PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°445 11 juin 2018
11968 Destinataires
iberma-pharmanews
[ ÉDITORIAL ]
Désignation du futur directeur de la DMP : le secteur retient son souffle !

Par Abderrahim DERRAJI

Le ministère de la Santé a annoncé, le 8 juin 2018, l’ouverture de dépôt de candidatures pour plusieurs postes au sein de son département, dont celui de Directeur du médicament et de la pharmacie.

Pour pouvoir postuler à ce poste, le candidat doit remplir un certain nombre de conditions. Parmi celles-ci, il doit être de nationalité marocaine et ayant obtenu un doctorat en médecine, en pharmacie, en médecine dentaire ou un diplôme équivalent. Il doit également avoir une expérience de dix années dans le secteur public ou privé. Et seuls les candidats ayant occupé un poste de responsabilité de cinq ans et plus pourront convoiter cette direction.

Ce directeur, qui exerce ses prérogatives au titre d’un pouvoir qui lui est délégué par le ministre de la Santé, a toujours été pharmacien de formation et issu du secteur public, ce qui n’est plus le cas cette fois-ci. Ce fonctionnaire a la charge de diriger une structure qui joue un rôle primordial dans la régulation du secteur des médicaments et produits de santé. Cette Direction constitue également la clef de voûte de la politique pharmaceutique nationale et intervient dans la veille et la sécurité sanitaire.

La Direction du médicament et de la pharmacie (DMP) a des missions sensibles comme l’évaluation des dossiers d’enregistrement des médicaments et des produits de santé et le contrôle da la mise en place des bonnes pratiques de fabrication au sein des établissements pharmaceutiques qu’elle suit et inspecte.

Aujourd’hui, le secteur attend, non sans inquiétudes, de connaître le nom du nouveau directeur, en espérant qu’il possède les compétences requises pour pouvoir faire face aux nombreux défis qui se dressent devant le secteur. Il doit être un vrai manager, crédible et indépendant, ferme et intransigeant, pour garantir la régulation du secteur. Il doit aussi être suffisamment diplomate pour pouvoir fédérer toutes les composantes du secteur autour d’une politique pharmaceutique nationale.

Le secteur passe aujourd’hui par une phase très délicate. La pharmacie d’officine est sur le point d’imploser. Les difficultés qu’endurent les pharmaciens, essentiellement en raison du défaut de régulation et des baisses des prix des médicaments, menacent lourdement la pérennité de la pharmacie.

Quant aux industriels et grossistes répartiteurs, bien que leurs intérêts ne convergent pas toujours, ils ont besoin d’être mieux accompagnés et d’avoir une Direction qui traite avec équité toutes les composantes du secteur. À l’instar de nos voisins de la Rive-Nord de la Méditerranée, cette direction doit être capable de garantir qualitativement et quantitativement des inspections en plaçant l’intérêt des usagers des médicaments au-dessus de toutes les autres considérations. 

Ce nouveau Directeur, qui peut être issu du secteur public ou privé, ne peut faire l’économie de créer une vraie dynamique au sein de la DMP en impliquant toutes les compétences dont elle regorge. Il doit également être en mesure de mettre en place et de suivre le chantier de l’Agence nationale du médicament, une structure qui devrait être dotée des moyens humains et financiers lui permettant de mieux réguler et accompagner le secteur. Cette agence très attendue par les opérateurs du secteur permettra au Maroc d’être en phase avec l’évolution de la règlementation pharmaceutique africaine. Elle constituera, de ce fait, un élément clef dans la politique africaine du Royaume.

On ose espérer que des considérations politiques ou autres ne viennent pas imposer au ministre de la Santé ou à la commission, chargée de départager les candidatures, un profil plutôt qu’un autre. Les membres de cette commission n'auront que l’embarras du choix, charge à eux d’opter pour le profil le plus méritant et le plus prometteur, faute de quoi, ils risquent d’assigner le coup de grâce à un secteur qui a avalé pas mal de couleuvres!

 

OROSTIM B2-newsletter-Test
Revue de presse
Le virus Ebola inquiète à nouveau ! Le virus Ebola inquiète à nouveau !

À la suite de la réapparition de nouveaux cas d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC), le ministère de la Santé vient d’activer le Plan national de veille et de riposte au virus Ebola.

En pratique, ce département a mis en place une cellule chargée de suivre la situation épidémiologique de cette maladie, d’évaluer régulièrement les risques de sa propagation et de veiller à la mise en place des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé.

D’autres mesures ont également été prises, notamment l'observation médicale des passagers en provenance de la RDC et la mise à leur disposition de flyers.

Les caméras thermiques ont à nouveau fait leur apparition au sein de l’Aéroport Mohammed V, au même titre que des ambulances pouvant transporter d’éventuels cas suspects. Quant à l'Institut Pasteur et le Centre de référence des maladies infectieuses, ils ont été dotés de moyens nécessaires leur permettant de diagnostiquer cette maladie.

Bien que le risque soit pour le moment limité, le ministère de la Santé est dans l’obligation de prendre les mesures qui s’imposent d’autant plus que le gouvernement de la RDC a annoncé, il y a un mois, la réapparition de cette maladie dans la province de l’Équateur. Au 6 juin, le nombre de cas de fièvre hémorragique dénombrés est de 62 et le nombre de malades qui ont succombé à leur maladie est, quant à lui, estimé à 27.
Source : Le Matin

 

Lire la suite
La grève des pharmaciens n’aura pas lieu ! La grève des pharmaciens n’aura pas lieu !

Dans un communiqué daté du 8 juin 2018, la Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc (FNSPM) a annoncé que la grève prévue pour le 27 juin 2018 a été suspendue.

Cette décision fait suite à la réunion que les membres de la FNSPM ont tenue, le 7 juin, avec Hicham Nejmi, secrétaire générale du ministère de la Santé (MS).

L’écrit de la FNSPM, qui se veut rassurant, a relaté l’ambiance qui a prévalu lors de cette rencontre ainsi que la volonté du secrétaire général du MS de répondre favorablement aux doléances formulées par les pharmaciens.

À la suite de cette réunion, un Conseil fédéral extraordinaire a eu lieu le 8 juin à la Maison du pharmacien de Hay Riad pour se pencher sur ces nouvelles données en vue de maintenir ou non la grève. Finalement, le Conseil a décidé de la suspendre.

On espère que l’administration ne va pas, une fois de plus, continuer à gagner du temps pendant que la profession est en train de vivre la pire crise de son histoire.
Affaire à suivre !

Lire la suite
Cinq classes d’antibiotique présentent un risque de calculs rénaux Cinq classes d’antibiotique présentent un risque de calculs rénaux

D’après une étude menée sur 25.981 cas de calculs et 259.797 cas contrôle, le recours à certains antibiotiques est associé à un risque accru de lithiase rénale. L'odds ratio ajusté était de 2,33 pour les sulfamides, 1,88 pour les céphalosporines, 1,67 pour les fluoroquinolones, 1,70 pour l’association nitrofurantoïne/méthénamine et 1,27 pour les pénicillines à large spectre.

Cette étude a exploité les données de la base britannique THIN ( The Health Improvement Network ) qui couvrent la période 1994-2015 et concernent 13,8 millions patients issus de 641 cabinets médicaux généralistes.

Les analyses exploratoires ont montré que l’association entre l’antibiothérapie et l’apparition de calculs était d’autant plus étroite que les sujets concernés étaient jeunes et que le délai écoulé depuis le traitement antibiotique était réduit. Dans tous le cas, le risque restait significatif jusqu’à 5 ans après le traitement.
Source : Univadis

Lire la suite
L’entreprise pharmaceutique Enyo Pharma lève 40 millions d'euros L’entreprise pharmaceutique Enyo Pharma lève 40 millions d'euros

Dans une déclaration du lundi dernier, Enyo Pharma a annoncé avoir levé 40 millions d'euros auprès d'investisseurs européens et américains. Grâce à cette somme, cette jeune entreprise biopharmaceutique pourra poursuivre le développement d'une nouvelle molécule susceptible de traiter des maladies du foie.

Le fonds new-yorkais Orbi Med, Andera Partners et Bpifrance Large Venture ont, de ce fait, rejoint les actionnaires existants : Sofinnova, Morningside Venture Investments, InnoBio et Inserm Transfert Initiative. Ces derniers ont également réinjecté des fonds dans cette société qui avait déjà levé 22 millions d'euros en 2016.
Source : Le Figaro.fr

Lire la suite
Aflorex
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Africa digital medical hub :La santé numérique sous toutes ses coutures ! Africa digital medical hub :La santé numérique sous toutes ses coutures !
Mise à jour des RCP des médicaments à base d’HCTZ Mise à jour des RCP des médicaments à base d’HCTZ
Les représentants des pharmaciens acculés à s’entendre ! Les représentants des pharmaciens acculés à s’entendre !
Une convention de e-learning signée entre le ministère de la Santé et Johnson & Johnson Morocco Une convention de e-learning signée entre le ministère de la Santé et Johnson & Johnson Morocco
SOBRUS - bannière4
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire