PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°486 15 avril 2019
12074 Destinataires
iberma-pharmanews
[ ÉDITORIAL ]
Le minimum syndical !

Abderrahim Derraji, docteur en pharmacie

Les élections des Conseils régionaux des pharmaciens auront lieu, en principe, au mois d’août prochain, soit cinq ans après l’entrée en vigueur de la Loi n° 115-13 portant dissolution des Conseils régionaux des pharmaciens d’officine du Nord et du Sud et instituant une commission spéciale provisoire.

Cette dissolution dont la forme a été plus que discutable a néanmoins permis l’organisation des premières élections sans «pouvoirs», et sans le troc habituel des bulletins de vote. Les élections ordinales, qui se sont déroulées le 31 août 2015, avaient nourri beaucoup d’espoirs chez les pharmaciens. Malheureusement, ces espoirs se sont vite volatilisés.   

En effet, quatre années après ces élections, le constat est amer. Notre incapacité à trouver l’alchimie nécessaire permettant d’optimiser le fonctionnement de nos instances s’est confirmée jour après jour. La gestion des problématiques liées au non-respect de la déontologie et les interférences de toute sorte ont fini par avoir raison de la détermination de certains conseillers qui aspiraient, eux aussi, au changement.

Les dysfonctionnements qui affectent certains syndicats ont aggravé cette situation. Ces structures peinent, de plus en plus, à s’acquitter de leurs obligations et à décharger, au passage, les conseils du traitement de certaines problématiques particulièrement chronophages. 

Le dernier exemple en date : des pharmaciens de Rabat-Salé viennent de saisir le président du Conseil national de l’Ordre (CNOP) dans le but de l’informer que "la Chambre syndicale de Rabat-Salé n’a pas tenu ses élections depuis 12 ans, ce qui a pour effet de priver les pharmaciens d’adhérer à leur syndicat…" Ces pharmaciens, qui se sont regroupés en collectif et qui ont déjà organisé des sit-in devant la Maison du pharmacien de Hay Riad, informent le président du CNOP "qu’ils ont appelé à une assemblée générale extraordinaire le jeudi 18 avril 2019 à 15 h à la Maison du pharmacien". Ces officinaux ont conclu le courrier adressé au président du CNOP en lui demandant de "veiller à ce que les pharmaciens puissent organiser leur AGE dans de bonnes conditions..." 

Le fait que des pharmaciens se voient obligés de déclencher une AGE pour pouvoir débattre des problèmes de leur ville ou du fonctionnement de leur syndicat dénote une situation inédite privant cette ville de ses meilleurs éléments. Toutes ces potentialités mises à l’écart, voire mises à l’index, auraient pu faire du Syndicat de Rabat-Salé une des structures les plus dynamiques du Royaume, d’autant plus que la Wilaya de Rabat-Salé compte un grand nombre de pharmaciens qui avaient joué un rôle important au niveau des Conseils et de la Fédération. Cette dernière devrait en principe avoir un droit de regard sur le fonctionnement de tous les syndicats membres et, dans ce cas de figure, on peut se poser la question : comment une Fédération peut-elle accepter un syndicat n’ayant pas organisé ses élections à temps ou ayant transgressé ses statuts ?

La situation de la profession est plus inquiétante que jamais, mais il ne faut pas perdre espoir. Rien n’est impossible, pour peu que chacun de nous y mette du sien. Quant à nos responsables, présents et futurs, ils devraient, une fois pour toutes, mettre de côté leurs ego pour mieux appréhender les différentes problématiques de la profession. Ces responsables qui ne peuvent être que des pharmaciens exemplaires et irréprochables devraient placer l’intérêt de la profession au-dessus de toutes les considérations. C’est ce qu’on appelle : le minimum syndical !

 

OROSTIM B2-newsletter-Test
Revue de presse
France : une indemnisation record pour les victimes du Médiator France : une indemnisation record pour les victimes du Médiator

C’est au tribunal de grande instance de Paris que se tiendra, le 23 septembre 2019, le procès au pénal du Laboratoire Servier.

Ce laboratoire n’a, cependant, pas attendu le procès pour indemniser les victimes du Médiator, un hypolipémiant retiré du marché en 2009.

En effet, il aurait déjà versé 115,9 millions d'euros d'indemnités aux victimes de ce médicament qui a été à l'origine de graves lésions cardiaques.

Ces indemnisations à l’amiable ne le dispensent pas de la procédure pénale où il devra répondre de "tromperie sur les risques du produit", "escroquerie" et "homicides et blessures involontaires".

Le Laboratoire Servier pourrait se voir condamné à verser des centaines de millions d'euros à la Sécurité sociale qui viendront s’ajouter au 141,2 millions d'euros qui seront versés à l’ensemble des victimes du Médiator.
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

Lire la suite
L’EMA n’autorise plus l’utilisation des acides gras oméga-3 dans la prévention secondaire post-IM L’EMA n’autorise plus l’utilisation des acides gras oméga-3 dans la prévention secondaire post-IM

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a confirmé que le recours aux médicaments à base d’acides gras oméga-3 contenant une combinaison d’ester éthylique d’acide eicosapentaénoïque et d’acide docosahexaénoïque, à raison de 1 g/jour, ne sera plus autorisé pour la prévention secondaire des événements cardiovasculaires après un infarctus du myocarde (IM).

L’EMA a pris une telle décision après un ré-examen des données concernant ces produits. La dernière revue concerne les résultats de l’étude en ouvert GISSI Prevenzione menée en 1999. Cette étude avait, en son temps, appuyé l’autorisation de ces médicaments.

L’EMA estime que la faible réduction du risque relatif constatée dans l’étude d’origine GISSI Prevenzione n’a pas été confirmée par les récents essais contrôlés randomisés.

Par conséquent, elle recommande de ne plus utiliser les médicaments à base d’oméga-3 pour la prévention secondaire post-IM.

Ces produits continueront cependant à être autorisés pour le traitement de l’hypertriglycéridémie.

Cette décision sera transmise à la Commission européenne en vue de l’adoption d'une décision finale juridiquement contraignante applicable à tous les États membres de l’Union européenne (UE).
Source : Univadis

Lire la suite
Vapotage chez les jeunes canadiens : le Conseil des médecins hygiénistes tire la sonnette d’alarme Vapotage chez les jeunes canadiens : le Conseil des médecins hygiénistes tire la sonnette d’alarme

Dans une lettre adressée à l'ensemble des médecins en chef des provinces et des territoires, le Conseil des médecins hygiénistes attire leur attention sur les dangers que représente le vapotage chez les jeunes et particulièrement les non-fumeurs.

Cette instance exhorte les médecins à sensibiliser les parents et les gouvernements à la nécessité de freiner ce phénomène en plein essor. Cette augmentation du vapotage chez les jeunes s’explique par l’attractivité qu’exercent les dispositifs de vapotage qui se présentent sous des formes élégantes rappelant des produits de haute technologie avec un  aspect novateur, cool et inoffensif.
Source : Radio Canada

Lire la suite
Amgen et Novartis : rien ne va plus ! Amgen et Novartis : rien ne va plus !

Le laboratoire américain Amgen a publié le 2 avril 2019 un avis de résiliation des accords de collaboration qu’il a signés avec Novartis portant sur la mise sur le marché d’Aimovig®, anticorps monoclonal destiné à prévenir la migraine.

Cette résiliation fait suite à l’association de Sandoz, une filiale de Novartis, et de Alder BioPharmaceuticals pour mettre au point un éventuel rival à l’erenumab. Pour Amgen, ce rapprochement représente une violation des clauses du contrat le liant à Novartis.

Suite à cette résiliation, le laboratoire helvétique a saisi la Cour fédérale de Manhattan afin de prouver que la requête d’Amgen est injustifiée.

Pour les deux laboratoires, le marché des antimigraineux représente un enjeu de taille puisqu’il est estimé à 8,7 milliards de dollars.
Source : Industriepharma.com

 

Lire la suite
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Homéopathie : pas d’effet, pas de remboursement ! Homéopathie : pas d’effet, pas de remboursement !
Décès de Taieb BENCHEIKH à l’âge de 80 ans Décès de Taieb BENCHEIKH à l’âge de 80 ans
Les pictogrammes grossesses prêtent à confusion ! Les pictogrammes grossesses prêtent à confusion !
Dépakine : les premières victimes dédommagées Dépakine : les premières victimes dédommagées
SOBRUS - bannière4
Prochains événements
Première Journée DAR ZHOR Le 29.06.2019 - Lire la suite
22 èmes Journées médicales de Mohammedia Le 29.06.2019 - Lire la suite
Voir d’autres événements
fpi-marrakech
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire