PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°635 27 juin 2022
18462 Destinataires
iberma-pharmanews-sept-2019
[ ÉDITORIAL ]
Distribution pharmaceutique en Afrique : enjeux et perspectives

Abderrahim Derraji, docteur en pharmacie

L’Association de la distribution pharmaceutique africaine (ADPA) a organisé, les 24 et 25 juin 2022 à Dakar, ses Journées et sa première assemblée générale post-Covid.

Cette rencontre, qui a été suivie avec intérêt par les membres de l’ADPA et leurs invités, a permis à plusieurs experts de brosser un tableau de la répartition en Afrique. Ils ont également formulé une série de recommandations pour que les distributeurs pharmaceutiques puissent jouer le rôle qui leur incombe.

Comme l’ont affirmé plusieurs intervenants ayant pris part aux deux sessions programmées par le Comité d’organisation, la pandémie Covid-19 a montré que les nations disposant d’une industrie efficiente et proactive ainsi qu’un réseau de distribution efficace ont pu faire face aux besoins de leurs populations en médicaments et en produits de santé durant la pandémie.

Lahcen Senhaji et Ken Accajou, respectivement, président et vice-président de l’ADPA, ont indiqué que leur association s’est fixé comme objectif de mettre en place des mécanismes à même de garantir un seuil important de convergence chez les intervenants du secteur de la santé aussi bien public que privé et particulièrement le secteur pharmaceutique.

Le rôle des répartiteurs est incontournable pour garantir l’approvisionnement des pharmacies en médicaments et produits de santé, ce qui fait d’eux et des pharmaciens des partenaires essentiels dont le dynamisme conditionne la réussite de toute politique de santé.

Bien évidemment, ce rôle ne peut être joué que si l’approvisionnement en amont est régulier et efficient. C’est sans doute ce qui a poussé de nombreuses nations africaines à se doter d’une industrie pharmaceutique pour réduire autant que possible leur dépendance vis-à-vis de pays tiers.

La mise en place de la Couverture médicale universelle (CMU) se présente de plus en plus comme un défi pour les pays africains. Sa généralisation ne peut cependant pas donner l’effet escompté en l’absence d’une gestion rationnelle des ressources et la mise en place d’outils permettant de générer des indicateurs fiables nécessaires pour un suivi étroit, entre autres, du rapport recettes/dépenses des caisses d’assurances maladies.

Et comme l’a rappelé le président de l’ADPA, Lahcen Senhaji, un pays ne pouvant pas fabriquer ses médicaments, peut toujours les importer. Par contre, aucune nation ne peut faire l’économie d’un réseau de distribution adapté à ses spécificités.

La répartition peut intervenir à plusieurs niveaux à commencer par la disponibilité des médicaments et des produits de santé, une distribution au meilleur coût et un maillage permettant de couvrir toutes les régions d’un pays.

Les perspectives présentées lors de cette journée présagent une dynamique qui va, sans nul doute, avoir des répercussions favorables sur la prise en charge des patients. Seulement, on ne peut envisager une optimisation de cette prise en charge que si les politiques de santé prennent en considération la viabilité de tous les intervenants. Une politique qui considère la baisse des prix des médicaments comme l'unique levier pour améliorer leur accès est fatalement vouée à l’échec.

Avant de se quitter, les membres de l’ADPA se sont engagés à continuer à collaborer et à œuvrer pour que la distribution soit à la hauteur des attentes de leurs pays respectifs. L'implication des décideurs et des donneurs d'ordre, les partenariats Sud-Sud et la mise en place des bonnes pratiques sont des éléments essentiels pour atteindre cet objectif.

Revue de presse
Les hôpitaux de Lyon fabriquent un médicament introuvable et sauvent 27 vies Les hôpitaux de Lyon fabriquent un médicament introuvable et sauvent 27 vies

L’infection d’un greffé du foie âgé de 15 ans par un champignon a mis sa vie en danger. En effet, sans un traitement à base de fumagilline, les diarrhées dont il souffrait risquaient de se compliquer et d'hypothéquer le pronostic vital.

Les Hospices civils de Lyon (HCL) ont pu sauver ce jeune ainsi que 26 autres patients en produisant un médicament à base de fumagilline, un antiparasitaire utilisé depuis les années 1950 et dont la production a cessé en 2019. Les stocks ont été entièrement utilisés avant mars 2020.

Les scientifiques de Fripharm, la plateforme de fabrication, de recherche et d’innovation pharmaceutique des HCL se sont approvisionnés en Hongrie après avoir fait le tour des fournisseurs chinois et indiens sans succès. Grâce au stock de fumigaline achetée, les pharmaciens hospitaliers ont pu produire un médicament sur mesure pour le jeune greffé qui a guéri en quinze jours. Ce sauvetage in extremis qui a eu lieu au mois d’août 2021 a été suivi par la prise en charge de 26 autres malades qui ont également été sauvés.

Malheureusement, les 300 grammes de stock récupérés en Hongrie s’amenuisent de jour en jour. C’est pour cette raison que Fripharm cherche une startup capable de l’accompagner dans la fabrication de cet anitiparasitaire sur le long terme. Le coût de lancement de la production a été évalué à environ 1 million d’euros, montant qui ne pourra être financé que par une aide extérieure qu’il faut chercher à tout prix pour sauver la vie de plusieurs patients immunodéprimés.
Source : https://www.liberation.fr

Lire la suite
Covid-19 : Est-ce que l’hydroxychloroquine a fait des milliers de victimes au début de la pandémie ? Covid-19 : Est-ce que l’hydroxychloroquine a fait des milliers de victimes au début de la pandémie ?

Selon une étude menée à l’Université de Lyon et présentée au Congrès de la Société française de pharmacologie et de thérapeutique (SFPT), 16.274 personnes seraient décédées après avoir été traitées par l’hydroxychloroquine (HCQ) durant la première vague de la Covid-19. Ces victimes sont issues de huit pays.

Cette étude, dont le résultat a été cité le jeudi 16 juin 2022 par l’agence de presse médicale APMnews, et qui est actuellement en cours de relecture, a mis en avant une surmortalité de 11% liée à l’utilisation de l’HCQ.

Les chercheurs ont examiné les dossiers des patients Covid hospitalisés de mars à mi-juillet 2020 ainsi que le taux d’utilisation de l’HCQ dans chacun des huit pays étudiés.

Les écarts entre les pays sont considérables. Il y aurait eu entre six décès dus à l’HCQ au Brésil et 10.821 aux États-Unis. Quant à la France, le nombre de décès liés à l’HCQ durant le premier semestre de 2020 varie entre 115 et 293.

D’après les auteurs de l’étude, le nombre de 16.274 morts imputés à l’HCQ est probablement sous-estimé en raison du manque de données. Le quotidien français «Le Parisien» précise, par ailleurs, qu’un total de 9.484 décès a été avancé dans un premier temps lors du congrès, mais les auteurs ont depuis réajusté les données.

Les chiffres avancés doivent, toutefois, être relativisés en raison de la méconnaissance des taux réels de prescriptions de dans chaque pays. Les incertitudes liées à d’autres paramètres n’ayant pas été pris en compte par les chercheurs, comme le nombre de morts indirects, constituent également un facteur limitant de ces travaux.
Source : Ouest-France

Lire la suite
VENOREINE
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Ruptures de stock : Faute avouée à moitié pardonnée ! Ruptures de stock : Faute avouée à moitié pardonnée !
Mucoviscidose : Kaftrio® admis au remboursement pour les + de 12 ans en Belgique Mucoviscidose : Kaftrio® admis au remboursement pour les + de 12 ans en Belgique
Seule la pharmacie marocaine pourrait disparaître ? Seule la pharmacie marocaine pourrait disparaître ?
France : le Sénat donne son feu vert pour une carte vitale biométrique France : le Sénat donne son feu vert pour une carte vitale biométrique
Nouveaux sur medicament.ma
SIMDAX 2.25 MG / ML, Solution à diluer pour perfusion IV
LABORATOIRE : Afric Phar
COMPOSITION : Lévosimendan
INDICATION (S) : Indiqué chez l'adulte dans le traitement à court terme de l’insuffisance cardiaque chronique sévère en décompensation aiguë (ICDA) lorsque le traitement habituel est insuffisant et lorsque l’utilisation d’un agent inotrope est approprié.
PRESENTATION : Flacon de 5 ML
PPV : 7987DHS
ELYCHOR 0.03 MG / 2 MG, Comprimé pelliculé
LABORATOIRE : ZENITH PHARMA
COMPOSITION : Éthynylestradiol | acétate de chlormadinone
INDICATION (S) : Contraception orale avec une action antiandrogénique marquée.
PRESENTATION : Boite de 21
PPV : 46DHS
Prochains événements
OFFICINE PLUS 2022 Le 09.09.2022 - Casablanca Lire la suite
FIP SEVILLE 2022 : 80TH FIP WORD CONGRESS OF PHARMACY AND PHARMACEUTICAL SCIENCES Le 18.09.2022 - Spain Lire la suite
CONGRÈS INTERNATIONAL DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES DE BENI MELLAL-CISPHARMA 2022 Le 24.09.2022 - Beni Mellal Lire la suite
5ÈME FORUM DE L'OFFICINE Le 29.09.2022 - Tunisia Lire la suite
Voir d’autres événements
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire