PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°711 05 décembre 2023
31397 Destinataires
ESSENTIALE 10 OCTOBRE 2023
[ ÉDITORIAL ]
Journées pharmaceutiques d'Agadir : nouveau Système de Santé - Quel rôle pour le Pharmacien d'Officine

Par Abderrahim DERRAJI, Docteur en pharmacie

Le rideau vient de tomber sur la 12ème édition des Journées pharmaceutiques d'Agadir, une rencontre qui a permis aux pharmaciens de cette ville et à leurs invités de se pencher sur les différentes problématiques de la profession pharmaceutique.

La première thématique programmée par le Comité d'organisation avait pour titre «Psychotropes : textes Obsolètes et Pratiques Périlleuses», un intitulé qui résume à lui seul les contraintes liées à la dispensation et à l'approvisionnement en psychotropes.

En effet, comme l'ont rappelé le Dr Ismail Rammouz et le Dr Amine Bouzoubâa, les pharmaciens sont de plus en plus réticents à délivrer les médicaments psychotropes, d'autant plus que le nombre de leurs confrères ayant des démêlés avec la justice pour avoir délivré des produits contenant des substances psychoactives sans se conformer aux lois en vigueur ne cesse d'augmenter.

On ne peut nier que la situation n'est pas toujours évidente. Certains pharmaciens agissent de bonne foi, cherchant à aider des patients n’ayant pas pu renouveler leur ordonnance ou tombant dans des pièges tendus par des trafiquants. La complexité de ces situations échappe souvent aux juges qui traitent ces affaires.

Comme l'a souligné le Dr Ismail Rammouz, les patients vivant avec une pathologie psychiatrique sont souvent stigmatisés, ce qui pose des problèmes d’observance aux traitements. Cette situation ne va pas s’arranger tant que le cadre juridique régissant ces médicaments n’a pas été actualisé, et tant que le pharmacien ne dispose pas d'outils permettant de sécuriser la délivrance des psychotropes, comme l'ordonnance infalsifiable adoptée en Tunisie, qui a été présentée par le Dr Thouraya Naifer, Secrétaire générale du Conseil de l’Ordre des pharmaciens de Tunisie. Ce pays a adopté l’ordonnance «bleue» pour barrer la route aux trafiquants de certaines molécules qui font l’objet d’un usage déviant. Il s’agit du Trihexyphénidyle, du Clonazepam, du Lorazepam et du Diazépam.

Cette mesure s'applique aussi bien pour le secteur public que pour le secteur privé. Les prescripteurs de ces deux secteurs utilisent un carnet à souche numéroté. Le patient doit présenter une pièce d’identité, aussi bien au médecin qu’au pharmacien. Ce dernier doit garder une copie de l’ordonnance bleue exécutée.

Le dossier médical partagé, en vigueur dans la plupart des pays voisins, constitue également une solution pour sécuriser la dispensation des ordonnances comportant des médicaments faisant l’objet de mésusage.

Au Maroc, tant qu’aucune de ces solutions n’est adoptée, le climat de suspicion va persister. Et en un clin d'œil, le pharmacien bascule du statut d'honorable professionnel de santé à celui de trafiquant de stupéfiants. Les officinaux sont, de ce fait, acculés à appliquer la loi à la lettre, ce qui peut impacter la compliance aux traitements des patients qui n'arrivent pas à renouveler à temps leurs ordonnances. Pour pallier cela, le Dr Amine Bouzoubaa propose l'octroi d'un droit de renouvellement encadré des ordonnances arrivant à expiration, particulièrement quand il s’agit d’antidépresseurs, afin de maintenir l'observance.

Les orateurs de la table ronde «Nouvelle Réforme du Système de Santé, Place du Pharmacien d’Officine» ont mis l’accent sur la restructuration et la mise à niveau du système de santé au Maroc. Ces experts s’accordent sur la nécessité de renforcer la place du pharmacien dans le parcours de soins en lui conférant de nouvelles missions qui ont fait leurs preuves dans de nombreux pays. Le pharmacien et son équipe jouent actuellement un rôle très qui peut être amélioré en mettant en place des formations efficientes afin d’harmoniser cette prise en charge et un cadre légal pour la sécuriser.
 

La dernière table ronde programmée par le Comité d’organisation des Journées Pharmaceutiques d’Agadir a eu comme thème : «Ruptures de Stock : un frein à l’accès aux médicaments». Ce sujet a été traité par le Dr Rachid Lamrini et le Dr Abderrahim Derraji. Les deux orateurs ont rappelé le cadre légal en vigueur au Maroc et les multiples causes de pénuries. Ils ont également pointé du doigt les facteurs qui aggravent les pénuries de stocks comme le défaut du droit de substitution et le manque d’informations.
Les deux conférenciers ont conclu leurs présentations par une série de recommandations pour faire face aux pénuries.
 

En résumé, les Journées pharmaceutiques d’Agadir ont offert une plateforme riche en discussions et recommandations, soulignant l'importance cruciale du rôle du pharmacien dans le système de santé en constante évolution au Maroc. Les participants se sont séparés en se donnant rendez-vous pour la 13ème édition, témoignant de l'engagement continu envers l'amélioration de la profession pharmaceutique à Agadir.

Revue de presse
FMIIP : Mohammedia accueille le Pharma Day le 6 décembre FMIIP : Mohammedia accueille le Pharma Day le 6 décembre

La 5ème édition du Pharma Day, organisée par la Fédération Marocaine de l’Industrie et de l’Innovation Pharmaceutiques (FMIIP), se tiendra à Mohammedia le mercredi prochain. Cet événement réunira des experts de renom pour explorer diverses thématiques liées à la Stratégie Industrielle Nationale, la nouvelle Charte de l’Investissement, ainsi que les réformes en cours dans le secteur pharmaceutique.

Sous l’égide du ministère de la Santé et de la Protection Sociale, et du ministère de l’Industrie et du Commerce, cette édition bénéficie également du partenariat de la Fondation de Recherche, de Développement, d’Innovation en Sciences et en Ingénierie-FRDISI, ainsi que de la Fondation Cheikh Zaid- (FCZ).

Intitulée «FMIIP Pharma Day 2023», cette édition mettra en lumière le thème central : «Investissements et Innovation dans l’Industrie Pharmaceutique : Quelles Opportunités pour la Souveraineté Sanitaire Nationale et Continentale ?»

Les deux principales thématiques de Pharma Day 2023 seront axées sur «La Stratégie Nationale d’Industrialisation : Opportunités pour l’Industrie Pharmaceutique» et «Les Clés de la Réussite des Réformes du Secteur Pharmaceutique».

Cette rencontre revêt une importance particulière, alors que le Maroc s'engage dans la généralisation de la couverture médicale tout en visant une souveraineté sanitaire et médicamenteuse. Des directives royales ont été émises en faveur de la mise en place d'une Politique Nationale d’Industrialisation axée sur la recherche et le développement.

Le Pharma Day 2023 offre ainsi une plateforme stratégique pour discuter des enjeux cruciaux, explorer des opportunités d'investissement et encourager l'innovation dans l'industrie pharmaceutique, contribuant ainsi aux objectifs nationaux et continentaux en matière de santé.

Lire la suite
L’ANSM  déconseille l’utilisation de la chlorohexidine en raison des réactions allergiques qui lui sont associées  L’ANSM déconseille l’utilisation de la chlorohexidine en raison des réactions allergiques qui lui sont associées

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) alerte sur une augmentation des réactions allergiques graves liées à la chlorhexidine, un antiseptique bactéricide.

L’Agence française déconseille son utilisation en première intention comme désinfectant. L’ANSM souligne le risque de sensibilisation et de réactions allergiques immédiates et graves qui peuvent être induites par la chlorhexidine.

Ces réactions, bien que rares, peuvent inclure de l'urticaire, un gonflement du visage, des difficultés respiratoires, voire un choc anaphylactique.

La chlorhexidine est présente dans divers produits d'usage courant. L'ANSM recommande le lavage à l'eau claire et au savon pour nettoyer les plaies et suggère aux personnes ayant déjà eu une réaction allergique à la chlorhexidine de le signaler à leur professionnel de santé.

Lire la suite
Pseudoéphédrine : le PRAC se contente d’une mise en garde Pseudoéphédrine : le PRAC se contente d’une mise en garde

Le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) a rendu ses conclusions sur les médicaments contenant de la pseudoéphédrine. Alors que la France recommande de ne plus utiliser ce vasoconstricteur par voie orale en raison de cas de syndromes graves, l’Europe émet des mises en garde sur son utilisation.

Suite à l'évaluation, le PRAC ne remet pas en cause le rapport bénéfice/risque de la pseudoéphédrine, mais recommande de ne pas utiliser ces médicaments chez les patients souffrant d’hypertension artérielle sévère ou non contrôlée ou d’insuffisance rénale.

L'ANSM exprime son désaccord, considérant les recommandations insuffisantes, et maintient sa recommandation de ne pas utiliser la pseudoéphédrine par voie orale pour traiter le rhume.

Lire la suite
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
L’ANSM procède à des suspensions d'AMM de certains médicaments dont les études de bioéquivalence ont été réalisées par la société indienne Synapse Labs. L’ANSM procède à des suspensions d'AMM de certains médicaments dont les études de bioéquivalence ont été réalisées par la société indienne Synapse Labs.
Approbation d'un projet de décret portant création de l'Agence marocaine du médicament et des produits de santé Approbation d'un projet de décret portant création de l'Agence marocaine du médicament et des produits de santé
Les niveaux de vaccination infantile dans le monde deviennent inquiétants Les niveaux de vaccination infantile dans le monde deviennent inquiétants
Marrakech : La Confédération des Syndicats des Pharmaciens et le Ministère de la Santé mettent fin à l’exercice illégal de la pharmacie pratiqué par une association de diabétiques Marrakech : La Confédération des Syndicats des Pharmaciens et le Ministère de la Santé mettent fin à l’exercice illégal de la pharmacie pratiqué par une association de diabétiques
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire