Forum Pharmaceutique International - Alger
Forum Pharmaceutique International - Alger

Le Conseil de l'ordre algérien a relevé le défi!

InfoSanté Web Mag
InfoSanté Web Mag

N° 10 - mai 2017

Interview de M. Lotfi BENBAHMED
Interview de M. Lotfi BENBAHMED

Président du Conseil National de l'Ordre des Pharmaciens (Algerie)

GUIDE PRATIQUE DES BACTÉRIES PATHOGÈNES
GUIDE PRATIQUE DES BACTÉRIES PATHOGÈNES

ELABORÉ PAR LA SOMIPEV ( Édition 2017 )

GUIDE D'ANTIBIOTHÉRAPIE PEDIATRIQUE
GUIDE D'ANTIBIOTHÉRAPIE PEDIATRIQUE

PDF élaboré par la Somipev

Vidéos de formation continue
Vidéos de formation continue

Cours développé par notre partenaire ACTe RX

Nouvelle circulaire
Nouvelle circulaire

Procédure d'enregistrement des produits cosmétiques.....

Diplômes universitaires
Diplômes universitaires

préinscriptions ouvertes

À la une

TUNISIE

Élections ordinales en Tunisie : forte participation et transparence Abderrahim Derraji - 24 mai 2017 13:03
Élections ordinales en Tunisie : forte participation et transparence

Les élections du nouveau bureau du Conseil National de l’Ordre des pharmaciens de Tunisie ont eu lieu le 20 mai 2017 à Tunis.

Ces élections se sont caractérisées par une forte participation des pharmaciens. En effet 1400 pharmaciens ont pris part à ces élections et on choisi les 11 membres du bureau.

D’après de nombreux observateurs, ces élections ordinales se sont déroulées dans la transparence totale sous le contrôle d’un bureau comportant des pharmaciens inspecteurs désignés par le président sortant M. Abdallah Jallel.

Le nombre de bulletins nuls est de 110 et le bureau élu se compose comme suit :

Président : Chedly FENDRI
Vice-président : Ahlem NAJJAR
Secrétaire général : Dalenda BENNOUR
Secrétaire général adjoint : Mariem HACHED
Trésorier : Hichem NAJJAR
Trésorier adjoint : Mohamed Hassen CHELLI
Assesseurs : Hazem EL GHOUL, Kamel KHALFALLAH, Hamadi M’ZID, Abderrahmen BEN SLIMANE et Mondher AKREMI

Le nouveau bureau s’est engagé à œuvrer pour la mise en place des réformmes attendues par toutes les catégories professionnelles dans un esprit de concertation.

On ne peut que féliciter nos confrères tunisiens en leur souhaitant une bonne continuation.

Lire la suite

OMS

Un éthiopien à la tête de l’OMS Résumé par Abderrahim DERRAJI - 24 mai 2017 09:23
Un éthiopien à la tête de l’OMS

Les 168 pays membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont élu le 23 mai un nouveau directeur général qui va succéder à la Chinoise Margaret Chan.


Il s'agit de Tedros Adhanom Ghebreyesus, un chercheur éthiopien de renommé, compétent et apprécié qui a occupé les postes de ministre de la Santé et de ministre des Affaires étrangères.

Pour la première fois dans l’histoire de l’OMS, l’élection s’est tenu à bulletins secrets, ce qui a contribué à une vraie compétition.

Le nouveau directeur aura à restaurer la légitimité de l’OMS en améliorant l’efficacité des actions entreprises et en les faisant connaître.

Lire la suite

ANTIBIOTIQUES

EMA : de nouvelles recommandations au sujet de la vancomycine Résumé par Abderrahim DERRAJI - 24 mai 2017 08:59
EMA : de nouvelles recommandations au sujet de la vancomycine

Le Comité des médicaments à usage humain (Committee for Medicinal Products for Human Use, CHMP) de l’EMA a examiné les données disponibles sur la vancomycine pour mettre à jour les informations la concernant.

En se basant sur des données probantes disponibles, ce comité préconise le recours à la vancomycine orale uniquement pour la prise en charge des infections à Clostridium difficile.

Le comité a indiqué, par ailleurs, que les données dont il dispose ne plaident pas suffisamment en faveur du recours à la vancomycine en cas d’entérocolite staphylococcique ou pour la décontamination GI chez les patients immunodéprimés.

La perfusion de la vancomycine est recommandée en cas d’infections des os, des articulations et des tissus mous s’accompagnant de complications, de pneumonie, d’endocardite infectieuse, de méningite bactérienne aiguë et de bactériémie associées à ces infections. Elle peut également être utilisée à titre prophylactique chez les patients présentant un risque d’endocardite bactérienne et pour le traitement de la péritonite associée à la dialyse.

Le comité recommande également un réajustement des doses administrées. Cette recommandation est basées sur des données ayant montré que les doses préconisées auparavant entraînaient souvent des concentrations sériques de vancomycine sous-optimales.

Cet avis du CHMP va être transmis à la Commission européenne pour examen.

Lire la suite

ZIKA

Guadeloupe: 700 femmes enceintes touchées par le Zika en 2016 Abderrahim Derraji - 23 mai 2017 19:28
Guadeloupe: 700 femmes enceintes touchées par le Zika en 2016

Selon un bilan publié par l'Agence régionale de santé (ARS) de Guadeloupe et des îles du Nord, l'épidémie du Zika de 2016 a duré 5 mois et touché plus de 30.000 personnes dont 700 femmes enceintes. 15 malformation fœtales ont été observées.

Les responsables de cette agence estiment que « trop de femmes enceintes ont été infectées par le virus malgré l'état de vigilance ». La lutte contre le Zika a comporté un volet préventif grâce à « des actions de communication en amont de l'épidémie ». les « renforts matériels et humains » ont également permis la prise en charge médicale de cette affection.

Selon un communiqué de l'ARS, certaines initiatives n'ont pas donné l’effet escompté. Le manque de moyen de certaines communes n’a pas permis une bonne mobilisation. Les messages diffusés n’ont pas pu atteindre les populations les plus vulnérables et particulièrement les femmes non-francophones. Par ailleurs, les actions de prévention mises en place notamment dans les salons de coiffure semblent avoir été inefficaces car le message n'a pas été relayé.

 

Lire la suite

CHU

Coopération Sud-Sud : le CHU s’implique Abderrahim Derraji - 23 mai 2017 19:06
Coopération Sud-Sud : le CHU s’implique

Le Professeur Abdelkader Errougani, directeur général du CHU Ibn Sina de Rabat-Salé, a tenu le vendredi 19 mai une réunion avec des professeurs d'anesthésie-réanimation du Mali, du Burkina Fasso, du Gabon et du Rwanda.

Cette rencontre a mis en évidence la volonté du directeur général du CHU de prendre part à toutes les formes de coopération ayant pour objectif d’améliorer l'offre de soins aux malades de ces différents pays africains. Le Pr Errougani a aussi émis le souhait de voir les quatre professeurs qui ont pris part à la réunion initier un nouvel élan pour la coopération entre leur pays et le Maroc.

Plusieurs autres accords de coopération ont été signés avec des pays africains notamment le Sénégal, la Mauritanie et le Mali.

Selon un premier bilan, le Centre hospitalier Ibn Sina a participé à la formation de 140 médecins, infirmiers, administratifs et gestionnaires des pays partenaires. Il a aussi réalisé plusieurs missions d’expertise pour le compte de ces derniers.

Lire la suite

Autres articles

La FNRIM tire la sonnette d’alarme!

D’après un communiqué de presse du 22 Mai 2017,  La Fédération nationale de radiologie et d’Imagerie médicale (FNRIM) a tenu, le 17 mai, une assemblée générale extraordinaire pour se pencher sur la pratique de la radiologie et l'imagerie médicale par les traumatologues, les pneumologues, les rhumatologues, les ORL et les dentistes. Dans ce même communiqué, la FNRIM rappelle  que les radiologues ne peuvent exercer qu’après autorisation du CNRP (Centre Nationale de Radioprotection) et de l’AMSSNuR (Agence Marocaine de Sécurité et de Sureté Nucléaire et Radiologique) ce qui n’est pas le cas des autres spécialistes qui n’auraient pas les autorisations requises. D’après cette fédération, " les autres spécialistes font entrer le matériel au Maroc par des circuits parallèles, parfois de manières non conformes aux lois sur le rayonnement ". Cette situation serait totalement illégale du fait qu’elle va à l’encontre des dispositions de la nouvelle Loi n°131/13 du 19 février 2015 relative à l’exercice de la médecine, notamment en son Article 26, prohibant aux médecins l’exercice simultané de deux spécialités. La loi n°142/12 du 22 août 2014, relative à la sûreté et à la sécurité nucléaires et radiologiques, dans son Article 101, limite également la pratique de la radiologie aux radiologues.

Abderrahim Derraji - 23 mai 2017 17:02
Le LEMM signe une convention avec l’UM6SS

Lors de la première édition de la Journée de l’innovation organisée, le samedi 20 mai par l’Université des sciences de la santé (UM6SS), une convention a été signée entre cette université et les entreprises du médicament du Maroc (LEMM). Cette convention a été paraphée par le Pr Chakib Nejjari, président de l’UM6SS, et MM. Amine Benabderrazik et Taha Ait Hanine, respectivement président et vice-président des LEEM. « C’est un jour historique pour notre université. Cette convention va permettre la mise en œuvre de projets innovants avec l’industrie pharmaceutique », a déclaré le Pr Chakib Nejjari, président de l’UM6SS. « L’innovation est un devoir et aussi une responsabilité sociétale », a déclaré, de son côté, M. Benabderrazik avant la signature de la convention. Et d'ajouter : «L’innovation, pour nous, est la Recherche et Développement (R&D), nous avons un rôle important à jouer pour qu’elle soit à la hauteur de ce qu’elle devrait-être au Maroc». 

Abderrahim DERRAJI - 22 mai 2017 08:58
Ateliers printaniers de la pharmacie : une édition réussie

L’Association des pharmaciens du Maroc (APM) a organisé, le weekend dernier à Rabat, la 4e édition des Ateliers printaniers de la pharmacie. Cette rencontre, particulièrement riche, a été inaugurée en présence de M. Aziz Rabbah, ministre de l'Énergie, des mines et du développement durable. Ce dernier n’a pas manqué de rappeler le rôle important que joue le pharmacien dans la chaîne de soins. Il a également soulevé la problématique de l’exercice illégal de la pharmacie et les risques encourus par les patients. Ce rendez-vous a permis aux pharmaciens de prendre part à des conférences et des ateliers qui rentrent dans le cadre de la formation continue. Les membres de l’APM ont également prévu une table ronde placée sous le thème «Refonte de la loi 17-04 dans l’optique de la défense du monopole pharmaceutique». Les trois panellistes qui ont animé cette table ronde ont à la fois mis en avant l’apport de cette loi dans la régulation de la profession comme ils ont mis l’accent sur le retard pris pour l’adoption de ses textes d’application. À travers des cas concrets, ils ont aussi mis la lumière sur le décalage entre la loi et la réalité du terrain. En effet, l’exercice illégal a tendance à toucher toutes les villes. Sous couvert de social, certaines associations de malades dissimulent un vrai business faisant peu de cas des lois qui régissent le secteur.  La plupart des pharmaciens ayant assisté à cette table ronde se posent des questions au sujet du projet de refonte de la loi 17-04. Ce projet pourrait donner lieu à des amendements sans que les différentes composantes de la profession soient impliquées. Comme ses précédentes éditions, la version 2017 des Ateliers printaniers de la pharmacie a tenu toutes ses promesses.

Abderrahim DERRAJI - 22 mai 2017 08:52
Mardi 23 mai 2017, n’oubliez pas de notifier !

Dans un souci d’améliorer le suivi de l’iatrogénie des médicaments, le Centre antipoison et de pharmacovigilance (CAPM) organisera, le mardi 23 mai, la Journée nationale de notification des effets indésirables (EI). À cette occasion, le centre a entamé une campagne médiatique visant à inciter les professionnels de santé à déclarer tout effet indésirable constaté lors de cette journée. Depuis plus d’une décennie, le CAPM ne cesse de multiplier les rencontres pour sensibiliser les professionnels de santé à la notification des EI. Le 15 décembre 2011, par exemple, la Société marocaine de pharmacovigilance avait organisé, en collaboration avec le CAPM, une manifestation placée sous le thème «Notification en pharmacovigilance, responsabilité individuelle ou collective». Le Conseil de l'Ordre des pharmaciens fabricants et répartiteurs avait lui aussi tenu, le 2 décembre 2011, une journée portant sur la pharmacovigilance industrielle. D’autres conférences ont été également programmées à travers le Royaume pour faire connaitre la pharmacovigilance aux professionnels de santé.   Malheureusement, le nombre de signalisations d’évènements indésirables reste faible, alors que la collecte des données relatives aux effets indésirables des médicaments est primordiale pour sécuriser leur utilisation. Et tant que le nombre de ces signalisations est limité, nous restons tributaires des décisions prises par les agences d’autres pays. En dehors de quelques exceptions, la Commission nationale planifie ses réunions pour évaluer et entériner, si besoin est, les décisions prises par les autres agences. Celles-ci puisent la légitimité de leurs décisions dans une implication sans faille des professionnels de santé. Pourtant, notre Centre de pharmacovigilance dispose des moyens humains et techniques nécessaires au fonctionnement d'une pharmacovigilance proactive et adaptée au contexte marocain.   Ce défaut d’implication des médecins, des pharmaciens et des industriels prive le centre d’un retour d’informations efficient pouvant justifier un retrait de lot ou d’une suspension d'Autorisation de mise sur le marché (AMM). On ne peut que saluer cette initiative, même si la préservation de l’intérêt du patient devrait, à elle seule, suffire pour que les professionnels de santé et du médicament déclarent tout évènement indésirable. Sans ces actions individuelles et responsables, nous risquons de passer à côté d’effets indésirables qui peuvent, dans certains cas, mettre en péril les usagers des médicaments.

Par Abderrahim DERRAJI - 21 mai 2017 23:34
Dépistage de la trisomie 21 : le recours à l'amniocentèse ne doit pas être systématique!

Eu égard aux risques de fausses couches et d'accouchements prématurés que comporte l’amniocentèse, la Haute autorité de la santé (HAS – France) recommande le recours au test sanguin d’ADN circulant dans la procédure de dépistage de la trisomie 21. Actuellement, le dépistage de cette anomalie chromosomique prend en considération la clarté nucale, mesurée lors d’une échographie au premier trimestre de la grossesse et une prise de sang permettent d'évaluer, en fonction de l’âge de la mère, un risque statistique de trisomie. Si ce risque estimé est supérieur à 1/250, l'amniocentèse est proposée à la femme enceinte.  La HAS estime que les tests ADN doivent être insérés entre ces deux étapes pour les femmes enceintes dont le niveau de risque est compris entre 1/1000 et 1/51. Si le test ADN est positif, ou si le risque statistique est supérieur à 1/50, la femme enceinte devra faire l’objet d’une amniocentèse qui reste le seul examen permettant de poser un diagnostic fiable. Mais avec le test sanguin, la HAS estime que «le taux de détection augmenterait d’environ 15% tandis que le nombre de caryotypes fœtaux serait divisé par quatre». D’après la HAS «environ 18.500 femmes enceintes avaient un risque supérieur ou égal à 1 sur 250 en 2014 et ont réalisé un caryotype fœtal permettant de confirmer le diagnostic de trisomie 21 chez environ 750 d’entre elles».  En savoir plus : lien

Résumé par Abderrahim DERRAJI - 18 mai 2017 18:30
Le Syndicat des pharmaciens de Mohammedia a un nouveau bureau

Les pharmaciens de Mohammedia réunis dans le cadre d'une assemblée générale élective, le 3 mai 2017, ont élu un nouveau bureau à la tête de leur syndicat. La composition du nouveau bureau est comme suit : Président : M. Abderrahim CHAWKI 1er Vice Président : M. Abdellah BENJELLOUN 2ème Vice président : Mlle Ibtissam BEKKAlI Secrétaire général : Mme Hasna AMRANI Sécrétaire général adjoint : M. Hicham Fassih Trésorier : M. Mohammed FILALI Trésorier adjoint : M. Khalid MERZOUKI 

Rédaction - 18 mai 2017 17:18
BritCham Conference 2017 : L’innovation et la RD à l’honneur

Le mardi 16 mai 2017, la Chambre de Commerce Britannique au Maroc a organisé une nouvelle édition du cycle « BritCham Conference » sous le thème : « Le Maroc Hub de l’Innovation et de la R D* : Quelles perspectives et facteurs clés de succès ? Zoom sur le modèle britannique ». Lors de cette édition qui s'est déroulée à Casablanca régnait une ambiance très spéciale. La raison : la participation d’une personnalité mondialement reconnue. Classée parmi les 50 personnes qui changent le monde, par la revue américaine Fortune en 2016, cette personnalité n’est autre que le Dr Moncef Slaoui, Président de GSK Vaccins Monde, Membre de son bureau exécutif , et Président de Galvani Biolelectronics. C’est donc dans une salle comble et devant une assistance captivée que les panelistes se sont relayés pour faire leurs présentations. C’est le Dr Omar Bouazza, Directeur du Médicament et de la Pharmacie au Ministère de la Santé, qui a ouvert le bal pour rappeler les efforts du gouvernement marocain et ses réalisations dans le domaine de la santé. Dr Bouazza a insisté sur le fait que le Maroc est aujourd’hui prêt à devenir un hub de l’innovation et de la R D.  Le professeur Hicham Bellaoui, chargé de mission auprès de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, est allé dans le même sens en rappelant les progrès réalisés par le Royaume dans la promotion de la recherche, notamment par la création de pôles de compétence et des réseaux de diffusion de technologie. Arrive ensuite le moment tant attendu par l’assistance, celui où le Dr Moncef Slaoui a pris la parole. Comme tout scientifique qui se respecte, Dr Slaoui s’est appuyé sur ses expériences professionnelles avant de donner sa vision de l’avenir de l’innovation et la RD au Maroc. Pour cela, il a pris deux exemples concrets. Le premier exemple est un petit laboratoire péruvien qui se trouve à Lima et qui a réussi à extraire une nouvelle saponine à partir d’une plante qui ne pousse qu’au Pérou.  Par cette saponine, le petit laboratoire péruvien détenait, sans le savoir, la solution au dernier maillon de la chaine qui allait aboutir à la fabrication du premier vaccin contre le paludisme. L’autre exemple exposé est celui d’un 2ème petit laboratoire chilien qui a permis par ses travaux une avancée importante dans l’un des domaines de prédilection de Dr Slaoui : la Bioélectronique. À la fin de sa passionnante intervention, Dr Slaoui a souligné que le Maroc doit faire preuve de pragmatisme et de réalisme dans ses orientations en terme de RD. Selon lui, aujourd’hui, il ne peut pas concurrencer les grandes structures déjà en place en se lançant dans de grands projets. D’où la nécessité de faire de la RD en s’appuyant sur des questions spécifiques à notre pays, notamment nos plantes médicinales, notre médecine traditionnelle ou les maladies avec un phénotype particulier. Car en agissant de la sorte, le Maroc part avec un avantage sur les autres. Et les petites réussites en appelleraient des plus grandes, et peu à peu le Maroc pourra devenir un collaborateur privilégié des mastodontes de la RD, avant de pouvoir rivaliser un jour à plus grande échelle. Après la brillantissime intervention de Dr Slaoui, le Pr Gabriel Malka, Directeur de l’Institut de Formation et de Recherche en Biotechnologieet Ingenierie Biomedicalede l’Université Mohammed VI Polytechnique, a fait part à l’assistance de la jeune expérience de l’Université Mohammed VI dans le domaine de la RD. L’édition 2017 du cycle « BritCham Conference » avait quelque chose de magique pour l’assistance. En plus du grand respect empreint d’admiration envers le Dr Slaoui, il y avait aussi de la fierté dans l’air. Car, la sommité internationale en face était marocaine. Dr Slaoui est la preuve vivante que le Maroc peut devenir un Hub d’innovation et de RD, à condition de créer l’environnement adéquat. Enfin, en cette période où les stigmatisations sont légion, Dr Slaoui est la démonstration que quelque soient ses origines et ses croyances, un homme armé de savoir et disposant des outils adéquats, ne peut que contribuer à la prospérité et à l’évolution de la communauté, voire de l’humanité. Hier, j’étais très heureux d’assister à la BritCham Conference, mais j’étais surtout fier d’être marocain ! * Recherche et Développement

Zitouni IMOUNACHEN - 17 mai 2017 22:09
Dr. Moncef Slaoui : Un grand expert en R&D à Casablanca

La Chambre de Commerce Britannique pour le Maroc accueillera cet après midi, à Casablanca, une conférence qui sera placée sous le thème : « Le Maroc Hub de l’innovation et de la R&D ». Cet sujet sera traité par le Dr Moncef SLAOUI qui est considéré comme une sommité mondiale en R&D pharmaceutique particulièrement reconnue pour ses mérites et ses réalisations en matière de développement de vaccins innovants. Cet expert de renomée mondiale et qui est actuellement Président Vaccins GlaxoSmithKline (GSK) Monde et membre du Bureau executif, apportera sa vision sur les facteurs clés conditionnant le succès de La R&D. Il débattra aussi avec les intervenants de l’écosystème pharmaceutique et les représentants des ministères de la santé et de la recherche scientifique, des perspectives de développement de la R&D au Maroc. Il est à rappeler que le Dr SLAOUI a vu son nom attribué au sixième centre mondial de R&D de GSK Le "SLAOUI Center for vaccines Research" qui est basé aux États Unis (Maryland).

Abderrahim DERRAJI - 16 mai 2017 12:46
Caravane médicale au profit des habitants de la province de Dar Benkarrich

Le Club Rotary Tétouan-Tamouda District 9010 a organisé, le 14 mai 2017, une caravane médicale au profit des habitants de la commune Benkarrich. Cette opération humanitaire a été faite en collaboration avec l’association des aides pharmaciens de Tétouan, l’association BASMA et l’association des amis de la santé de Tétouan. Elle a également  pu avoir lieu grâce à l’appui de  la commune de Dar Benkarrich. Une équipe de spécialistes s’est d'abord déplacée pour identifier les besoins des  patients. Ensuite, un groupe formé de 8 médecins et de 24 cadres médicaux a pu assurer 500  consultations. 280 patients ont également bénéficié de médicaments qui ont été mis à leur disposition. Quant à l’unité mobile pluridisciplinaire, elle a enregistré près de 150  consultations en médecine générale, 40 en cardiologie, 110 en ophtalmologie, 100 en pédiatrie et 50 en gynécologie.   Cette opération rentre dans le cadre d’une série d’actions caritatives programmées par le club rotary Tétouan- Tamouda district 9010.

Abderrahim DERRAJI - 16 mai 2017 11:43
Trithérapies : l’augmentation de l’espérance de vie est estimée à 10 ans

D’après une étude menée par une équipe de l'Université de Bristol (Angleterre), l'espérance de vie des patients séropositifs en Europe et en Amérique du Nord a augmenté d'environ dix ans. Elle atteint désormais 73 ans chez les hommes et 76 chez les femmes pour un patient de vingt ans qui a commencé son traitement à partir de 2008. « Les combinaisons d'antirétroviraux sont utilisées dans le traitement du sida depuis vingt ans, mais les médicaments récents ont moins d'effets secondaires, obligent à prendre un nombre moins élevé de cachets, empêchent davantage le virus de se reproduire et de résister au traitement», explique l'un des auteurs, Adam Trickey. Et d’ajouter : «Nous devons maintenant nous focaliser sur les questions liées au bon suivi des traitements, au diagnostic tardif de l'infection au VIH ainsi qu'au diagnostic et au traitement des affections associées». Cette étude, qui a été publiée dans le «Lancet HIV», s’appuie sur les données de 88.504 patients de dix-huit pays d'Europe et d'Amérique du Nord qui ont entamé un traitement par antirétroviraux entre 1996 et 2010. Cette étude montre aussi que le nombre de patients décédés durant les trois premières années du traitement est moins élevé chez les patients qui l'ont débuté entre 2008 et 2010 que chez ceux qui l'ont entamé entre 1996 et 2007.  

Abderrahim DERRAJI - 16 mai 2017 10:04

Sondage

Droit de substitution avec compensation économique

Pour
Contre
sans opinion

Sponsorisé par