PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°464 12 novembre 2018
11968 Destinataires
iberma-pharmanews
[ ÉDITORIAL ]
L’ère des antibiotiques touche à sa fin !

Par Abderrahim Derraji

À quelques jours de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié un rapport où elle prédit que l’antibiorésistance est en voie d’induire une véritable crise sanitaire. Si la tendance actuelle se maintient, les germes résistants pourraient être responsables de quelque 2,4 millions de décès en Europe, en Amérique du Nord et en Australie, d’ici 2050.

Pour inverser cette tendance, l’OCDE recommande un usage rationnel des antibiotiques, en citant comme exemple le Canada, pays où on a assisté, entre 2005 et 2015, à une légère baisse de la résistance de huit combinaisons bactérie-antibiotique jugées prioritaires.

D’après ce rapport, des pays de l’OCDE connus pour leur surconsommation d’antimicrobiens comme l’Italie, la Grèce et le Portugal risquent de payer le plus lourd tribut aux infections à bactéries multi-résistantes.

La situation est encore plus inquiétante dans les pays à revenus faible et intermédiaire. À titre d'exemple, la résistance aux antimicrobiens avoisine les 40 à 60% en Indonésie, au Brésil et en Russie alors qu’elle n’est actuellement que de 17%, en moyenne, dans les pays de l’OCDE.

Les bons élèves en matière de rationalisation de la consommation d’antibiotiques sont l’Australie, le Canada et certaines nations de l'Europe du Nord. Ce résultat n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat de stratégies multisectorielles. Au Canada, par exemple, cette stratégie prévoit un contrôle de la consommation d’antibiotiques en médecine humaine et la mise en place de règles pour réduire l’emploi des antibiotiques dans le monde agricole, qui consomme, à lui seul, environ 80% de la quantité d’antibiotiques utilisés au pays.

L’OCDE préconise dans son rapport cinq moyens pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens :

  • Renforcer l’hygiène en milieu hospitalier par le lavage des mains, la stérilisation des instruments et un meilleur nettoyage des chambres, des corridors et autres espaces communs.
  • D’adopter des programmes de gestion de l’utilisation des médicaments antimicrobiens afin de réduire leur sur-prescription.
  • D’encourager le recours aux tests de diagnostic rapide permettant de déterminer si l’infection est bactérienne ou virale.
  • De conseiller aux patients d’attendre quelques jours avant de recourir aux antibiotiques, soit le temps de voir si leur état s’améliore ou pas.
  • De mener des campagnes de sensibilisation auprès du grand public.

Au Maroc et eu égard à l’incidence de l’antibiorésistance dont la prévalence avoisine de plus en plus celle des pays de L’Europe du Sud, nous sommes acculés à adopter les cinq mesures préconisées par l’OCDE. Et bien que le changement des mentalités risque de nous donner du fil à retordre, il n’en reste pas moins que c’est le prix à payer pour que notre système de santé n’ait pas à faire face à une catastrophe sanitaire sans précédent.

 

 

OROSTIM B2-newsletter-Test
Revue de presse
Cancer du col de l’utérus : l’Australie donne l’exemple Cancer du col de l’utérus : l’Australie donne l’exemple

D’après un article publié au "Lancet Public Health", l’Australie pourrait être le premier pays à éradiquer le cancer du col de l’utérus d’ici 20 ans, si le taux de couverture de vaccination et de dépistage du virus du papillome humain (VPH) se maintient à son niveau actuel.

L'Australie doit ce résultat au Programme de vaccination national contre le VPH qu'elle a démarré dès 2007. Ce programme a permis une large couverture des deux sexes. L’Australie est également passée au test VPH primaire qui garantit le dépistage précoce du cancer du col de l’utérus.

D’après cette publication, l’incidence annuelle standardisée sur l’âge du cancer du col de l’utérus en Australie est de 7 cas pour 100.000 femmes et pourrait même passer à moins de deux cas, seuil potentiel d’éradication de la maladie. (Six nouveaux cas pour 100.000 femmes est qualifié de seuil de cancer rare.)

Selon les auteurs de l’étude publiée, le seuil de cancer rare pourrait être atteint d’ici 2020 en Australie. Quant au seuil inférieur, il sera atteint d’ici 2028.

D’ici 2066, l’incidence annuelle devrait même être inférieure à 1 cas pour 100.000 femmes, dans le cas où le dépistage du VPH effectué tous les cinq ans se poursuit pour les cohortes ayant bénéficié de vaccin non avalent. Le seuil pourrait se situer autour de 3 cas pour 100.000 femmes en l’absence de dépistage.

Les chercheurs estiment, par ailleurs, que la mortalité par cancer du col de l’utérus devrait baisser à moins d’un décès pour 100.000 femmes par an d’ici 2034, et ce, même si le dépistage n’est proposé à l’avenir qu’à des cohortes plus âgées ne s’étant pas vu proposer le vaccin non avalent.
Source : www.univadis.fr

Lire la suite
France : pas de sel de potassium sans ordonnance France : pas de sel de potassium sans ordonnance

Depuis la publication de l’Arrêté du 26 octobre 2018, portant classement sur les listes des substances vénéneuses (Journal officiel du 3 novembre 2018 – texte 10), les médicaments à base de sel de potassium sont désormais inscrits sur la liste I des substances vénéneuses et qui, par conséquent, ne peuvent être dispensés sans une prescription médicale.

Cette décision concerne 7 spécialités commercialisées en France et préconisées dans la prise en charge des hypokaliémies. Il s’agit du Kaleorid LP (600 mg et 1.000 mg), Diffu K, Nati-K, Potassium Liberty Pharma (3% et 440 mg/15 ml) et Potassium H2 Pharma.
Source : Vidal

Lire la suite
Ozempic : un nouvel anorexigène Ozempic : un nouvel anorexigène

Les médecins québécois peuvent désormais prescrire Ozempic, un nouveau coupe-faim de Novo Nordisk à base de semaglutide qui vient d’être commercialisé au Québec où 50% de la population est en surpoids.

"J'ai des résultats spectaculaires avec un patient qui a tout fait pour perdre du poids et n'y arrivait pas. Il pesait 323 lb ( 146,5KG) et il est rendu à plus de 50 lb (22,7KG) perdues depuis quelques mois", a mentionné le Dr Christian Fortin de Médic Axion.

La semaglutide, qui est administrée au patient à raison d’une seule injection par semaine, peut être à l’origine d’effets indésirables, notamment la nausée et la constipation. Certaines personnes peuvent ne pas le tolérer.

"Il ne faut pas le voir comme un médicament miracle, mais comme une option avant la chirurgie bariatrique", a souligné le Dr Christian Fortin, qui insiste sur le fait que les patients doivent commencer par changer leurs habitudes de vie en faisant de l’exercice physique et en mangeant d’une manière saine.
Source : Journaldequebec.com

Lire la suite
Un DU de «Surveillance des produits de santé» proposé par l’ANSM et l’Université Paris Est-Créteil Un DU de «Surveillance des produits de santé» proposé par l’ANSM et l’Université Paris Est-Créteil

Dans un point d'information du 9 novembre, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) nous apprend que le Diplôme universitaire (DU) «Surveillance des produits de santé», organisé dans le cadre d’une convention de partenariat entre l’ANSM et l’Université Paris Est-Créteil (UPEC), est ouvert aux étudiants et aux agents de l’ANSM.

Ce DU leur permet d’acquérir ou de consolider une approche multidisciplinaire et pratique de la surveillance des produits de santé après leur mise sur le marché. Il leur permet aussi de faire face aux nouveaux défis que représentent les évolutions sociétales et les innovations technologiques.

Cette formation permet d’aborder le champ de la surveillance des produits de santé sous ses aspects scientifiques, réglementaires, sociétaux, de communication, d’analyse et de gestion des risques dans le cadre de l’évaluation des produits de santé par les agences sanitaires.

Ce DU se déroulera de janvier à décembre 2019, à raison de 1,5 jour par mois et sera assuré par des intervenants de différents horizons : universitaires, ANSM et autres institutions de santé. Quant aux inscriptions pour l’année 2019, elles sont ouvertes jusqu’au 30 novembre 2018.
Source : ANSM

Lire la suite
Aflorex
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Bayer licencie en masse ! Bayer licencie en masse !
Secteur de la santé : la Propriété Intellectuelle en question Secteur de la santé : la Propriété Intellectuelle en question
Augmentation de 50 % de la taxe sur les boissons sucrées Augmentation de 50 % de la taxe sur les boissons sucrées
Décembre : l’heure est aux bilans ! Décembre : l’heure est aux bilans !
SOBRUS - bannière4
Prochains événements
11ème Congrès National de Pharmacovigilance Le 14.12.2018 - Rabat Lire la suite
Voir d’autres événements
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire