PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°481 11 mars 2019
12074 Destinataires
iberma-pharmanews
[ ÉDITORIAL ]
Chose promise, chose due !

Par Abderrahim DERRAJI, docteur en pharmacie

«La pharmacie est l’un des maillons forts de notre système national de santé. Il joue un rôle important dans la santé publique. La place des pharmaciens fait partie des priorités de notre politique. Les pharmacies occupent un espace de santé disponible sur tout le territoire même dans les coins les plus reculés. Ce qui est une grande opportunité pour le conseil, l’éducation sanitaire et thérapeutique. Le pharmacien joue également un rôle complémentaire essentiel au service de la santé publique et des programmes du ministère. Votre contribution dans la prévention, la lutte contre les mésusages des médicaments et la pharmacovigilance n’est pas à démontrer».

C’est en ces termes que le ministre de la Santé, Anas Doukkali, a introduit l’allocution qu’il a prononcée lors de la séance inaugurale du Salon Officine Expo qui s’est tenu le 1er et le 2 mars 2019 à Marrakech.

Il a également rappelé, et à juste titre, le rôle joué par les pharmaciens dans les grandes campagnes de santé publique notamment le programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques, la promotion de l’allaitement maternel et la contraception en relais des prescriptions initiales.

Le président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP), Dr Hamza Guedira, a, pour sa part, prononcé un discours plutôt optimiste tout en rappelant la «véritable traversée du désert» que les pharmaciens ont eu à subir avec les différents gouvernements qui se sont succédés.

Le président du CNOP a également affirmé que le médicament était devenu «un instrument politique et son prix un levier social : baisser, baisser et rebaisser les prix des médicaments et profiter d’effets d’annonces tonitruantes !» Et d’ajouter : «Depuis l’arrivée de notre ministre Mr Anas Doukkali à la tête du ministère de la Santé, nous pouvons affirmer que la Pharmacie connaît un nouveau souffle.
Nous avons retrouvé l’écoute qui nous manquait, une volonté de dialogue et la mise en place de solutions nécessaires, nous retenons en particulier les termes de Mr le ministre lors de la réunion la semaine dernière avec les industriels et distributeurs où il s’est engagé à assurer l’environnement idoine pour permettre à notre industrie pharmaceutique de retrouver la place de choix qui est la sienne, en particulier sur le plan continental.» 

Le ministre de la Santé semble très réceptif aux doléances formulées par les pharmaciens et les autres opérateurs du secteur au sujet du décret de fixation des prix des médicaments, texte qui n’a pas fait l’objet d’aucune étude d’impact sérieuse. Depuis 2013, les pharmaciens assistent désarmés à une dégringolade de leur chiffre d'affaires. L’augmentation du volume des ventes qui aurait dû être induite par les baisses des prix des médicaments, n’a été qu’un argumentaire utilisé par le prédécesseur d'Anas Doukkali pour faire passer la pilule !

Le ministre attend les résultats d’une étude d’impact de l’application du Décret de fixation des prix sur le secteur qui est menée actuellement par l’OMS (Organisation mondiale de la santé). La logique voudrait que les résultats de cette étude soient suivis de la mise en place d’un système de fixation de prix plus juste et qui plus est ne sacrifie pas l’accessibilité et la qualité des médicaments à l’autel d’une recherche de prix de plus en plus bas.

Le ministre a également promis aux pharmaciens de mettre en place des mécanismes pour que le circuit légal de distribution des médicaments soit respecté, comme il s’est engagé à œuvrer pour accélérer la publication de nombreux textes attendus par les pharmaciens.

Seulement, les pharmaciens habitués aux promesses non tenues versent de moins en moins dans les satisfecit et attendent que le ministre de la Santé mette à exécution au moins une partie de ses promesses avant le 4 juillet 2019, date de l'inauguration du FPI qui se tiendra à  Marrakech.

OROSTIM B2-newsletter-Test
Revue de presse
Forum africain sur la qualité : l’Agence africaine du médicament attend 15 signatures Forum africain sur la qualité : l’Agence africaine du médicament attend 15 signatures

La ville de Marrakech a abrité, du 26 février au 1er mars 2019, la deuxième édition du Forum africain sur la qualité des médicaments.

Ce conclave, qui a été organisé en collaboration avec l'Agence du nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et avec le soutien du gouvernement marocain, a réuni les hauts responsables des institutions œuvrant dans l’harmonisation des réglementations pharmaceutiques sous l’Union africaine (UA) ainsi que la commission de l’UA et des instances internationales à l’instar de l’OMS, l’EDQM (European Directorate for the Quality of Medicines), l’USP (United States Pharmacopeia), l’USAID (Agence des États-Unis pour le développement international). Au total, 46 pays ont été représentés, dont 42 nations africaines.

Ce Forum a eu pour objectif de développer et renforcer la capacité des pays africains à contrôler la qualité des médicaments et à les surveiller après la mise sur le marché régional.

«Notre devoir est de veiller à la sécurité des citoyens en les approvisionnant en produits de qualité et d’usage sûr», a affirmé le ministre de la Santé dans une allocution qu’il a prononcée le samedi 2 mars en présence de tous les participants à ce Forum. Il a ajouté : «Les autorités nationales de contrôle et de régulation qui ont en charge de veiller sur la qualité des produits de santé commercialisés dans les différents pays et d’en garantir l’usage ont un rôle majeur. L’harmonisation du contrôle de la qualité des médicaments et de leur surveillance après commercialisation en tant que fonctions réglementaires clés en est encore à ses débuts. Par conséquent, nous devons unir toutes nos forces, partager nos meilleures pratiques, promouvoir la coopération dans les activités de contrôle de la qualité, réduire les doubles emplois, favoriser la consolidation des ressources et contribuer au maintien des activités de contrôle de la qualité des produits médicaux dans tous les pays africains.»

Le ministre de la Santé a également exhorté les participants à cette rencontre à sensibiliser les autorités sanitaires sur l’importance de ratifier le traité de création de l’Agence africaine des médicaments adopté par l’Union africaine à Addis Abeba. Ce traité doit être ratifié par au moins 15 pays pour que l’Agence africaine du médicament puisse voir le jour.

Il a conclu son discours en affirmant l'engagement du gouvernement marocain à contribuer à la formation de compétences dans le domaine du contrôle de la qualité des médicaments et de la surveillance post-marketing.

Lire la suite
Le THS de la ménopause peut être à l’origine de la maladie d’Alzheimer Le THS de la ménopause peut être à l’origine de la maladie d’Alzheimer

D’après une étude finlandaise publiée dans «The British Medical Journal», le traitement des troubles de la ménopause par administration d’un traitement hormonal de substitution (THS) par voie orale pendant plus de dix ans serait à l’origine d’une augmentation du risque de survenue de la maladie d'Alzheimer.

Ces chercheurs ont mené leur étude sur 170.000 femmes ménopausées. Chez 84.739 d’entre elles, la maladie d’Alzheimer avait été diagnostiquée entre 1999 et 2013. Ces résultats ont été comparés avec un groupe contrôle constitué de femmes d’un âge et d’une origine géographique comparables.

Les femmes ayant utilisé un THS oral présentent un sur-risque de 9 à 17% de développer la maladie d’Alzheimer versus le groupe contrôle. Ceci est valable pour toutes les molécules utilisées.

D’après les auteurs de cette étude, les femmes dont le traitement a été initié avant l’âge de 60 ans encourent une augmentation du risque, associée à une exposition hormonale de plus de 10 ans. L’âge à l’initiation du traitement semble ne pas être déterminant dans l’accroissement du risque, mais bel et bien la durée de l'exposition au traitement.

L’utilisation de l’estradiol exclusivement en administration vaginale n’interfère pas sur le risque de développer la maladie d'Alzheimer.
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

Lire la suite
Aucun lien entre le ROR et l'autisme Aucun lien entre le ROR et l'autisme

Selon une étude réalisée sur les enfants nés au Danemark de mères danoises entre 1999 et 2010, il n’y a pas de risque d’augmentation d’autisme lié au ROR (vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole).

Les auteurs de cette étude publiée dans «Annals of Internal Medicine» ont suivi près de 660.000 enfants. Chez 6.500 d'entre eux, l’autisme a été diagnostiqué.

Cette étude révèle que les enfants qui avaient été vaccinés étaient 7% moins susceptibles que les autres de souffrir d'autisme. Le risque d'autisme augmentait de 17% chez les enfants qui n'avaient pas été vaccinés.

Par ailleurs, les chercheurs ont indiqué que les enfants qui comptaient des cas d'autisme dans leur fratrie voient leur risque multiplié par sept.

Cette étude vient confirmer de multiples études, dont une publiée en 2004 par des chercheurs de l'Université McGill qui ont assuré au fil des ans qu'il n'y a aucun lien entre le vaccin ROR et l'autisme.

Depuis la publication d’une étude en 1998 dans le journal «The Lancet» et qui a conclu à un lien entre le vaccin et l’autisme, l’inquiétude s’est emparée de nombreux parents.

Cette situation préoccupe l'Organisation mondiale de la santé (OMS), pour qui la réticence vis-à-vis de la vaccination représente l'une des 10 plus grandes menaces à la santé publique. Et c’est ce qui explique la recrudescence des cas de rougeole en Europe qu’aux États-Unis.
Source : https://ici.radio-canada.ca

Lire la suite
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Homéopathie : pas d’effet, pas de remboursement ! Homéopathie : pas d’effet, pas de remboursement !
Décès de Taieb BENCHEIKH à l’âge de 80 ans Décès de Taieb BENCHEIKH à l’âge de 80 ans
Les pictogrammes grossesses prêtent à confusion ! Les pictogrammes grossesses prêtent à confusion !
Dépakine : les premières victimes dédommagées Dépakine : les premières victimes dédommagées
Nouveaux sur medicament.ma
BIOTIC PLUS 500 MG / 62.5 MG, Poudre pour suspension buvable
LABORATOIRE : GALENICA
COMPOSITION : Amoxicilline | Acide clavulanique
INDICATION (S) : Antibiotique, pénicilline avec inhibiteur des bêtalactamases
PRESENTATION : Boite de 24
PPV : 110DHS
BIOTIC PLUS 500 MG / 62.5 MG, Poudre pour suspension buvable
LABORATOIRE : GALENICA
COMPOSITION : Amoxicilline | Acide clavulanique
INDICATION (S) : Antibiotique, pénicilline avec inhibiteur des bêtalactamases
PRESENTATION : Boite de 16
PPV : 90.3DHS
BIOTIC PLUS 500 MG / 62.5 MG, Poudre pour suspension buvable
LABORATOIRE : GALENICA
COMPOSITION : Amoxicilline | Acide clavulanique
INDICATION (S) : Antibiotique, pénicilline avec inhibiteur des bêtalactamases
PRESENTATION : Boite de 12 Sachet
PPV : 65DHS
OPRA 20 MG, Gélule gastro-résistante
LABORATOIRE : DEVA PHARMACEUTIQUE
COMPOSITION : Oméprazole
INDICATION (S) : Antiulcéreux, inhibiteur de la pompe à protons (IPP)
PRESENTATION : Boite de 28
PPV : 79DHS
OPRA 20 MG, Gélule gastro-résistante
LABORATOIRE : DEVA PHARMACEUTIQUE
COMPOSITION : Oméprazole
INDICATION (S) : Antiulcéreux, inhibiteur de la pompe à protons (IPP)
PRESENTATION : Boite de 7
PPV : 20DHS
OPRA 20 MG, Gélule gastro-résistante
LABORATOIRE : DEVA PHARMACEUTIQUE
COMPOSITION : Oméprazole
INDICATION (S) : Antiulcéreux, inhibiteur de la pompe à protons (IPP)
PRESENTATION : Boite de 14
PPV : 39DHS
SOBRUS - bannière4
Prochains événements
Première Journée DAR ZHOR Le 29.06.2019 - Lire la suite
22 èmes Journées médicales de Mohammedia Le 29.06.2019 - Lire la suite
Voir d’autres événements
fpi-marrakech
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire