne les décongestionnants contenant un vasoconstricteur, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (l’ANSM – France) préconise de les utiliser avec prudence et ne pas dépasser 5 jours de traitement. Cette décision est motivée par le risque cardiovasculaire et neurologique. Tous les décongestionnants contenant un vasoconstricteur sont contre-indiqués chez l’enfant de moins de 15 ans.
Source : Univadis

Lire la suite
Rétinoïdes : une nouvelle contre-indication pour les femmes enceintes Rétinoïdes : une nouvelle contre-indication pour les femmes enceintes

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM – France) contre-indique l’usage des rétinoïdes (trétinoïne, isotrétinoïne, adapalène, tazarotène) chez la femme enceinte quelle que soit la voie d’administration, voie cutanée comprise.

D’après l’Agence française, bien qu’un passage dans la circulation sanguine des rétinoïdes à travers la peau semble négligeable dans les conditions habituelles de traitement, il ne peut être totalement exclu. Et étant donné qu’il n’existe pas de besoin absolu pour un traitement rétinoïde par voie cutanée, il a été décidé de contre-indiquer leur utilisation chez la femme enceinte ou planifiant une grossesse.

Par ailleurs, l’ANSM annonce que de nouveaux outils sont en cours d’élaboration et seront disponibles en début d’année 2019. Ces outils ont pour objectif de réduire les risques liés à l’emploi des rétinoïdes oraux.
Source : ANSM

Lire la suite
Médicaments contenant des vasoconstricteurs : la DMP rappelle les conditions d’utilisation  Médicaments contenant des vasoconstricteurs : la DMP rappelle les conditions d’utilisation

Dans un courrier de la DMP (75/00/UV) daté du 23 octobre 2018, le Directeur du médicament et de la pharmacie rappelle les contre-indications des médicaments contenant des principes actifs vasoconstricteurs «comme la pseudo-éphédrine» administrés par voie orale.

Ces contre-indications sont comme suit :

  • L’hypersensibilité à l’un des constituants.
  • L’utilisation chez l’enfant de moins de 15 ans.
  • En cas d’antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de facteurs de risque susceptibles de favoriser la survenue d’accident vasculaire cérébral, en raison de l’activité sympathomimétique alpha du vasoconstricteur.
  • En cas d’hypertension artérielle sévère ou mal équilibrée par le traitement.
  • En cas d’insuffisance coronarienne sévère.
  • En cas de risque de glaucome par fermeture d’angle.
  • En cas de risque de rétention urinaire liée à des troubles urétro-prostatiques.
  • En cas d’antécédents de convulsions.
  • En cas d’allaitement.
  • En association avec les IMAO (Inhibiteurs de la monoamine-oxydase) non sélectifs en raison du risque d’hypertension paroxystique et d’hyperthermie pouvant être fatale.
  • En association avec les sympathomimétiques vasoconstricteurs destinés à décongestionner le nez, qu’ils soient administrés par voie orale ou nasale, en raison du risque de vasoconstriction et/ou poussées hypertensives.
Lire la suite
Novartis débourse 2,1 milliards de dollars pour acquérir le groupe Endocyte Novartis débourse 2,1 milliards de dollars pour acquérir le groupe Endocyte

Le groupe biopharmaceutique Endocyte spécialisé dans les traitements ciblés contre le cancer a annoncé qu’il a été racheté par Novartis pour une valeur d'environ 2,1 milliards de dollars.

L'offre du groupe suisse, à 24 dollars par action intégralement en numéraire, représente une prime de 54% par rapport au cours de clôture d'Endocyte, à 15,56 dollars, mercredi à la Bourse de New York.

Cette opération sera finalisée au premier semestre 2019.
Source : Reuters 

Lire la suite
Aflorex
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Bayer licencie en masse ! Bayer licencie en masse !
Secteur de la santé : la Propriété Intellectuelle en question Secteur de la santé : la Propriété Intellectuelle en question
Augmentation de 50 % de la taxe sur les boissons sucrées Augmentation de 50 % de la taxe sur les boissons sucrées
Décembre : l’heure est aux bilans ! Décembre : l’heure est aux bilans !
Nouveaux sur medicament.ma
KOPRED 20 MG, Comprimé effervescent
LABORATOIRE : PHARMA5
COMPOSITION : Prednisolone
INDICATION (S) : Glucocorticoïde systémique
PRESENTATION : Boite de 20
PPV : 36.4DHS
KOPRED 5 MG, Comprimé effervescent
LABORATOIRE : PHARMA5
COMPOSITION : Prednisolone
INDICATION (S) : Glucocorticoïde systémique
PRESENTATION : Boite de 30
PPV : 23DHS
SOBRUS - bannière4
Prochains événements
11ème Congrès National de Pharmacovigilance Le 14.12.2018 - Rabat Lire la suite
Voir d’autres événements
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire