PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°500 15 juillet 2019
12186 Destinataires
iberma-pharmanews-sept-2019
[ ÉDITORIAL ]
Paracétamol : primum non nocere* !

Par Abderrahim Derraji

La consommation du paracétamol augmente d’année en année, et les médicaments à base de paracétamol font partie des produits pharmaceutiques les plus vendus à travers le monde.

Cette molécule, qui possède des propriétés antalgique et antipyrétique, peut être nocive en cas de surdosage. Ceci est d’autant plus grave que peu de patients sont au courant de sa toxicité. À titre d’exemple, en France et malgré les compagnes de sensibilisation, seuls 14% des patients sont au fait de la toxicité du paracétamol. C’est sans doute ce qui a motivé l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM – France) à lancer une consultation publique afin de renforcer la prévention des risques hépatiques liés au surdosage du paracétamol.

À la suite de cette consultation publique, l’ANSM a décidé l’ajout d’un message «surdosage=danger» sur la face avant des boîtes de tout médicament contenant du paracétamol. L’ANSM a donné 9 mois aux laboratoires pharmaceutiques pour se mettre en conformité avec cette nouvelle exigence.

Un surdosage en paracétamol constitue une urgence médicale. Il est asymptomatique dans les premières heures et nécessite une prise en charge rapide avec administration de la N-acétyl-cystéine. Faute de quoi, on assiste à une destruction irréversible du foie pouvant engager le pronostic vital si aucune greffe de foie n’est envisageable.

L’hépatotoxicité du paracétamol par surdosage devrait interpeler les professionnels de santé, car il s’agit d’un principe actif efficace qui est largement prescrit par les médecins, conseillé par les pharmaciens et très utilisé en automédication. Elle devrait également faire réfléchir les autorités sanitaires avant la prise de toute décision occultant les spécificités des médicaments y compris les plus «anodins».

Malheureusement, dans certains pays ces autorités ont fini par céder aux partisans du tout économique qui semblent faire peu cas des risques que représente la vente des médicaments en dehors des pharmacies. Ces derniers oublient souvent qu’une vraie dispensation dans les règles de l'art ne peut être remplacée par un simple acte de vente dénué des conseils de bonne utilisation qui doivent l’accompagner pour garantir le bon usage des médicaments.

Aussi, cet usage inapproprié du paracétamol devrait nous inciter à organiser des campagnes de sensibilisation pour inciter les patients à utiliser convenablement le paracétamol. Nous devrions également mener une lutte sans merci contre la vente des médicaments dans les épiceries, les souks, etc. Les professionnels de santé devraient également s’impliquer davantage en pharmacovigilance pour détecter et quantifier les évènements indésirables des médicaments et leurs mésusages, faute de quoi on sera incapable de générer des alertes en relation avec certains mésusages qui sont propres aux usagers des médicaments au Maroc.

* Primum non nocere est une locution latine qui signifie : « en premier ne pas nuire », « d'abord, ne pas faire de mal ». C'est le principal dogme abstentionniste appris aux étudiants en medecine et en pharmacie. La plus ancienne trace de ce principe se trouve dans le traité des Épidémies d'Hipocrate, daté de 410 av. J.-C.

OROSTIM B2-newsletter-Test
Revue de presse
Imfinzi désigné comme «médicament orphelin» Imfinzi désigné comme «médicament orphelin»

Les Laboratoires AstraZeneca viennent d’annoncer que la FDA (Food and Drug Administration) américaine vient d’accorder à leur spécialité pharmaceutique Imfinzi le statut de "médicament orphelin" dans la prise en charge du cancer du poumon à petite cellule (SCLC).

L’Agence américaine a accordé ce statut en s’appuyant sur l'essai de phase III Caspian qui a révélé une amélioration statistiquement et cliniquement significative de la survie d'ensemble chez les patients atteints de SCLC à grande échelle.

AstraZeneca rappelle que cette désignation de médicament orphelin est réservée aux produits potentiels destinés au traitement, diagnostic ou prévention de maladies ou troubles rares qui touchent moins de 200.000 patients aux États-Unis.
Source : https://www.zonebourse.com

Lire la suite
Un vaccin contre le zona pour les immunodéprimés Un vaccin contre le zona pour les immunodéprimés

Une étude qui vient d’être publiée dans le "JAMA" (Journal of the American Medical Association) a révélé qu'un vaccin inerte contre le zona pourrait être indiqué chez les personnes immunodéprimées.

Ce vaccin non commercialisé actuellement en France pourrait constituer une alternative au Zostavax qui est un vaccin vivant atténué contre le zona ayant une AMM (autorisation de mise sur le marché) en France, mais non adapté aux personnes immunodéprimées.

L'essai de phase III mené dans 28 pays par les auteurs de cette publication a mis en évidence une baisse de l'incidence des névralgies post-herpétiques, une réduction des complications liées au zona et moins d'hospitalisations chez les patients immunodéprimés.

L'efficacité vaccinale d’après ces chercheurs est de 68,2%. "Cet essai est important, car il montre que le vaccin fonctionne chez les patients sévèrement immunodéprimés", a indiqué Keith Sullivan, co-auteur de l'étude. Et d’ajouter : "Cela suggère qu'il pourrait également être utile chez d'autres patients dont le système immunitaire est affaibli, comme ceux atteints du VIH, de cancer du sein et d'affections auto-immunes."
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

Lire la suite
Le gouvernement français dévoile un plan de lutte contre les ruptures d’approvisionnement en médicaments Le gouvernement français dévoile un plan de lutte contre les ruptures d’approvisionnement en médicaments

Le ministère des Solidarités et de la Santé (France) vient de dévoiler sa feuille de route afin de lutter contre les ruptures de stock en médicaments en attendant d’annoncer son plan définitif au mois de septembre prochain.

Cette décision coïncide avec un contexte inédit puisqu’entre 2008 et 2018, ce sont près de vingt fois plus de pénuries de médicaments qui ont été notifiées en France. Les ruptures qui touchent actuellement certains corticoïdes ont certainement contribué à accélérer l’adoption de ce plan.

La feuille de route en question a été annoncée le lundi 8 juillet et s’articule autour de quatre axes :

- «Promouvoir la transparence et la qualité de l'information», en généralisant par exemple la plateforme qui permet aux pharmaciens de signaler les ruptures d'approvisionnement au laboratoire concerné. 

- Prévoir «des actions ciblées et adaptées à chacun des acteurs du circuit du médicament», telle que la possibilité donnée par la loi Santé au pharmacien de «remplacer le médicament indisponible initialement prescrit par un autre médicament», lorsque la pénurie concerne un «médicament d'intérêt thérapeutique majeur». 

- Renforcer la «coopération européenne», en poursuivant «les discussions sur l'achat groupé notamment de vaccins essentiels au niveau européen» et un «partage d'information concernant les situations et les causes des pénuries à l'échelle de l'Europe».

- Mettre en place un comité de pilotage pour assurer la mise en œuvre de ces mesures, associant l'Agence du médicament (ANSM) et «l'ensemble des acteurs concernés».
Source : https://www.industriepharma.fr

Lire la suite
Moins de publications trompeuses en matière de santé sur Facebook Moins de publications trompeuses en matière de santé sur Facebook

Le réseau social Facebook vient d’annoncer qu’il a pris de nouvelles mesures pour réduire sur sa plateforme, les contenus en relation avec la santé jugés comme sensationnels ou trompeurs.

Travis Yeh, responsable produit auprès de Facebook, indique que Facebook a procédé à deux mises à jour de classement qui vont permettre de réduire les publications non désirées.

«Nous avons géré la situation de manière similaire à la façon dont nous avons auparavant réduit les contenus de faible qualité, comme les pièges à clics : en identifiant les expressions fréquemment utilisées dans ces publications, afin de prédire quelles publications sont susceptibles d’inclure des allégations de santé sensationnelles ou de faire la promotion de produits sur la base d’allégations relatives à la santé, puis en les affichant plus bas dans le flux d’actualités», a affirmé Travis Yeh.

Il est à noter que ce réseau social avait annoncé œuvrer pour réduire les publications comportant de fausses informations sur les vaccins en mettant en place des algorithmes permettant de détecter et rejeter les publicités contenant de fausses informations sur les vaccins.
Source : Univadis

Lire la suite
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Dispositifs médicaux stériles : Le monopole pharmaceutique n’est pas un privilège ! Dispositifs médicaux stériles : Le monopole pharmaceutique n’est pas un privilège !
Prégabaline : de plus en plus de mesusage en Ile-de-France ! Prégabaline : de plus en plus de mesusage en Ile-de-France !
La disparition de la mention "non substituable" inquiète les pharmaciens français La disparition de la mention "non substituable" inquiète les pharmaciens français
La NDMA détectée à faible dose dans des spécialités à base de Ranitidine ! La NDMA détectée à faible dose dans des spécialités à base de Ranitidine !
SOBRUS - bannière4
Prochains événements
Journée pharmaceutique internationale de Casablanca (JPIC 2019 ) Le 05.10.2019 - Casablanca Lire la suite
3ème Forum de l'Officine SPOT Tunisie 2019 Le 18.10.2019 - Tunisia Lire la suite
Voir d’autres événements
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire