PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°570 15 février 2021
13116 Destinataires
iberma-pharmanews-sept-2019
[ ÉDITORIAL ]
Covid-19 : un virus peut en cacher un autre !

Depuis plus d’un an, les pouvoirs publics se démènent nuit et jour et font l’impossible afin de contenir la pandémie COVID-19 et ce virus qui n’a pas fini de nous surprendre.

En effet, de nouveaux variants plus contagieux et plus ou moins virulents que le Sars-Cov-2 initial, inquiètent la communauté

scientifique et les autorités sanitaires d’un grand nombre de pays qui se seraient bien passés de ces mutations.

 
La plupart des nations ont eu à jouer des coudes pour avoir de quoi vacciner leurs populations. Dans leurs prévisions, ces pays 
tablent sur le maintien de l’efficacité des doses achetées le temps que les laboratoires puissent mettre sur le marché des vaccins prenant en considération les nouveaux variants du Sars-Cov-2.

Les pays chanceux qui ont reçu les premières livraisons de vaccins se sont engagés dans une course contre la montre pour vacciner leur population et atteindre l’immunité collective, sachant que seulement quelques pays ont la capacité de déployer la logistique nécessaire pour l’atteindre, d’ici la fin de l’été prochain. 

En d’autres termes, ce n’est pas demain qu’on sonnera le glas des restrictions sanitaires, d’autant plus que certains pays redoutent une nouvelle vague qui sera  provoquée,cette fois-ci, par le variant anglais ou sud-africain qui sont en train de se répandre comme une trainée de poudre. Dans certaines régions de France, par exemple, on commence à se préparer à cette vague entre autres en  déprogrammant certaines hospitalisations pour pouvoir accueillir davantage de cas COVID-19.
 
L’impact du confinement sur l’économie et sur les sujets condamnés à l’isolement est incommensurable.  Au Japon, le taux de suicide a même grimpé de 3,7% en 2020 par rapport à 2019. Le Journal Asahi Shimbun  rapporte que le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a nommé Tetsushi Sakamoto à un poste ministériel spécialement créé pour lutter contre la solitude.  

Le Maroc où on assiste à une amélioration relative de la situation sanitaire, on a vacciné plus de 1,3 million de personnes.  On peut dire que le Royaume est en bonne voie pour vacciner sa population, même si la cadence actuelle de vaccination gagnerait à être revue à la hausse pour pouvoir atteindre rapidement l’immunité collective.

Nul ne peut nier que les nouveaux variants nous donnent des sueurs froides, mais le danger ne vient pas uniquement du virus, on a constaté que malgré les différentes campagnes de communication, beaucoup de personnes hésitent encore à se faire vacciner. Pourtant, le vaccin est gratuit et tout a été fait pour que la population puisse se faire vacciner dans de bonnes conditions.
 
Cette peur injustifiée s’explique en grande partie par des rumeurs infondées qui circulent au sujet des vaccins anti-Covid-19. Les réseaux sociaux contribuent à la difusion  de ces rumeurs auprès de la population avec une viralité qui dépasse de très loin celle des message vantant les mérités des vaccins. 

Selon un rapport publié au mois de novembre dernier par l’organisme à but non lucratif First Draft, 84 % des interactions sur les contenus anti-vaccins provenaient des pages Facebook et Instagram.

In fine, on ne peut faire l’économie d’évaluer comme il se doit la désinformation et son impact sur les internautes marocains. Les résultats de nos enquêtes devraient nous inciter mettre en place les outils les plus appropriés pour combattre toutes les formes de désinformation. La collaboration internationale est également essentielle pour espérer empêcher une minorité qui est entrain de saboter des vaccins miraculeux qui constituent le seul moyen pour nous d’éviter le cauchemar que nous vivons actuellement !  

OROSTIM B2-newsletter-Test
Revue de presse
France : 149 déclarations d’effets indésirables chez le personnel de santé vacciné France : 149 déclarations d’effets indésirables chez le personnel de santé vacciné

Dans un point d’information publié le 11 février 2021, l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM – France) révèle que 149 effets indésirables ont été déclarés entre le 6 et le 10 février chez les 100.00 professionnels de santé (âge moyen : 34 ans) ayant reçu une dose du vaccin d’AstraZeneca.

Il s’agit de syndromes grippaux souvent de forte intensité (fièvre élevée, courbatures ou céphalées). Ces effets indésirables sont connus et décrits avec les vaccins.

L’ANSM souligne que le lot du vaccin AstraZeneca utilisé depuis le 6 février 2021 a fait l’objet d’un contrôle strict de sa qualité pharmaceutique conformément à la procédure de libération des lots. Ce lot a été utilisé dans 21 autres pays de l’Union européenne. À ce jour, il n’y a pas eu autant de déclarations dans d’autres pays.

L’ANSM indique également que les établissements ont été avisés de ce signal potentiel pour limiter le risque de perturbation du fonctionnement des services de soins. L’Agence française recommande de vacciner de façon échelonnée le personnel d’un même service. Elle recommande également qu'en cas de fièvre et/ou de douleurs, de privilégier le recours au paracétamol à la dose la plus faible et le moins longtemps possible.
Source : ANSM

Lire la suite
AstraZeneca : deux fois plus de bénéfice en 2020 AstraZeneca : deux fois plus de bénéfice en 2020

Le groupe AstraZeneca a publié jeudi dernier un bénéfice net de 3,2 milliards de dollars. Ce bénéfice qui a plus que doublé, s’explique par les retombées du vaccin anti-Covid-19 que ce groupe britannique a mis le marché.  

Les ventes de ce groupe pharmaceutique hors vaccin anti-Covid-19 ont augmenté de 9%. Les spécialités antiasthmatiques dont la vente a été boostée par la pandémie ont contribué à cette augmentation, sachant que la pandémie a freiné l’administration de certains médicaments utilisés, notamment en oncologie.

Le groupe britannique, qui a initié des essais de phase 3 pour un médicament à base d’anticorps contre la Covid- 19, table sur une hausse des ventes de 1 à 4% et un bénéfice qui va s’accélérer l’an prochain. Le groupe indique, cependant, que ces prévisions ne prennent pas en considération les chiffres réalisés sur le vaccin anti-Covid-19.

Beaucoup de pays comptaient sur le vaccin développé par l’alliance Oxford/AstraZeneca pour vacciner leurs populations et sortir de cette pandémie. Mais le groupe peine à honorer les commandes notamment des pays européens dont certains ont décidé de réserver le vaccin AstraZeneca aux moins de 65 ans.

Il est à noter que l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) a annoncé la semaine dernière que le vaccin de ce groupe pouvait être administré aux plus de 65 ans et même dans les pays où circulent de nouveaux variants.

L’Agence européenne du médicament (EMA) a, pour sa part, annoncé mercredi dernier qu’elle a demandé à tous les laboratoires d’évaluer l’efficacité de leurs vaccinscontre les nouveaux mutants. 
Source : https://www.leparisien.fr

Lire la suite
La FDA autorise LIBTAYO® de Sanofi dans la prise en charge du carcinome basocellulaire au stade avancé La FDA autorise LIBTAYO® de Sanofi dans la prise en charge du carcinome basocellulaire au stade avancé

Le groupe tricolore Sanofi vient d’annoncer que la Food and Drug Administration (FDA-US) a donné son feu vert pour l’utilisation du cemiplimab-rwlc qui sera commercialisé sous la désignation LIBTAYO®. Cet inhibiteur de PD-1 devient de ce fait le premier médicament d’immunothérapie indiqué dans la prise en charge des patients atteints d’un carcinome basocellulaire (CBC) avancé ayant déjà été traités par un inhibiteur de la voie Hedgehog ou auxquels un inhibiteur de la voie Hedgehog ne convient pas.


Une approbation complète a été accordée pour les patients atteints de CBC localement avancé et une approbation accélérée a été accordée pour les patients atteints de CBC métastatique.

«Regeneron, nous continuons de développer Libtayo dans plusieurs indications et dans le cadre de divers essais cliniques, en monothérapie et en association avec plusieurs autres approches thérapeutiques, afin de proposer des options thérapeutiques significatives aux patients présentant des besoins médicaux non satisfaits importants», a indiqué Peter Adamson, responsable Développement global, Oncologie et Innovation en Pédiatrie de Sanofi.

Le CBC est le cancer de la peau le plus fréquent aux États-Unis où le nombre de nouveaux cas diagnostiqués par an est estimé à près de deux millions. Généralement, ils sont diagnostiqués tôt et pris en charge par chirurgie ou radiothérapie. Seule une petite proportion des patients a des tumeurs pouvant atteindre un stade avancé et pénétrer plus profondément dans les tissus ou se propager à d’autres organes, ce qui complique leur prise en charge.

L’autorisation de LIBTAYO® par la FDA fait suite aux résultats d’un essai multicentrique de phase II en ouvert et non randomisé ayant recruté des patients porteurs d’un CBC localement avancé non résécable ou d’un CBC métastatique (métastases ganglionnaires ou à distance).
Source : sanofi

Lire la suite
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Toutes ces erreurs qu’on aurait pu éviter ! Toutes ces erreurs qu’on aurait pu éviter !
l’ANSM suspend la commercialisation du «spray nasal COV-Defense» et «spray nasal Biokami» l’ANSM suspend la commercialisation du «spray nasal COV-Defense» et «spray nasal Biokami»
Covid-19 : deux médecins canadiens appellent à retarder les secondes doses de vaccins pour sauver plus de vies Covid-19 : deux médecins canadiens appellent à retarder les secondes doses de vaccins pour sauver plus de vies
Prégabaline (Lyrica® et génériques) : l’ordonnance sécurisée devient obligatoire en France dès le mois de mai Prégabaline (Lyrica® et génériques) : l’ordonnance sécurisée devient obligatoire en France dès le mois de mai
Nouveaux sur medicament.ma
CONASAL 0,05 %, Suspension pour pulvérisation nasale
LABORATOIRE : RIM
COMPOSITION : Furoate de mométasone
INDICATION (S) : La mométasone est Indiqués chez les adultes et les enfants à partir de 3 ans en traitement symptomatique de la rhinite allergique saisonnière ou de la rhinite perannuelle.
PRESENTATION : Flacon de 20 ml
PPV : 119.1DHS
TIOVA 18 µG ROTACAPS , Gélule
LABORATOIRE : CIPLA
COMPOSITION : Tiotropium
INDICATION (S) : Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) Le tiotropium est indiqué en traitement bronchodilatateur continu destiné à soulager les symptômes des patients présentant une bronchopneumopathie chronique obstructive. Asthme Le Tiotropium est indiqué en
PRESENTATION : Un pillulier de 15 gélules Les gellules doivent être utilisées avec le dispositif Revoliser ( PPC : 50 DH )
PPV : 161.8DHS
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire