PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°686 08 mai 2023
30507 Destinataires
ESSENTIALE 10 OCTOBRE 2023
[ ÉDITORIAL ]
ChatGPT : un allié ou un concurrent ?

Par Abderrahim Derraji, Docteur en pharmacie

Le 29 mars dernier, un millier d’experts et plusieurs intervenants de la Tech ont signé une pétition par laquelle ils ont demandé à tous les laboratoires d'intelligence artificielle (IA) de suspendre immédiatement et pendant au moins 6 mois la formation de systèmes d'IA plus puissants que ChatGPT-4.


Cet outil est en quelque sorte un «logiciel conversationnel» qui génère des textes mot après mot de telle manière que chacun d’entre eux soit suivi des occurrences statistiquement dominantes dans la gigantesque base de données identifiée par les développeurs d’OpenAI.

Les signataires de la pétition demandent à ce que la pause de 6 mois soit rendue publique et qu’elle inclut tous les acteurs clés impliqués. Dans le cas où une telle pause ne pourrait être mise en place rapidement, les signataires demandent aux gouvernements d’intervenir et d’imposer un moratoire.

Les signataires qui comptent parmi eux Steve Wozniak, co-fondateur d’Apple,et Elon Musk, nouveau patron de Twitter, estiment que les systèmes d'IA contemporains vont être plus compétitifs que l’homme sur les tâches générales qu’il accomplit. Ils nous incitent à nous poser les   questions suivantes : Allons-nous laisser les machines inonder nos canaux d'information de propagande et de mensonges ? Devons-nous automatiser tous les emplois, y compris les plus épanouissants ? Devons-nous développer des esprits non humains qui pourraient finalement nous surpasser, nous rendre obsolètes et nous remplacer ? Devons-nous risquer de perdre le contrôle de notre civilisation ?

Pour les auteurs de ladite pétition, les puissants systèmes d'IA ne devraient être développés que lorsque nous serons convaincus que leurs effets seront positifs et que leurs risques seront maîtrisés. Ils estiment aussi que des décisions aussi importantes ne doivent pas être déléguées aux dirigeants technologiques non élus.

Le groupe d'éthique technologique (Center for AI and digital policy - CAIPD) a, de son côté, déposé plainte le jeudi 30 mars auprès de la FTC (Autorité américaine de la concurrence). Le CAIPD estime «qu’il est temps que la FTC agisse».

L'ONG demande l'ouverture d'une enquête au sujet du robot conversationnel ChatGPT et un moratoire qui conditionne la sortie des prochaines versions de ce robot conversationnel par la mise en place de garde-fous. Elle reproche aussi à OpenAI d’avoir rendu accessible au public la dernière version ChatGPT-4, tout en reconnaissant des risques de biais notamment des «stéréotypes dangereux et des associations humiliantes pour certainesminorités et groupes marginalisés». 

L’ONG reproche aussi à OpenAI son incapacité à prendre des mesures pour prévenir des usages détournés de l'intelligence artificielle, parmi lesquels la désinformation et les escroqueries.

Le CAIPD appelle à la création d'une commission nationale pour évaluer l'impact de l'intelligence artificielle sur la société américaine.

Pour l’avoir utilisé, on ne peut pas nier que le ChatGPT-4 qui n’est qu’à ses débuts est impressionnant ! Le concept est séduisant et il est fort à parier qu’il faudra compter dans l’avenir avec ce nouvel outil.

Pour conclure, un temps d’adaptation sera nécessaire, comme ça a été pour les autres outils faisant appel aux techniques d’information et de communication. Les inquiétudes des scientifiques et spécialistes ne doivent en aucun cas être prises à la légère. Elles devraient nous permettre de réguler ces nouveaux outils pour éviter d’éventuels dérapages. Et comme l’ont rappelé plusieurs experts, Cette régulation ne peut pas rester la chasse gardée des sociétés éditrices de ces outils. On ne doit pas non plus perdre de vue que le mal ne provient rarement    pas des outils, mais plutôt de l’usage que nous en faisons.

Revue de presse
Vitiligo : l’EMA accorde l’AMM à Opzelura® Vitiligo : l’EMA accorde l’AMM à Opzelura®

L’Agence européenne du médicament (EMA) a accordé, jeudi dernier, l’autorisation de mise sur le marché (AMM) à la crème Opzelura®, médicament indiqué dans le traitement du vitiligo non segmentaire avec atteinte faciale chez l'adulte et l'adolescent de plus de 12 ans.

Cette crème à base de ruxolitinib développée par la biotech américaine Incyte, met fin au désert thérapeutique que connaissait cette maladie auto-immune qui provoque une dépigmentation de la peau.

Le PrJulien Seneschal, responsable de l’unité Dermatologie inflammatoire et auto-immune du CHU de Bordeaux, qui a pris part aux deux principales études internationales sur ce traitement, indique que ce médicament ouvre la voie à d’autres traitements innovants. Les deux études en question ont révélé une efficacité de 31% de cette crème.  

Source :.lejdd.fr

Lire la suite
La FDA donne son feu vert pour la première gélule de microbiote fécal humain La FDA donne son feu vert pour la première gélule de microbiote fécal humain

La FDA (Food and Drug Administration) a approuvé, le 26 avril dernier, une première gélule à base de microbiote fécal.
Jusqu’à maintenant, les patients faisaient l’objet d’une transplantation fécale, pour que les bactéries saines d’un donneur de selles les aident à rétablir l’équilibre de leur flore intestinale. Cette transplantation leur permet de prévenir les réinfections, mais reste invasive.


Le nouveau traitement oral commercialisé sous le nom de Vowst est plus simple et moins invasif. Il a obtenu son AMM aux États-Unis dans l’indication : «prévention de la récurrence de l'infection à Clostridioides difficile chez les adultes». Cette bactérie résiste aux antibiotiques et elle est souvent associée à des troubles intestinaux.


Ce nouveau traitement constitue une alternative thérapeutique pour les patients chez qui une antibiothérapie a détruit les bactéries saines de leur intestin les rendant ainsi plus vulnérables vis-à-vis des infections. Les patients qui contractent à nouveau l'infection à Clostridioides difficile voient le risque de récidives augmenter après chaque infection.
Source : futura-sciences.com

Lire la suite
Surdosage de colchicine : une cardiologue et une chef de clinique condamnée Surdosage de colchicine : une cardiologue et une chef de clinique condamnée

Huit ans après le décès d’un enfant de 4 ans suite à un surdosage de colchicine, le Tribunal correctionnel de Nancy vient de rendre son verdict.

Cette affaire dramatique implique trois soignantes poursuivies pour homicide involontaire : la médecin cardiologue qui avait prescrit la colchicine, la chef de clinique responsable de l'interne qui suivait le jeune enfant et l'infirmière qui lui a administré le traitement.

L’affaire remonte à 2015. L'enfant admis aux Urgences du CHRU de Nancy pour des douleurs aux jambes après une chute avait été pris en charge au CHRU de Nancy durant trois semaines. Les médecins l'ont mis sous colchicine qui a des propriétés anti-inflammatoires. Seulement, l'enfant reçoit une dose 16 fois supérieure à celle qu’il aurait dû recevoir. Le jeune enfant est décédé d'un arrêt cardiaque. L'enquête menée par l'ARS (Agence régionale de santé) avait conclu à une «erreur médicamenteuse grave avérée».

Lors du procès, la cardiologue avait indiqué avoir donné les bonnes consignes oralement à la jeune interne. La chef de clinique avait déclaré qu’elle était très peu impliquée dans le suivi du jeune enfant. Quant à l’infirmière, elle avait déclaré avoir simplement suivi les consignes. L’étudiante interne en médecine avait été placée sous le statut de témoin assisté et n’a pas fait l’objet de poursuite judiciaire.  

Les deux médecins ont été reconnues vendredi dernier coupables d'homicide volontaire. La cardiologue a écopé d'une peine d'un an de prison avec sursis et la chef de clinique à six mois de prison avec sursis. Quant à l'infirmière, elle a été relaxée.

Le CHRU de Nancy qui comparaissait à titre de personne morale, pour «la désorganisation de son service de médecine infantile et de sa pharmacie» a été condamné à une amende de 225.000 euros assortie d’une obligation d’afficher la décision sur les portes de l’hôpital.
Source : lindependant.fr

Lire la suite
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Diabète de type 2 : la HAS privilégiant les thérapies non médicamenteuses Diabète de type 2 : la HAS privilégiant les thérapies non médicamenteuses
Un test sanguin pour diagnostiquer le trouble bipolaire Un test sanguin pour diagnostiquer le trouble bipolaire
Les rivières de plus en plus polluées par les médicaments Les rivières de plus en plus polluées par les médicaments
L’EMA mène une enquête sur Nolotil® L’EMA mène une enquête sur Nolotil®
Prochains événements
CINIT 24 : Congrès international de novation & innovation thérapeutique Le 28.06.2024 - Lire la suite
Voir d’autres événements
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire