PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°546 31 août 2020
12829 Destinataires
iberma-pharmanews-sept-2019
[ ÉDITORIAL ]
La «fin» de la poliomyélite !

Par Abderrahim Derraji

Dans un communiqué du 25 août 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué que la Région africaine de l’OMS a été certifiée exempte de poliomyélite sauvage. Dans cette Région, aucun nouveau cas de poliomyélite d'origine naturelle n’a été recensé depuis quatre ans.

Contrairement à la variole qui a été éradiquée de tous les pays depuis 40 ans, la transmission du poliovirus sauvage se poursuit encore dans une des six régions de l’OMS.

Il faut noter que 16 pays africains connaissent des flambées de poliovirus de type 2 dérivé d’une souche vaccinale. C’est pour cette raison que le communiqué de l’OMS précise que l’éradication ne concerne que les trois souches de poliovirus sauvage. Deux d'entre elles ont totalement disparu et seule la souche 1 reste active au Pakistan et e
n Afghanistan.


D’autres maladies font également l’objet d’un programme d’éradication de l’OMS comme la dracunculose. Cette affection parasitaire connue également sous la désignation «maladie du ver de Guinée» pourrait être prochainement éradiquée. Les dernières données de l’OMS ne font état que de quatre cas humains seulement.

Le pian pourrait aussi faire partie de la liste des affections pouvant être éliminées. Il s’agit d’une maladie infectieuse de l’enfance chronique, défigurante et débilitante due au Treponema pallidum. Pourtant, une dose unique par voie orale d’azithromycine ou une injection de benzathine pénicilline suffiraient à soigner cette maladie. L’Inde a éradiqué le pian en 2016, mais selon les données recueillies par l’OMS en 2016, 13 pays continuent à notifier des cas de pian.

La rougeole fait également partie des maladies que l’OMS s’est fixé comme objectif d’éliminer. Malheureusement, et malgré la généralisation de la vaccination, on continue à enregistrer régulièrement des épidémies qui font des millions de victimes. En 2019, on a assisté à une flambée de cas de rougeole y compris aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Grèce. La recrudescence de cette maladie virale s’explique par l'affaiblissement de la couverture vaccinale. Celle-ci doit être supérieure à 95% pour espérer éradiquer cette maladie éruptive.

Les maladies qui font l’objet d’un programme d’éradication n’ont généralement pas de réservoir animal et sont faciles à prévenir et à traiter. Par contre, les maladies dont les agents pathogènes subissent des mutations, comme c’est le cas de la grippe, leur éradication est impossible.

On ne peut s’empêcher de penser à la pandémie du nouveau coronavirus qui a déjà affecté plus de 25 millions de personnes et fait plus 800.000 victimes à travers le monde. Malheureusement et en dépit d’une mobilisation internationale sans précédent, aucun traitement ne s’est révélé efficace et on ne dispose pour le moment que d’un «vaccin» dont l’efficacité est à prouver et des candidats vaccins qui n’ont pas encore terminé tous les tests requis.

Aussi, la situation de chaos mondiale engendrée par ce nouveau virus devrait inciter la communauté mondiale à faire preuve de solidarité pour qu’un vaccin efficace et dénué de toxicité soit accessible à tous les pays y compris les plus pauvres. Malheureusement, la course contre la montre que se livrent les pays riches pour acquérir les premières doses de vaccins qui vont être produites, ne présage rien de bon. Les pays à faible revenu risquent, dans le meilleur des cas, d’être servis en dernier, or chaque jour d’attente aggravera leur situation sanitaire et économique !

OROSTIM B2-newsletter-Test
Revue de presse
Pr Bouchra Meddah nommée officiellement Directrice du médicament et de la pharmacie Pr Bouchra Meddah nommée officiellement Directrice du médicament et de la pharmacie

Le Conseil du gouvernement a nommé, le jeudi 27 août, Bouchra Meddah comme nouvelle Directrice de la DMP (Direction du médicament et de la pharmacie).

Bouchra Meddah, qui a assuré l’intérim à la tête de la DMP depuis le départ du Pr Jamal TaoufiK, est titulaire du Diplôme national de spécialité en pharmacie industrielle. Elle est également professeure agrégée de pharmacologie et membre de la Commission de la recherche à la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat (FMPR).

Elle a, auparavant, occupé le poste de pharmacienne au sein de l’Institut national d’oncologie (INO) au Centre hospitalier Ibn Sina de Rabat-Salé et le poste de présidente de la Société marocaine de pharmacie oncologique.

La nouvelle directrice va devoir faire preuve à la fois de fermeté et de diplomatie dans une période très compliquée. Elle doit également s’armer de patience pour faire face à la pression continue de certains médias !

Lire la suite
Covid-19 : le taux d’anticorps n’est pas toujours au rendez-vous ! Covid-19 : le taux d’anticorps n’est pas toujours au rendez-vous !

Une étude menée à Shangaï dont les résultats viennent d’être publiés dans le JAMA (Journal of American Medical Association) a révélé que la réponse immunitaire est variable d’un patient à l’autre.

Cette étude a porté sur 175 patients admis à l’hôpital en raison de symptômes modérés de Covid-19 entre le 24 janvier et le 26 février 2020. Ces patients ont été suivis jusqu’au 26 mars.

Quelque 93 de ces malades étaient des femmes et l’âge moyen des patients était de 50 ans. La durée moyenne d’hospitalisation était de 16 jours, quand à la durée moyenne de leur maladie, elle est de 22 jours.

Les auteurs de l’étude ont remarqué que le taux d’anticorps neutralisant était variable d’un malade à l’autre.

Le taux d’anticorps chez dix patients n’était pas détectable et chez deux autres patients, il était particulièrement élevé. Les taux étaient significativement plus importants chez les hommes que chez les femmes. Ils le restaient pendant la période de suivi chez 56 hommes par rapport à 61 femmes. Ce taux était également plus important chez les patients ayant un âge supérieur à 56 ans que chez les sujets plus jeunes, ainsi que les patients dont la réponse inflammatoire était plus forte.

D’après les auteurs de l’étude, un taux élevé d’anticorps ne signifie pas forcément une meilleure protection. Les patients hommes âgés et ayant une réponse inflammatoire forte développaient plus souvent une maladie plus grave que les autres. Les chercheurs se posent, de ce fait, la question au sujet du taux protecteur d’anticorps neutralisants qui conditionnent l’efficacité d’un éventuel vaccin et sur la capacité de se protéger de la Covid-19 des patients dont les anticorps restent indétectables.
Source : www.univadis.fr

Lire la suite
3.	Des chiens dressés à détecter l’odeur de la Covid-19 3. Des chiens dressés à détecter l’odeur de la Covid-19

Grâce à leur capacité d’identifier de façon fiable la signature chimique de la Covid-19, des chiens pourraient bientôt prendre part aux campagnes de dépistage du Sars-CoV-2.

Une étude est actuellement en cours en Allemagne. Les résultats de cette étude contrôlée, randomisée et en double-aveugle ont été publiés au mois de juillet dans le journal «BMC Infectious Diseases».

Pour ce faire, les auteurs de cette étude ont fait appel à des chiens militaires qui ont été entraînés pendant une semaine à détecter des patients Covid-19+ à partir d'échantillons salivaires ou de sécrétions trachéobronchiques.


Sur 1012 échantillons présentés au hasard, le taux de détection des chiens était en moyenne de 94% (±3,4%) avec 157 positifs corrects, 792 négatifs corrects, 33 faux négatifs et 30 faux positifs.

Les auteurs de cette étude ont conclu que les résultats qu’ils ont obtenus plaident en faveur du développement de cette méthode originale de détection du Covid-19. Des chiens entraînés pourraient être en service dans les aéroports, aux frontières ou au cours d'événements sportifs, a indiqué un communiqué de l'Université de Hanovre, promotrice de cette étude.
Source : https://francais.medscape.com

Lire la suite
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Essai clinique Solidarity : L’HCQ et le remdesivir ont du plomb dans le blister ! Essai clinique Solidarity : L’HCQ et le remdesivir ont du plomb dans le blister !
Covid-19 : Le gouvernement américain investit 486 millions de dollars dans un traitement d’AstraZeneca. Covid-19 : Le gouvernement américain investit 486 millions de dollars dans un traitement d’AstraZeneca.
Covid-19 : Les enfants présentent peu de signes et une létalité insignifiante Covid-19 : Les enfants présentent peu de signes et une létalité insignifiante
La ville chinoise Jiaxing propose à ses habitants une vaccination contre la Covid-19 La ville chinoise Jiaxing propose à ses habitants une vaccination contre la Covid-19
Prochains événements
JPIC 2020 : Journée pharmaceutique internationale de Casablanca - Congrès virtuel Le 20.11.2020 - Casablanca Lire la suite
Voir d’autres événements
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire