Appel à inscription pour les études en pharmacie
Appel à inscription pour les études en pharmacie

Faculté de Pharmacie UM6SS - Casablanca

InfoSanté Web Mag
InfoSanté Web Mag

N° 10 - mai 2017

GUIDE PRATIQUE DES BACTÉRIES PATHOGÈNES
GUIDE PRATIQUE DES BACTÉRIES PATHOGÈNES

ELABORÉ PAR LA SOMIPEV ( Édition 2017 )

GUIDE D'ANTIBIOTHÉRAPIE PEDIATRIQUE
GUIDE D'ANTIBIOTHÉRAPIE PEDIATRIQUE

PDF élaboré par la Somipev

PROJET D'AMENDEMENTS DE LA LOI 17-04
PROJET D'AMENDEMENTS DE LA LOI 17-04

Projet élaboré par par le Comité national des personnes ressources

Vidéos de formation continue
Vidéos de formation continue

Cours développé par notre partenaire ACTe RX

Diplômes universitaires
Diplômes universitaires

préinscriptions ouvertes

À la une

CANCER

Talc et cancer des ovaires : Johnson & Johnson écope d’une amande de 417 millions de dollars Abderrahim Derraji - 22 août 2017 20:23
Talc et cancer des ovaires : Johnson & Johnson écope d’une amande de 417 millions de dollars

Un tribunal de Los Angeles a condamné, le lundi 21 août 2017,  Johnson& Johnson à verser 417 millions de dollars à une femme qui estimait que le talc "Baby powder", du groupe Johnson & Johnson (J & J), est responsable de son cancer des ovaires.

Le tribunal a jugé que J & J n’avait pas informé la plaignante des risques liés à l’usage ce talc pour son hygiène intime, lorsqu'elle a commencé à l’utiliser à l’âge de 11 ans.


La firme américaine a été reconnue coupable dans cinq autres dossiers et elle a pu en gagner un. Elle a déjà versé 720 millions de dollars et surtout elle aura à faire face à 4800 procès similaires. 

Le porte-parole de la firme pharmaceutique a déclaré que son groupe allait faire appel d’autant plus qu’une étude de l’Institut américain du cancer citée par sa firme révèle que  « les preuves ne soutiennent pas une corrélation entre une exposition de la région du périnée au talc et un risque accru du cancer des ovaires ».

La poudre de talc, est issue du minerai du même nom, extrait de nombreux gisements à travers le monde. Dès 2012, l’ANSES a établi que les gisements naturels de talc pouvaient contenir de l’amiante qui est hautement cancérigène. Depuis 1970, le talc destiné à l’hygiène humaine est systématiquement purifié en Europe et aux États-Unis. 

Des études scientifiques ont essayé d’évaluer les effets potentiels du talc purifié sur la santé. Sur l’animal, les scientifiques sont divisés, par contre, chez l’Homme ce n'est pas le cas. Deux études principales synthétisant plusieurs études antérieures ont été menées. La première étude a analysé les données 8 525 patientes. Quant à la seconde elle s’est intéressée à 2 041 patientes. Ces deux études concluent qu’il existe un risque faible mais significatif d’augmentation du cancer des ovaires en cas d’exposition au talc (de l’ordre de 20 à 30%).

Cependant, après analyse de ces chiffres, et eu égard à la faible incidence des cancers de l’ovaire (1/100), les spécialistes estiment que le risque reste très relatif.

Lire la suite

MEDECINES ALTERNATIVES

Les médecines alternatives ne peuvent être que complémentaires ! Abderrahim DERRAJI - 22 août 2017 08:51
Les médecines alternatives ne peuvent être que complémentaires !

L’annonce d’une maladie lourde telle que le cancer est pour la plupart des malades synonyme d’un parcours de soins éreintant, onéreux et avec des chances de guérison minimes.

En dépit des énormes progrès réalisés en cancérologie permettant, aujourd’hui, de soigner la plupart des cancers ou du moins les stabiliser, la chirurgie, la radiothérapie ou la chimiothérapie sont toujours appréhendées par les patients dont l’état psychologique vacille, le plus souvent, entre déni et désespoir. Des fois, les malades préfèrent d’autres alternatives thérapeutiques telles que la sophrologie, la méditation, le qi gong, etc. Ces choix sont susceptibles de constituer, dans certains cas, un plus par rapport à une prise en charge strictement conventionnelle. Malheureusement, elles peuvent aussi réduire à néant les chances des patients qui les adoptent en abandonnant leurs traitements.

Pour cerner l’éventuel apport des thérapies alternatives dans la prise en charge des cancers, des chercheurs de l’Université de Yale (États-Unis) ont étudié la base de données nationale américaine. Les auteurs de cette étude publiée récemment dans le «Journal of the National Cancer» se sont intéressés aux patients atteints de cancers du sein, du poumon, de la prostate ou colorectal et qui ont préféré suivre un traitement alternatif autre que celui proposé par leur médecin. Le résultat est sans appel. La mortalité a plus que doublé pour tous ces cancers à l’exception du cancer de la prostate dont l’évolution est particulièrement lente.

"Cette étude très bien faite et très astucieuse confirme que si vous avez un cancer non métastasé, il vaut mieux aller se faire soigner chez des professionnels qui font des choses validées que d’aller faire n’importe quoi chez n’importe qui !", a déclaré Catherine Hill, épidémiologiste à l’Hôpital Gustave-Roussy.

Au Maroc, le problème se pose différemment. Malgré les progrès indéniables réalisés en oncologie et l’apport de la Fondation Lalla Selma, le diagnostic tardif et le défaut d’accessibilité aux soins constituent un terreau fertile aux charlatans de tous bords. Ces pseudo-thérapeutes profitent du désespoir des patients et de leurs croyances pour leur proposer des traitements qui ne doivent leurs existences qu’aux revenus consistants qu'ils leur procurent. Et ce qui fait le plus mal au cœur, c’est que des malades bien suivis et stabilisés peuvent troquer leurs traitements avérés contre des produits plus au moins naturels qui sont dans le meilleur des cas inefficaces.

Aussi et pour éviter de dilapider les chances de guérison de nos patients, nous avons plus que jamais le devoir de continuer à œuvrer pour généraliser le dépistage précoce et améliorer l’accès aux traitements. Nous devons également veiller à ce que les protocoles thérapeutiques ne soient adoptés que dans l’intérêt du patient et rien que dans son intérêt.

Lire la suite

CHOLESTEROL

L’amande serait un bon anti-cholestérol Abderrahim DERRAJI - 22 août 2017 08:44
L’amande serait un bon anti-cholestérol

Une étude publiée le 11 août dans la revue «Journal of Nutrition» vient de révéler que les amandes permettent d’améliorer l’acheminement du «mauvais cholestérol» et contribuent, de ce fait, à son catabolisme.

Cette étude menée par des chercheurs de l’Université d’État de Pennsylvanie et financée par l’Almond Board of California est la première étude qui a essayé de se pencher sur le lien entre les amandes et le bon cholestérol.


Les chercheurs ont suivi pendant six semaines 48 hommes et femmes âgés de 30 à 65 ans ayant un taux anormalement élevé de cholestérol LDL. Le premier groupe a ajouté à son régime 43 grammes d'amandes par jour. Quant au second, il a consommé un muffin aux bananes par jour.

Après avoir effectué des dosages de cholestérol, les auteurs de cette étude ont constaté que les amandes augmentent, non seulement le taux du Cholestérol HDL, mais elles renforcent également l’efficacité avec laquelle le cholestérol HDL élimine le cholestérol LDL de l'organisme.

Lire la suite

CANCERS

Un test sanguin pour dépister les tumeurs cancéreuses Abderrahim DERRAJI - 22 août 2017 08:41
Un test sanguin pour dépister les tumeurs cancéreuses

?Des chercheurs du Johns Hopkins Kimmel Cancer Center viennent d’annoncer qu’ils ont mis au point un test sanguin prometteur qui permet de détecter, à un stade précoce, les cas de cancer colorectal, du sein, du poumon et de l'ovaire.

Cette méthode repose sur une nouvelle technique de séquençage de l'ADN qui exploite directement les vraies mutations dérivées de la tumeur et non les bio-marqueurs sanguins.

Pour mesurer l’efficacité de cette méthode, ces chercheurs ont étudié des prélèvements sanguins de 200 patients atteints de cancer de sein, des poumons, des ovaires et du cancer colorectal. Ils ont cherché 58 gènes associés à l'apparition de différents cancers. 

Les résultats ont montré que le test a permis de détecter 62% cas de cancers aux stades I et II.

Chez les 42 malades atteints de cancer colorectal, le test prédisait correctement le cancer dans 50% des cas au stade I, 89% des cas stade II, 90% des cas au stade III et 93% des cas avec une maladie au stade IV.

En ce qui concerne les 71 cas de cancer du poumon, le test a identifié le cancer parmi 13 des 29 patients avec une maladie de stade I, 23 personnes sur 32 au stade II, trois personnes sur quatre au stade III et cinq personnes sur six au stade IV.

Ce test a été particulièrement efficace pour dépister le cancer de l'ovaire, avec un taux de 67% des cas détectés au stade I et de 75% au stade II et III de la maladie.

Pour le Pr Victor Velculescu du Johns Hopkins Kimmel Cancer Center, ce test pourrait, à terme, servir pour suivre les personnes à haut risque de cancer notamment les fumeurs, pour lesquels la tomodensitométrie et le test de dépistage standard donnent souvent de faux positifs. Ce test peut également servir au dépistage précoce des cancers du sein et des ovaires chez les femmes présentant des mutations héréditaires dans les gènes BRCA1 et BRCA2.

Lire la suite

ANTIBIOTIQUES

Antibiotiques : Quand les fourmis donnent de l’espoir... Abderrahim Derraji - 17 août 2017 19:02
Antibiotiques : Quand les fourmis donnent de l’espoir...

Des chercheurs britanniques ont pu isoler, à partir de la moisissure produite par une espèce de fourmi kenyane, un nouvel antibiotique à qui ils ont donné le nom de Streptomyces formicae. D’après ces chercheurs, l’antibiotique isolé serait très efficace notamment contre staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM) et l’entérocoque résistant à la vancomycine (VRE).

Une telle découverte, si elle se concrétise par la mise sur le marché d’un nouvel antibiotique, pourrait donner de l'espoir aux médecins qui se trouvent de plus en plus confrontés à des impasses thérapeutiques.

Les multiresistances inquiétent particuliérement la comunauté internationale. Et si les chercheurs ne trouvent pas de nouveaux antibiotiques efficaces, si les professionnels de santé n’adoptent pas les règles du moindre usage d’antibiotiques et si les éleveurs ne changent leurs pratiques, elles pourraient être responsables de 10 millions de décès en 2050.

 

Lire la suite

Autres articles

Inde : 64 enfants morts à cause de factures impayés

25 enfants hospitalisés à l’hôpital public de Gorakhpur (État d'Uttar Pradesh ; Inde) ont trouvé la mort en raison d’une rupture d’approvisionnement en oxygène dans les services pédiatriques. Le fournisseur aurait tout simplement mis fin à ses services en raison d’un défaut de paiement. Yogi Adityanath, un des dirigeants de cet État  a toutefois refusé d’admettre tout lien de causalité et a ordonné une enquête. « Ce n’est pas une tragédie. C’est un massacre. », a déclaré, Kailash Satyarthi, Prix Nobel de la paix indien. 

Abderrahim Derraji - 17 août 2017 18:05
Attention au jeu «Ice and Salt» !

Après le "Jeu du foulard" et le "Purple drank", les adolescents s'adonnent à un nouveau "jeu". Il s’agit l’"Ice and Salt", un "défi" consistant à déposer du sel de cuisine sur sa main ou son bras, puis poser un glaçon et tenir le plus longtemps possible en filmant la peau rougie par les gelures. Les vidéos filmées sont ensuite mises en ligne et partagées à grande échelle à travers les réseaux sociaux. Le sel permet de faire descendre la température jusqu’à -20 °C ce qui a pour effet d'atténuer la douleur et de retarder les réflexes biologiques. Depuis l’apparition de ce "jeu" dangereux, de nombreux adolescents se sont brûlés au deuxième degré. Un d’entre eux a même été hospitalisé et ses médecins pourraient envisager une greffe de la peau. Le National Society For the Prevention of Cruelty to Children vient de publier une mise en garde sur les réseaux sociaux pour appeler les parents à la vigilance.  

Abderrahim DERRAJI - 15 août 2017 11:40
Jiftip : un autocollant qui inquiéte L’association AIDES

L'association AIDES alerte sur la dangerosité de l’autocollant "Jiftip". Contrairement au préservatif, ce dispositif  ne protège pas contre les infections sexuellement transmissible et il ne constitue pas un moyen de contraception efficace. Jiftip se présente sous la forme d'un autocollant adhésif couvrant uniquement l'urètre et permet le confinement de l'urine et du sperme. Et même si le site de la marque précise qu’il ne s’agit pas d’un préservatif, les allégations distillées via la page Face Book pourraient être à l’origine de pratiquer sexuelles présentant des risques. «Il n'y a aucune preuve suggérant que ce produit soit sûr ou efficace et il pourrait être très pénible. Comme la société l'indique elle-même, ce produit n'a pas été approuvé pour prévenir la grossesse ou les infections sexuellement transmissibles - donc, si vous voulez éviter l'une ou l'autre, nous recommandons d'éviter ce produit aussi." a déclaré Natika Halil, directrice santé sexuelle au Planning familial britannique au site «  The Sun Online »: Sur le site Internet de la marque on peut lire : "Peut-il prévenir la grossesse, l'herpes ou les IST ?" La réponse est "non". "Ce n'est PAS un préservatif ou une alternative aux préservatifs. Jiftip ne fait que deux promesses : "vous oublierez qu'il est là", et que "cela ne fonctionnera pas pour tous." Eu égard aux risques encourus par les utilisateurs insuffisament informés, il ne faut pas perdre de vue que le seul moyen mécanique efficace contre les IST et pour éviter une grossesse reste le préservatif.

Abderrahim DERRAJI - 15 août 2017 10:49
Henné noir : Du tatouage éphémère à la cicatrice indélébile !

Achraf, jeune garçon de 12 ans, s’est présenté à la pharmacie avec une réaction allergique violente qu’il a contractée suite à un tatouage éphémère au henné. Sa réaction est survenue à peine quelques heures après l’application du henné noir. Le henné (Lawsonia inermis) est un arbuste épineux appartenant à la famille des Lythracées. On utilise ses feuilles réduites en poudre qui produisent des teintes rouges, jaunes et orangées. Au Maroc, son utilisation est quasi incontournable et particulièrement lors des mariages et des baptêmes. L’utilisation traditionnelle du henné ne pose généralement aucun problème, par contre quand on y ajoute le paraphénylènediamine (PPD) appelé en arabe «takaout roumia» dans le but de donner une couleur noire au tatouage ou d’augmenter sa longévité, on risque de provoquer de vives réactions dermatologiques. Ces réactions peuvent être limitées à la zone tatouée ou s’étendre à la zone avoisinante, voire à tout le corps. Elles peuvent également conduire à d’autres sensibilisations, notamment aux caoutchoucs, colorants vestimentaires, teintures capillaires,etc. Achraf n’est pas un cas rare, puisque le Centre anti-poison et de pharmacovigilance du Maroc (CMPV) reçoit régulièrement des cas d’effets indésirables cutanés liés à l’utilisation du henné noir. Des campagnes médiatiques ont même été initiées par ce centre dans le but de sensibiliser les utilisateurs du henné noir. Mais, à voir l’engouement des jeunes et des moins jeunes pour le henné noir, il est primordial de ne pas baisser la garde et faire régulièrement des campagnes de sensibilisation auprès du grand public et même auprès des «hannayate1». Le pharmacien, de par son accessibilité, peut jouer un rôle capital dans ces campagnes. Le coût de conception et d’impression des dépliants et des affiches ne devrait pas constituer un frein pour les mener en collaboration avec les services concernés du ministère de la Santé. 1Hannayates : Appellation attribuée aux femmes qui appliquent le henné  

Abderrahim DERRAJI - 15 août 2017 08:25
Moins de bruit dans les discothèques en France

Un nouveau décret  réglementant les dispositions applicables aux activités impliquant la diffusion de sons amplifiés à des niveaux sonores élevés vient d'être publié au Journal Officiel Français (Décret n° 2017-1244  - JORF n°0185 du 9 août 2017 ) .   D’après ce texte, le volume sonore moyen, mesuré sur 15 minutes, ne pourra plus dépasser 102 décibels. Ce volume était fixé depuis 1998 à 105 décibels. Quand il s’agit d’enfants, ce seuil a même été limité à 94 décibels.   Les gérants de discothèque ou de salle de spectacle ou les organisateurs de festivals doivent enregistrer continuellement le niveau sonore supporté par l’auditoire. Ils ont également l’obligation d’informer le public sur les risques auditifs, de mettre à sa disposition à titre gratuit des protections auditives et de créer des zones de repos auditif ou, à défaut, ménager des périodes de repos auditif durant lesquelles le niveau sonore ne dépassera pas 80 décibels. En cas de non respect des dispositions prévues par ce nouveau décret, les contrevenants s'exposent à une amende de 1 500 euros. Pour les récidivistes l’amende peut être doublée et on peut même leur confisquer leur matériel de sonorisation. En savoir plus : lien

Abderrahim Derraji - 14 août 2017 19:56
Vaccination obligatoire en France : la SFPC a choisi son camp !

La Société française de Pharmacie Clinique (SFPC) prend position vis-à-vis de la vaccination obligatoire intégrant les 11 valences pédiatriques. Par ailleurs, cette société savante exhorte ses adhérents , depuis le 2 aout, à signer la pétition initiée par 296 professionnels de santé. 2738 professionnels de santé l’ont déjà signée  ( Lien : https://www.egora.fr/appel-vaccination ) 

Abderrahim DERRAJI - 10 août 2017 22:03
Alcool : les bénéfices des campagnes d'abstinence !

Pour lutter contre l’alcoolisme en Angleterre, on invite les consommateurs à s'abstenir durant tout le mois de janvier. Les résultats seraient « sidérants », même si l’approche est sujette à contestation notamment en France. L’origine de cette campagne remonte à 1942, année où le gouvernement finlandais a lancé une campagne d’abstinence d’alcool pour soutenir l’effort de guerre. Les anglais ont fait de même en 2013 en lançant la campagne  « Dry january», sous l’égide de Public Health England. Les résultats de cette campagne, qui a profité de la viralité des réseaux sociaux,  ont été qualifiés par  le Pr Kevin Moore de "sidérants". Ce dernier a mené une étude en 2015 sur 102 hommes et femmes quadragénaires qui consommaient, avant la campagne, le double de la dose maximale d’alcool recommandée par l’Organisation mondiale de santé (OMS). « S’il existait un médicament produisant le même effet, il rapporterait des milliards. On a constaté une baisse de 40 % de la graisse au niveau du foie, accompagnée d’une réduction de 12,5 % de la raideur hépatique, une perte moyenne de poids d’environ trois kilos, un risque de diabète diminué de 28 %, une amélioration pour les taux de cholestérol, ainsi qu’une meilleure qualité de sommeil », a déclaré le Pr Kevin Moore. Ces résultats confirment que l’abstinence reste  le moyen le plus efficace pour lutter contre l’alcoolisme. Les auteurs des différentes études menées sur le sujet ont révélé que les bénéfices de l’abstinence s’observent dès les premiers jours. Cette abstinence permet également de lutter contre l’obésité. Et d’après une étude publiée dans The American journal of clinical nutrition du (22-1-2013), les consommateurs de boissons alcooliques ont tendance à opter pour une alimentation riche en protéines et en matières grasses saturées. Les Canadiens ont suivi le mouvement en lançant « Sober october ». Quant-aux Belges, ils ont préféré le mois de février pour lancer leur campagne « Tournée minérale ». Ces campagnes d’abstinence qui n’ont pas trouvé grâce aux yeux des français, sont également discutées dans les pays où elles sont préconisées, d’autant plus qu'elles ne constituent pas une solution pour les vrais alcooliques. D’ailleurs, l’Association britannique Alcohol concern soutient que ces personnes ne devraient pas participer à Dry January. Affaire à suivre...

Abderrahim Derraji - 10 août 2017 12:36
L’EMA recommande des préparations injectables de méthylprednisolone sans lactose

Suite aux réactions allergiques graves, notamment des cas de bronchospasme et d’anaphylaxie, observées chez des patients présentant une allergie aux protéines du lait de vache et ayant été traitées par des injections de méthylprednisolone, l’EMA (L’Agence européenne des médicaments ) estime que les préparations injectables de méthylprednisolone contenant du lactose ne doivent pas leur être administrées.  Le Co-ordination Group for Mutual Recognition and Decentralised Procedures (CMDh) a conclu que le moyen le plus efficace de minimiser le risque est de supprimer les protéines du lait de vache des ampoules injectables de méthylprednisolone. Les entreprises pharmaceutiques concernées ont été invitées à fournir, d’ici le milieu 2019,  les données permettant le remplacement des formulations contenant du lactose en provenance du lait de vache.  

Abderrahim DERRAJI - 08 août 2017 22:43
Les sels d’aluminium « favorisent » le cancer de sein…

Une étude autrichienne, publiée en juin dernier dans la revue «EBioMedicine», soulève à nouveau les inquiétudes vis-à-vis de la relation qui existe entre l’utilisation des sels d’aluminium que contiennent certains anti-transpirants et le développement du cancer de sein. Les chercheurs de l’Université d’Innsbruck ont comparé 209 femmes souffrant d’un cancer du sein et 209 femmes en bonne santé. D’après ces auteurs, l’utilisation de ces anti-transpirants plusieurs fois par jour, sur des aisselles rasées et depuis un âge inférieur à 30 ans, doublerait le risque de cancer de sein. Le lien entre l’utilisation de ces désodorisants et le cancer a été également mis en évidence par une étude menée en 2016 par deux chercheurs suisses, le professeur André-Pascal Sappino et le docteur Stefano Mandriota. Ces chercheurs avaient mis en contact des cellules mammaires de souris avec des sels d’aluminium. Ces cellules avaient été injectées à des souris quelques mois après. Ils ont constaté le développement, à des degrés divers, de tumeurs parfois très agressives donnant lieu à des métastases chez toutes les souris. Les deux scientifiques ont invoqué alors le principe de précaution pour l’Homme. L’étude autrichienne a été contestée par le Dr William Jacot, oncologue sénologue au Centre anti-cancéreux de Montpellier qui lui reproche l’échantillon «trop petit». L’usage intensif d’un déodorant, avant l’âge de 30 ans, ne concerne en effet que 27 des 418 femmes concernées par l’étude. Il reproche également aux deux chercheurs suisses une «extrapolation trop rapide» à l’Homme. La position de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) reste la même. Elle estime qu’«aucun élément pertinent ne (permettait) de considérer l’exposition par voie cutanée à l’aluminium comme présentant un risque cancérogène». Elle recommande cependant de limiter la concentration d’aluminium dans les anti-transpirants à 0,6%, et de ne pas les utiliser sur une peau lésée ou irritée. Dernièrement, le SCCS (Scientific Committee on Consumer Safety) – rattaché à la Commission européenne a été consulté afin d’établir un nouvel avis d’ici à octobre 2017.

Abderrahim DERRAJI - 08 août 2017 10:01
La DMP réagit face aux ruptures

Dans une lettre circulaire, datée du 3 aout 2017, le directeur du Médicament et de la pharmacie incite les pharmaciens responsables des établissements pharmaceutiques à procéder, dans les plus brefs délais, à l’enregistrement de médicaments qualifiés de vitaux, et ce, pour répondre «à des besoins urgents au nom de l’intérêt général de la santé publique». La lettre circulaire comporte en annexe la liste des principes actifs concernés. Il s’agit du 5-fluorouracil, le phénobarbital sous forme de comprimés dosés à 10 et à 50 mg et sous forme injectable dosée à 30, 40 et 60 mg. Par un tel courrier, la Direction du médicament et de la pharmacie espère mettre fin aux ruptures récurrentes qui affectent régulièrement certains médicaments essentiels.

Abderrahim DERRAJI - 08 août 2017 09:27

Sondage

Droit de substitution avec compensation économique

Pour
Contre
sans opinion

Sponsorisé par