PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°640 22 août 2022
18890 Destinataires
iberma-pharmanews-sept-2019
[ ÉDITORIAL ]
Covid-19 : des affiches qui inquiètent !

Par Abderrahim Derraji, Docteur en pharmacie

Les antivax ont, une fois de plus, fait parler d’eux en France. Cette fois-ci, ils ont jeté leur dévolu sur Toulouse, ville où ils ont placardé des affiches imposantes diffusant des informations inexactes au sujet des vaccins.

On pouvait ainsi lire sur un panneau publicitaire de 4 mètres sur 3: «Un accident cardiovasculaire pour 100 injections : la santé de nos enfants vaut plus que des vaccins expérimentaux».

Cette campagne qui serait financée par le «Conseil scientifique indépendant» et le collectif ReInfo Covid, véhicule des données qui sont, pour le moins, en contradiction avec celles publiées par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM-France).

En effet, d’après cette Agence qui suit de très près les effets indésirables des vaccins anticovid-19, un effet secondaire est signalé toutes les 850 injections de vaccin environ. Dans 76 % des cas, ces effets sont bénins. Une méta-analyse dont les résultats ont été publiés le mois dernier, a révélé que le risque de développer une myocardite après l’administration d’un vaccin à ARN messager est d’environ 1 sur 10.000 chez les enfants et adolescents masculins.

Le président du Conseil de l’Ordre des médecins de Haute-Garonne a saisi le préfet au sujet de cette affiche. Quant à la mairie de Toulouse, elle est désarmée vis-à-vis des affiches placées sur un terrain privé.

Cette affiche, qui sème le doute dans l’esprit de la population, devrait nous interpeller à plus d’un titre, d’autant plus que contrairement à ce qu’on pourrait croire, le SARS-CoV-2 et ses variants n’ont pas dit leur dernier mot !

Sans remettre sur la table le débat sur l’intérêt de la vaccination que nous avons traité dans plusieurs éditoriaux, on ne peut que constater, une fois de plus, les dégâts pouvant être engendrés par les campagnes anti-vaccination. Tout au long de la pandémie, nous avons assisté à une diffusion larga manu et à travers la Toile de séquences vidéo et d’articles contradictoires au sujet de la vaccination anticovid-19 et les traitements utilisés pour prendre en charge les patients.

En effet, en plus des messages mis en ligne par les autorités sanitaires et par de vrais spécialistes en la matière, un grand nombre de personnes en quête de buzz s’y est aussi mis, y compris des personnes qui sont à mille lieux du domaine médical. Malheureusement, ce sont les messages qui choquent le plus et qui remettent en question les versions officielles qui sont les plus diffusés. 

Résultat des courses : le capital confiance dont jouissaient les vaccins est en train de partir en fumée surtout que les doses administrées aux populations ne les ont pas forcément immunisées contre les derniers variants du Sars-CoV-2. Ce dont on est sûr aujourd’hui, c’est que ça va être de plus en plus difficile de convaincre les populations à se faire vacciner aussi bien pour se protéger contre des variants plus virulents du Coronavirus que contre la grippe, même quand les bénéfices du vaccin l’emportent sur ses risques.

Revue de presse
Opiacés : des chaînes de pharmacies condamnées à verser 650,6 millions de dollars à deux comtés de l'Ohio Opiacés : des chaînes de pharmacies condamnées à verser 650,6 millions de dollars à deux comtés de l'Ohio

Selon un communiqué du cabinet d'avocats The Lanier Law Firm, les chaînes de pharmacies Walmart, Walgreens et CVS ont été condamnées le 17 août par le tribunal de l'Ohio à verser la somme 650,6 millions de dollars aux comtés de Lake et Trumbull pour le rôle qu’ils ont joué dans la crise des opiacés. D'après ce cabinet d'avocats, cette somme servira à financer des programmes d'éducation et de prévention.

Walmart ne compte pas en rester là puisqu’il a annoncé dans un communiqué son intention de faire appel, pour dénoncer un procès qui serait d’après lui «truffé d'erreurs juridiques et factuelles».

Les pharmacies appartenant à ces chaînes et qui avaient distribué massivement des opiacés dans les comtés de Lake et Trumbull, avaient été jugées coupables en novembre dernier. Les avocats de ces comtés ont convaincu le jury que la dispensation en grande quantité représente une «nuisance publique». Les pharmaciens ont délivré des opiacés en ignorant pendant des années des signaux d'alarme sur des prescriptions douteuses.

Les chaînes de pharmacies estiment de leur côté que les pharmaciens n’ont fait que respecter des ordonnances légales rédigées par des médecins, qui prescrivent des substances approuvées par les autorités sanitaires.

C'est la première fois que des distributeurs de médicaments ont été condamnés dans cette crise sanitaire qui a été à l'origine de plus de 500.000 morts par overdose en vingt ans aux États-Unis.
Source : Francetvinfo.fr

Lire la suite
Pfizer débourse 5 milliards de dollars pour acquérir Global Blood Therapeutics Pfizer débourse 5 milliards de dollars pour acquérir Global Blood Therapeutics

Le géant Américain Pfizer a annoncé le 8 août qu’il a conclu un accord avec la société Global Blood Therapeutics qui va lui permettre de l’acquérir en échange d’une somme de 5,4 milliards de dollars.

Société Global Blood Therapeutics vient d’obtenir le feu vert des autorités sanitaires pour la mise sur le marché d’Oxbryta®, un traitement indiqué dans la prise en charge de la drépanocytose.

Les conseils d'administration des deux entités ont donné leur accord pour que la transaction puisse se concrétiser. Il ne manque plus que le feu vert des autorités de régulation et des actionnaires de Global Blood Therapeutics.

Oxbryta® a décroché l’AMM aux États-Unis pour les plus de 12 ans en 2019 et pour les 4 à 11 ans depuis décembre 2021. Ce traitement de la drépanocytose a été autorisé par la Commission européenne, les Émirats arabes unis, Oman et la Grande-Bretagne.

Pfizer compte  sur sa plateforme mondiale pour accélérer la distribution de ce traitement dans les régions du monde les plus affectées par la drépanocytose.
Source : https://www.capital.fr

Lire la suite
Espagne : le virus de la variole des singes "détectable" dans le sang Espagne : le virus de la variole des singes "détectable" dans le sang

Selon une étude espagnole menée par l’équipe de l'hôpital Gregorio Marañón à Madrid (Espagne) et ses collègues, le virus de la variole des singes a été détecté par PCR dans le sang de 33 patients sur 37 ce qui correspond à un taux de positivité de 92%, sachant que celui obtenu à partir des lésions est de 97%.

Les auteurs de cette étude ont aussi remarqué que la charge virale était plus faible dans le plasma des cas confirmés de Monkeypox par apport celle trouvée sur les lésions cutanées. Cela laisse supposer que les patients avaient le virus dans le sang avant l'apparition des lésions cutanées.

Riches de ces résultats, les chercheurs espagnols envisagent de rechercher le virus de la variole des singes chez les cas contact ne présentant pas encore de lésions cutanées. Cela permettra un diagnostic précoce de cette maladie ainsi qu'un meilleur contrôle des chaînes de transmission.
Source : Le Moniteur des pharmacies

 

Lire la suite
Kapruvia® approuvé en Suisse Kapruvia® approuvé en Suisse

Swissmedic vient donner son approbation pour l’utilisation de Kapruvia® pour la prise en charge du prurit modéré à sévère associé à l'insuffisance rénale chronique (IRC) chez les patients adultes hémodialysés.

L’homologation de ce traitement à base de difelikefalin en Suisse fait suite à celle de la FDA (U.S Food & Drug Administration) accordée en août 2021 et de l’EMA (European Medicines Agency) décrochée en avril 2022.


Le feu vert de Swissmedic s'appuie sur les résultats positifs de deux études cliniques de phase III menées aux États-Unis.
Source : zonebourse.com 

Lire la suite
VENOREINE
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Conférence nationale de Sigmapharm : L’équilibre des caisses d'assurance oui, mais pas au détriment de celui des pharmacies ! Conférence nationale de Sigmapharm :  L’équilibre des caisses d'assurance oui, mais pas au détriment de celui des pharmacies !
Faut-il «sucrer» les édulcorants ? Faut-il «sucrer» les édulcorants ?
Congrès de la FIP : La Covid-19 a renforcé le rôle du pharmacien Congrès de la FIP : La Covid-19 a renforcé le rôle du pharmacien
Le président de la FIP exhorte les parlementaires espagnoles à impliquer davantage les pharmaciens Le président de la FIP exhorte les parlementaires espagnoles à impliquer davantage les pharmaciens
Prochains événements
5ème Édition de MPHARMA DAY Le 24.09.2022 - Rabat Lire la suite
5ÈME FORUM DE L'OFFICINE Le 29.09.2022 - Tunisia Lire la suite
8ème congrès International de Toxicologie Le 12.10.2022 - Fes Lire la suite
3ème congrès de médecine légale Le 20.10.2022 - Marrakech Lire la suite
Voir d’autres événements
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire