PHYTOTHÉRAPIE
PHYTOTHÉRAPIE

PHYTOTHÉRAPIE AU MAROC : ENTRE SCIENCE ET CHARLATANISME

À la une

COPFR

COPFR : Une journée de formation dédiée à la chaîne du froid des produits de santé Zitouni Imounahen - 28 January 2015 03:16
COPFR : Une journée de formation dédiée à la chaîne du froid des produits de santé

Parce que l’innocuité et l’efficacité des produits de santé sont intimement liées au respect de la chaîne de froid depuis leur fabrication jusqu’à leur administration au patient, le Conseil de l'Ordre des Pharmaciens Fabricants et Répartiteurs (C.O.P.F.R) a fait de la chaine du froid des produits de santé le thème d’une journée de formation.

Cette manifestation organisée en collaboration avec la Société Française des Sciences et Techniques Pharmaceutiques (SFSTP), le 26 janvier, a connu une forte participation. Elle a été suivie avec grand intérêt par les pharmaciens responsables de l’industrie pharmaceutique et de la distribution mais aussi par différents représentants du secteur du médicament au niveau national.
Après le mot de bienvenue, du toujours bienveillant président du COPFR, Mr Lamrini Rachid, place a été faite aux présentations.

 


M. Jean Pierre Paccioni, Président du Conseil de l'Ordre section B et administrateur SFSTP.

La première intervention a été l’œuvre de Vincent Boudy, pharmacien intérimaire et expert qualité et métrologie en France. Mr Boudy a abordé la « Sécurisation du circuit du médicament sous chaîne du froid ». Après avoir passé en revue la gestion du risque des dépassements de température et les outils pour la mesure de température et leurs limites, Mr Boudy a passé la parole à un grand monsieur de l’industrie pharmaceutique Française. Il s’agit de Mr Jean Pierre PACCIONI, président de la section B du Conseil National et grand ami du COPFR. Ce pharmacien responsable, qui a toujours répondu  présent à chaque fois que le COPFR a fait appel à son savoir et son expertise, a traité la gestion de la chaîne du froid au sein d’une Industrie Pharmaceutique. Il a fait part à l’assistance de sa longue expérience, de plus de quarante ans dans l’industrie.
Par la suite, Danièle BORDI Présidente de la SFSTP a fait une présentation de la SFSTP avant de procéder à la Signature d’un protocole de partenariat COPFR / SFSTP.
L’après midi a été tout aussi riche en présentations intéressantes, notamment le positionnement de la chaîne du froid dans les référentiels Pharmaceutiques et les Solutions d’emballage pour le transport de produits thermosensibles de santé. La situation au Maroc n’était pas en reste et a été longuement abordée à la fin de cette journée.
Comme à l’accoutumée, le COPFR a été au rendez vous. Et on peut dire que la pertinence du thème de la journée, le choix des intervenants et la qualité de l’organisation ont été d’une précision sans dépassement, ni erreur.

En cette journée hivernale ou le thermomètre ne dépassait guère les 10 degrés, et malgré le sujet abordé, les membres du COPFR ont réussi à organiser, encore une fois, une journée instructive et surtout très chaleureuse.
Journée en photos : lien 

Lire la suite

EMA

Saxenda obtient le feu vert de l’EMA Imounachen Zitouni - 28 January 2015 03:15
Saxenda obtient le feu vert de l’EMA

L’Agence européenne du médicament (EMA) vient de recommander d’autoriser la mise sur le marché du Saxenda, médicament du Laboratoire Novo Nordisk. Après approbation par la Commission européenne, le médicament pourra ensuite être commercialisé dans chaque État membre.

Le liraglutide, principe actif de Saxenda, appartient à une famille de médicaments différente de celle d’autres produits anti-obésité actuellement disponibles dans l’Union européenne : il s’agit d’un analogue de l’incrétine (une hormone intestinale). Le mécanisme par lequel le liraglutide entraîne une perte de poids serait une régulation de l’appétit en augmentant la sensation de satiété et en réduisant la sensation de faim.

Saxenda sera disponible uniquement sur ordonnance et s’utilisera en une injection sous-cutanée par jour (à la dose de 3 mg par jour). Il devra être utilisé en association avec un régime réduisant l’apport calorique et de l’activité physique. Si après 12 semaines de traitement le patient n’a pas perdu 5 % de son IMC initial, le Saxenda devra être arrêté.

Rappelons que le principe actif de Saxenda est le liraglutide, déjà disponible sous le nom de Victoza dans le traitement du diabète.

 

 

 

Lire la suite

NACO

La HAS réévalue les nouveaux anticoagulants Imounachen Zitouni - 28 January 2015 03:11
La HAS réévalue les nouveaux anticoagulants

Après la réévaluation des nouveaux anticoagulants oraux (Pradaxa, Eliquis et Xarelto), la Haute autorité de santé (HAS) a constaté qu’ils n’ont pas la la même efficacité pour prévenir les embolies pulmonaires ou les accidents vasculaires cérébraux. Les Naco sont désormais hiérarchisés par la HAS.

Si on les considèrent intrinsèquement, sans référence aux AVK, ce sont Eliquis et Xarelto qui tirent le mieux leur épingle du jeu (service médical rendu important) devant Pradaxa (service médical rendu modéré). Par rapport aux AVK en revanche, c'est Eliquis qui présente une amélioration du service médical rendu mineure (ASMR niveau IV, dans l'appréciation du progrès thérapeutique qui va de I, pour les avancées majeures, à V quand il n'y a pas de progrès) alors que Pradaxa et Xarelto n'apportent pas d'amélioration (ASMR niveau V).

Selon la HAS, les Naco sont à réserver aux situations suivantes: «les patients pour lesquels le maintien de l'INR désiré dans la zone cible n'est pas assuré malgré une observance correcte ; les patients pour lesquels les AVK sont contre-indiqués ou mal tolérés ou qui acceptent mal les contraintes liées à la surveillance de l'INR.»

Lire la suite

LOUARDI

La régionalisation de l’offre sanitaire est une priorité pour le ministre de la santé Imounachen Zitouni - 27 January 2015 14:11
La régionalisation de l’offre sanitaire est une priorité pour le ministre de la santé

Dans une interview paru sur les colonnes du journal l’économiste, le ministre de la santé, El Houssaine Louardi a déclaré : « l’amélioration des prestations est une de nos préoccupations majeures. Lors des visites que j’ai effectuées à Oujda, j ai insisté sur l’importance d’assurer des soins de qualité. Un intérêt particulier est apporté à la généralisation des structures d’accueil. »

Il a par la suite ajouté qu’un grand intérêt a été accordé au monde rural qui fait partie des préoccupations de son département. En témoigne le nombre des centres de santé et hôpitaux locaux qui seront lancés entre 2015 et 2018.

Pour le ministre de la santé, « le CHU Mohammed VI d’Oujda est un modèle à l’échelle nationale et africaine du moment qu’il assure tous les services d’un CHU avec des équipements de pointe. Certes, il démarre progressivement mais sûrement. En matière de ressources humaines, on vient de créer 485 postes budgétaires pour renforcer le personnel. »

Le ministre a aussi tenu à rappeler l’insistance de sa majesté le roi Mohammed VI sur l’importance à accorder à la qualité des soins et aux infrastructures d’accueil indispensables pour développer l’offre médicale au niveau de cette région. L’objectif est de permettre à cette région de se doter de l’ensemble des équipements et  infrastructures pour assurer sa totale indépendance.

Le ministre a conclu son interview en déclarant que tout ce qui a été réalisé était le fruit d’une implication exemplaire de tous les partenaires locaux. La convention de partenariat signée avec le conseil régional et les autorités locales est un exemple à dupliquer.

Lire la suite

Autres articles

Servier entre dans une nouvelle ère

Même si le système de fondation mis en place par le laboratoire Servier a permis de sécuriser la succession après le décès en avril de Jacques Servier, président et fondateur du laboratoire, de nombreux changements sont intervenus dans la stratégie du groupe au cours du dernier exercice. « Une nouvelle page s'est ouverte », affirme Olivier Laureau, président du groupe Servier, à l'occasion de la présentation des résultats. Pour l'exercice 2013-2014 (clos au 30 septembre), le laboratoire Servier a enregistré une baisse de 4,8 % de son chiffre d'affaires qui s'est établi à 4 milliards d'euros. Une chute largement due à un effet négatif des taux de change, selon le groupe. Parmi les changements, Olivier Laureau cite une évolution de la gouvernance, privilégiant « l'échange et la collégialité ». Mais c'est surtout autour des trois axes stratégiques définis par le nouveau président que les évolutions se font sentir. Le premier axe repose sur la R&D. Le dirigeant entend « essayer d'enrichir le portefeuille de produits à court terme, tout en continuant la recherche à long terme ». Au cours de l'année 2014, le groupe a multiplié les partenariats, lui permettant, via des licences, de muscler son pipeline de produits en développement. Aujourd'hui, il compte 25 candidats médicaments en développement clinique dont 17 nouvelles entités moléculaires. Autre axe stratégique du groupe : « améliorer la performance du groupe », selon Olivier Laureau. Il précise vouloir « améliorer la rentabilité pour avoir des ressources nous permettant de croître dans de nouveaux pays et dans la R&D ». Le groupe va mener en 2015 la mise en place de nouvelles organisations de production. Le troisième axe stratégique concerne l'activité Médicaments Génériques. Cette activité qui pèse pour 1,1 Mrd € du chiffre d'affaires a connu une stabilité de ses volumes en 2013-2014. Elle repose sur Biogaran (730 M€ de CA), Egis (420 M€ de CA) et Pharlab (16 M€ de CA). Le groupe entend développer les synergies entre ses deux principales filiales de génériques Biogaran, très centrées sur le marché français, et Egis, fortement implantée en Russie et dans les pays de l'ex-CEI.  

Imounachen Zitouni - 27 January 2015 14:08
Je ne suis pas anxiolytique!

Tous les médias ont relayé l'information selon laquelle les attentats perpétrés à Paris le 7 janvier 2015 ont eu une incidence sur la consommation des anxiolytiques en France. C'est ainsi que des quotidiens, et non des moindres, notamment Le Point, Le Figaro, Le Nouvel observateur et une pléthore de sites Internet ont diffusé cette « information » en la liant à la situation de désarroi bien réelle dans laquelle se trouvait la nation française. Les lecteurs du Figaro ont ainsi pu lire dans les colonnes de leur journal cette déclaration du Dr Patrick Guérin, PDG de Celtipharm : "nous n'avions encore jamais observé ce type de phénomène". Seule exception à sa connaissance, la catastrophe de Fukushima en mars 2011 avec «une très forte augmentation des ventes d'iode», utilisé en prévention en cas de rejets radioactifs." Seulement, cette information émanant de la société Celtipharm a été contestée par le conseil national de l'ordre des pharmaciens de France. Dans un communiqué du 19 janvier 2015, le CNOP a estimé qu'il n'y a pas eu de rebond de dispensation d'anxiolytiques entre janvier 2014 et janvier 2015. Pour étayer cette affirmation, l'instance ordinale a procédé à l'étude des chiffres de ventes d'anxiolytiques (code ATC Anxiolytiques - à partir des dossier patient) sur un an, entre début janvier 2014 et début janvier 2015. Les données de l'Ordre sur l'ensemble de la France vont également dans ce sens puisqu'elles ne mettent pas en évidence de différence entre l'île de France et le reste du pays. « A ce jour, on ne constate ainsi pas de lien entre les évènements dramatiques de la semaine dernière et la consommation d'anxiolytiques » indique le conseil de l'Ordre. Toujours selon le communiqué du CNOP, les chiffres avancés par Celtipharm (hausse de 18,2 % des ventes d'anxiolytiques et d'hypnotiques), ont été établis à partir des données collectées dans 4 800 pharmacies représentatives entre le 9 janvier (jour de la prise d'otages meurtrière Porte de Vincennes à Paris) et le 13 janvier, mais en se référant à la moyenne des six semaines précédentes. La Société Celtipharm avait toutefois reconnu que « ces données n'étaient pas consolidées vu le temps très court ». Si on regrette profondément la célérité à laquelle sont diffusées les informations qui ont trait au sensationnalisme quitte à ce qu’elles soient complètement fausses et non validées, on ne peut que se réjouir de la vigilance du Conseil de l'Ordre. Ce dernier n'a pas hésité à faire une sortie médiatique pour rétablir la vérité. Bien évidemment, des démentis vont être publiés par les medias ayant repris cette fausse information, mais le "mal" est déjà fait. Abderrahim DERRAJI CONSULTER PHARMANEWS 275 : lien COMMUNIQUE DE LA SOCIÉTÉ CELTIPHARM : LIEN COMMUNIQUE DU CNOP : LIEN  

Abderrahim Derraji , Docteur en pharmacie - 27 January 2015 11:24
MAPA s’entretient avec la direction de l’ANAM

Le vendredi 16 janvier 2015, l’Association des Aspirants à la Maternité et à la Paternité, MAPA, a eu une rencontre de travail avec le Directeur Général de l’Agence Nationale de l'Assurance Maladie (ANAM), Mr Jilali Hazem. Au cours de cette rencontre qui a eu lieu à Rabat, Aziza Ghallam, la présidente de MAPA, a fait un plaidoyer à travers lequel elle a appelé l’ANAM à prendre les mesures nécessaires pour faire bénéficier les personnes souffrant de difficultés de procréation du droit à la couverture médicale de base. Elle a rappelé que cette catégorie ne bénéficie d’aucun remboursement des frais liés à ces soins de la part des régimes de l’assurance obligatoire. Cette réunion a permis d’échanger à propos de nombreux points concernant le droit de cette catégorie dépourvue de progéniture d’avoir accès à la couverture médicale de base. Et ce, qu’il s’agisse des adhérents de la CNSS, de la Caisse Nationale des organismes de Prévoyance sociale (CNOPS) ou les assurances privées ainsi que les bénéficiaires du régime de l’assistance médicale (Ramed) en plus des catégories n’ayant aucun régime de couverture médicale. De son côté, le Directeur Général de l’ANAM, Jilali Hazem, a dit croire en la justesse des revendications des aspirants à la maternité et à la paternité et leur droit à jouir d’une couverture médicale. Il s’est engagé à soumettre ce dossier à un comité d’experts composé de spécialistes dans le domaine afin de l’étudier et de proposer les mesures nécessaires pour répondre aux besoins des personnes atteintes de difficultés de procréation. 

Imounachen Zitouni, docteur en pharmacie - 27 January 2015 08:46
Un stimulateur électrique portable contre la maladie de Parkinson

Un appareil portatif qui stimule le cerveau par un son électrique de faible intensité pourrait offrir un remède contre les troubles de l’habileté motrice et de l’équilibre engendrés par la maladie de Parkinson. Une première étude, réalisée par des chercheurs suédois et publiée dans la revue Brain Stimulation, a montré des résultats prometteurs. Dix patients parkinsoniens ont été équipés de stimulateurs développés en collaboration avec la NASA. L’effet de la stimulation a été testé avec ou sans médication. Il est apparu que la stimulation a grandement amélioré les troubles de l’équilibre et les symptômes associés. « L’effet sur l’équilibre était particulièrement évident chez les patients sans médication, ce qui est très positif », a déclaré le directeur de l’étude, Filip Bergquist. L’effet à long terme du stimulateur est actuellement testé dans le cadre d’une étude de suivi. Le dispositif utilisé est plus petit qu’un portefeuille et peut être mis dans la poche. Si les tests s’avèrent positifs, la méthode pourrait être proposée comme alternative de traitement au cours des cinq prochaines années, ont déclaré les chercheurs.    

Imounachen Zitouni - 26 January 2015 17:31

Sondage

Chiffre d'affaires 2014

BAISSE
AUGMENTATION
STAGNATION

Sponsorisé par