Article N° 6871

LABORATOIRE LILLY

Le laboratoire Lilly révèle les résultats de son traitement anti-Covid-19 à base d’anticorps monoclonaux

Abderrahim DERRAJI - 12 octobre 2020 15:15

Suite aux résultats d’une étude de phase II menée sur deux anticorps monoclonaux LY-CoV016 et LY-CoV555, le laboratoire Lilly vient de formuler à la FDA (Food and Drug Administration) une demande d’utilisation en urgence de ces deux anticorps.

Selon Daniel Skovronsky, directeur scientifique de Lilly, les données dont il dispose à ce jour prouvent que ces anticorps, ciblant deux régions complémentaires de la protéine de pointe (protéine Spike) du Sars-CoV-2, «sont efficaces pour traiter la Covid-19 chez les patients à risque».

L’essai clinique en question a fait appel à un groupe de 112 patients à qui on a administré 2.800 mg de chaque anticorps et un groupe placebo de 156 personnes.

Chez la plupart des patients ayant pris part à cet essai clinique, y compris ceux appartenant au groupe placebo, on a assisté à une élimination complète du virus au 11e jour. Le traitement de Lilly a montré des résultats supérieurs aux 3e et 7e jours.

Cet essai a révélé que 20,8% des personnes appartenant au groupe témoin présentaient encore une charge virale élevée au 7e jour. Ce chiffre n'était plus que de 3% chez les patients ayant bénéficié d’un traitement à base d’une association de ces deux anticorps.

Quant aux hospitalisations, 5,8% des patients du groupe placebo ont été hospitalisés ou ont effectué un passage aux urgences. Ce chiffre a été de 0,9% chez les malades traités par le LY-CoV555 et le LY-CoV016. Des résultats similaires ont été observés chez les sujets n’ayant bénéficié que du LY-CoV555 en monothérapie.

Par ailleurs, le laboratoire Lilly a précisé qu’il est en mesure de produire 1 million de doses de sa monothérapie LY-CoV555 dès la fin de l'année 2020 et que 100.000 doses seront disponibles dès ce mois-ci. Il a également indiqué que ces deux anticorps sont bien supportés par les patients qui n’ont présenté aucun effet indésirable grave.

Source : industriepharma.fr