PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°494 03 juin 2019
12133 Destinataires
iberma-pharmanews
[ ÉDITORIAL ]
Pharmacie.ma : Quinze années au service d’une profession

Par Abderrahim Derraji

Le 7 juin, Pharmacie.ma soufflera sa quinzième bougie, soit quinze années de dur labeur et de passion qui ont permis la mise en place de supports d’information dont l’utilité s’est confirmée de jour en jour.

Ce projet a commencé timidement par la mise en ligne dès 1998 d’une quinzaine de pages HTML, essentiellement des textes de loi. À cette époque, Internet n’était qu’à ses premiers balbutiements. La cherté du matériel informatique et les offres peu attractives que proposaient les providers de l’époque constituaient un vrai frein au développement d’Internet au Royaume. C’est sans doute ce qui explique le nombre peu élevé des visiteurs de ce modeste site. Cela nous avait contraints à attendre l’arrivée de l’ADSL pour lancer, le 7 juin 2004, la première version de pharmacie.ma. Le challenge était de taille, d’autant plus que nos connaissances en développement de sites web étaient limitées.

Passé cette première phase technique, nous avons entamé une course contre la montre pour étoffer autant que possible le contenu de pharmacie.ma et répondre ainsi aux attentes des professionnels de santé et du médicament. En parallèle, nous avons commencé à couvrir les différents événements de la profession. 

Ces efforts consentis ont porté leurs fruits et se sont positivement répercutés sur le nombre de visiteurs qui a évolué d’une manière exponentielle. Pour améliorer la navigation de tous ces nouveaux visiteurs et mettre à leur disposition un contenu interactif, nous avons fait appel à des développeurs qui ont permis la mise en ligne des versions 2.0 et 3.0.

À force d’acharnement, le volet rédactionnel s’est progressivement amélioré et avec lui l’attractivité du site. Cela nous a encouragés à doter pharmacie.ma, dès le 25 août 2009, de sa propre newsletter que nous avons baptisée Pharmanews. Des confrères, notamment M. Zitouni Imounachen, avaient contribué à la rédaction des premiers numéros de cette lettre hebdomadaire.   

Fort de cette première expérience, nous avons lancé, le 16 mars 2012, le site web medicament.ma. Il s’agit d’une interface adossée à une base de données des médicaments commercialisés au Maroc. Ce support régulièrement mis à jour permet aux professionnels de santé d’avoir des informations sur les médicaments mis sur le marché marocain. Et à la demande de ses utilisateurs, nous avons lancé une version responsive ainsi qu’une application androïde et iOS.

Nous travaillons toujours avec autant de passion en espérant voir se concrétiser d’autres solutions à forte valeur ajoutée pour les professionnels de santé et les usagers des médicaments. En attendant, nous continuons à alimenter régulièrement nos supports avec un contenu rédactionnel de qualité pour aider nos confrères à faire face à la désinformation qui a malheureusement tendance à se généraliser. 

Pour finir, nous tenons à vous remercier tous pour votre soutien qui n’a jamais faibli et pour vos critiques constructives qui nous permettent de nous améliorer. Nous tenons également à remercier vivement nos partenaires et tous ceux qui ont contribué et qui contribuent toujours pour que pharmacie.ma, medicament.ma et Pharmanews puissent continuer à se développer.

OROSTIM B2-newsletter-Test
Revue de presse
Pénuries des médicaments en France : un plan d’action d’ici la fin du mois  Pénuries des médicaments en France : un plan d’action d’ici la fin du mois

Lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale (France), la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé qu’un plan destiné à lutter contre les pénuries de médicaments sera présenté avant la fin du mois de juin.

Lors de cette séance, elle a également indiqué que plus d'un Français sur quatre affirme avoir été en difficulté pour acheter un médicament d’usage courant. Le nombre de pénuries signalées aurait même été multiplié, entre 2008 et 2018, par 20.

Ces ruptures de stock touchent des produits d'utilisation courante ou de première importance, comme des antibiotiques, des vaccins ou des anticancéreux et, depuis quelques semaines, ce sont les corticoïdes qui sont affectés à leur tour.

En février dernier, les Entreprises du médicament (Leem) et la Fédération française des industriels du médicament ont rendu public un «plan d'action» pour tenter de trouver des solutions à ces ruptures de stock qui ternissent l’image de l’industrie pharmaceutique. Ce plan proposé par ces deux structures prévoit, entre autres, d’arrêter une liste de médicaments d'intérêt sanitaire et stratégique qui nécessitent un traitement spécifique.

Le Plan d’Agnès Buzyn prévoit 3 mesures phares : renforcer la transparence et rendre l'information plus accessible, mettre en place de mesures à même d’agir sur le circuit de production des médicaments et consolider la coordination internationale.

La ministre de la Santé a assuré que ce Plan prendra en considération les propositions émanant des acteurs du secteur et des associations de malades.
Source : https://www.sciencesetavenir.fr

Lire la suite
Novartis : un médicament candidat améliore le contrôle de l'asthme et la fonction pulmonaire Novartis : un médicament candidat améliore le contrôle de l'asthme et la fonction pulmonaire

Dans un communiqué du 30 mai 2019, le groupe Novartis a annoncé qu’une étude phase III de son médicament candidat QMF149 a révélé une amélioration statistiquement et cliniquement significative dans le contrôle de l'asthme par rapport au furoate de mométasone.

Cette même étude a également mis en évidence qu’une cure de 3 mois de traitement permet d’améliorer la fonction pulmonaire chez des adultes et adolescents asthmatiques insuffisamment contrôlés.
Source : novartis.com

Lire la suite
Les heures de l’époxiconazole comptées ! Les heures de l’époxiconazole comptées !

Sur décision de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), l’époxiconazole, un fongicide largement utilisé en agriculture en France sera retiré du marché avant mai 2020. 


Ce fongicide faisait déjà partie de la liste européenne des substances «soumises à exclusion» en raison des risques qu’il présente pour la santé humaine et pour l’environnement.

Ce produit est classé depuis 2013 dans la catégorie des «Cancérogènes suspectés». Il est aussi susceptible de «nuire au fœtus ou à la fertilité».

En juin 2018, l’Anses a fait une revue des données scientifiques qui a révélé que l’époxiconazole est un perturbateur endocrinien.

L’Anses s’apprête à retirer les autorisations de mise sur le marché de 76 produits à base d’époxiconazole.

D’après l’Anses, ce fongicide est utilisé pour traiter environ la moitié des surfaces céréalières de l’Hexagone et 70% des champs de betteraves.

D'après «Telquel», 17 produits figurants sur l’index phytosanitaire mis en ligne par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) sont concernés.
Source : http://sante.lefigaro.fr

Lire la suite
94,4% des cas de cancer de poumon détectés grâce à un logiciel utilisant l’intelligence artificielle. 94,4% des cas de cancer de poumon détectés grâce à un logiciel utilisant l’intelligence artificielle.

D’après le quotidien français «Le Figaro», des chercheurs de la division Google dédiée à l’intelligence artificielle (AI) ont annoncé avoir mis sur pied un outil capable de dépister le cancer du poumon.

Ce dispositif s’appuie sur le Deep Learning, méthode qui consiste à fournir des données à une machine qui va les analyser avant de mettre en place des outils basés sur l’intelligence artificielle.

Dans ce cas précis, les ingénieurs de Google ont pu créer un algorithme après avoir étudié 14000 scans de patients, dont 638 atteints de cancer du poumon. L’algorithme généré a été, ensuite, challengé par six radiologues.

La technologie d’AI de Google a été plus précise que les radiologues qui ont trouvé 11% de faux positif en plus. La technologie a aussi permis d’identifier des malades que les professionnels n'avaient pas détectés. Le taux de réussite affiché par la technologie basé sur l’AI est de 94,4%.

En ce qui concerne les cas complexes, le programme et les radiologues ont éprouvé plus de difficultés.

Pour le moment, on ne peut pas se passer du médecin qui reste le seul habilité à choisir l’approche thérapeutique la plus adéquate pour le patient. 

Lire la suite
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
EBOLA : REGN-EB3 ou mAb114 seraient plus efficaces que ZMapp et remdésivir EBOLA : REGN-EB3 ou mAb114 seraient plus efficaces que ZMapp et  remdésivir
SOBRUS - bannière4
Prochains événements
MPHARMA DAY 3ème Édition Le 21.09.2019 - Salé Lire la suite
Voir d’autres événements
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire