Management pharmaceutique
Management pharmaceutique

Date limite 31 août 2016!

Interview de M. J. BELLAKHDAR
Interview de M. J. BELLAKHDAR

Phytothérapie : un secteur à reconquérir

TIERS PAYANT
TIERS PAYANT

Ce qu'il faut savoir

À la une

PALUDISME

Paludisme : L’Afrique est toujours épargnée de la résistance à l’artémisine Imounachen Zitouni - 30 juin 2016 11:00
Paludisme : L’Afrique est toujours épargnée de la résistance à l’artémisine

Depuis 2008, l’émergence au Cambodge de souches de Plasmodium falciparum résistantes aux dérivés de l’artémisinine, dernière génération de médicaments antipaludéens, compromet gravement l’effort mondial de lutte contre le paludisme.

Afin d’établir une cartographie mondiale de la résistance à l’artémisinine, les chercheurs de l’Institut Pasteur ont dirigé un consortium international nommé KARMA (K13 Artemisinin Resistance Multicenter Assessment Consortium). L’étude KARMA s’est appuyée sur une découverte effectuée en 2014 par des scientifiques de l’unité d’Épidémiologie moléculaire du paludisme de l’Institut Pasteur du Cambodge et du département des Parasites et insectes vecteurs de l’Institut Pasteur à Paris : l’identification du gène K13 comme déterminant majeur de la résistance de P. falciparum à l’artémisinine.

Cette étude a montré que la résistance du parasite Plasmodium falciparum à l’artémisine, principal antipaludéen, se limite à l'Asie du sud est et ne touche pas l'Afrique subsaharienne.

Cette étude, publiée dans le « New England Journal of Medicine », a analysé plus de 14 000 échantillons sanguins de patients infectés, qui provenaient de 59 pays différents. résultat : les modifications génétiques sur le gène K13 conférant une résistance du parasite à l’artémisine n’ont pas été retrouvées dans les échantillons issus du continent africain.

Lire la suite

AINS

Gonarthrose/ Coxarthrose : efficacité comparée des différents AINS Imounachen Zitouni - 30 juin 2016 10:48
Gonarthrose/ Coxarthrose : efficacité comparée des différents AINS

Pour savoir si les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont vraiment efficaces pour soulager les douleurs liées à une arthrose du genou (gonarthrose) ou de la hanche (coxarthose), une équipe de statisticiens suisses vient d'effectuer une méta-analyse en réseau de 74 études randomisées sur l’action antalgique des AINS dans l’arthrose.

Selon cette étude publiée dans The Lancet, la comparaison de 23 combinaisons substances / doses (paracétamol, AINS ou placebo) a montré que le diclofénac (150 mg/jour) et l’étoricoxib (60 mg/jour) possèdent la meilleure efficacité antalgique dans le contexte de douleurs liées à la gonarthrose et /ou à la coxarthrose. Les auteurs précisent, néanmoins, que ces données comparatives d'efficacité doivent être considérées au regard des effets indésirables les plus fréquents de chaque AINS.

Ces données ont révélé également une absence d'efficacité significative du paracétamol dans ces circonstances.

 

Lire la suite

ARTHROSE

La course à pied n’est pas nuisible aux genoux Imounachen Zitouni - 29 juin 2016 15:03
La course à pied n’est pas nuisible aux genoux

Selon une nouvelle recherche de l’Initiative américaine contre l’arthrose (Osteoarthritis Initiative, OAI), la course à pied pratiquée comme activité de loisir n’abîme pas les genoux.

Une analyse des participants de l’étude de l’OAI n’a révélé aucun risque accru d’arthrose du genou symptomatique chez les cohortes de coureurs issus de la population, par rapport aux non-coureurs.

Cette étude vient mettre fin à une controverse selon laquelle la course à pied pourrait être préjudiciable pour les genoux plus tard au cours de la vie.

L’étude de l’OAI a évalué la relation entre la course à pied et la douleur au genou, l’arthrose radiographique et l’arthrose symptomatique.

Sur 2 637 participants, 29,5 % avaient pratiqué la course à pied à un moment donné dans leur vie.

Les auteurs de l’étude concluent qu’il n’existe aucun risque accru d’arthrose du genou symptomatique chez les coureurs, par rapport aux non-coureurs. Chez les personnes sans arthrose, précisent-ils, le fait de courir ne semble pas nuire aux genoux.

Lire la suite

OMEGA-3

Les Oméga-3 diminuent la mortalité cardiaque Imounachen Zitouni - 29 juin 2016 14:59
Les Oméga-3 diminuent la mortalité cardiaque

Une étude publiée dans la revue « Journal of American Medical Association - Internal Medicine », révèle que la consommation d'acides gras oméga-3 est liée à une réduction de 10 % du risque de décès par infarctus du myocarde.

Cette méta-analyse qui a porté sur plus de 45 000 patients (dont près de 8 000 ont eu un premier infarctus) est basée sur des analyses de sang pour établir la corrélation entre les oméga-3 et la fréquence des infarctus, et non pas, comme dans la plupart des autres travaux, sur le résultat de questionnaires diététiques déterminant un niveau de consommation d’oméga 3. « Ces résultats fournissent l'image la plus complète à ce jour de l'effet préventif des oméga-3 contre les maladies cardio-vasculaires », souligne Liana Del Gobbo, chercheuse à l'université Stanford en Californie et co-auteur de l’étude.

« Les résultats des diverses études ont été similaires quels que soient l'âge, le sexe, la race, la présence ou l'absence de diabète, l'utilisation d'aspirine ou d’hypolipémiants », précise-t-elle. « Nos résultats confortent l'importance de consommer du poisson et des oméga-3 dans le cadre d'un régime alimentaire sain », ajoute le Dr Dariush Mozaffarian, doyen de la faculté des sciences de la nutrition à l'université Tufts à Boston, qui a dirigé l'étude.

Lire la suite

INDUSTRE

Sanofi et Boehringer Ingelheim ont procédé à un échange d’actifs Imounachen Zitouni - 28 juin 2016 10:45
Sanofi et Boehringer Ingelheim ont procédé à un échange d’actifs

Les laboratoires Sanofi et Boehringer Ingelheim viennent de finaliser une opération d'échanges d'actifs. L’accord prévoit que Sanofi apporte sa division santé animale (Merial), valorisée à 11,4 milliards d’euros, à Boehringer qui, en retour, transfère à Sanofi sa division santé grand public valorisé, elle, à 6,7 milliards d’euros, le tout assorti d'un paiement en cash de 4,7 milliards d’euros.

« En signant ces contrats, nous atteignons l’un des objectifs stratégiques de notre feuille de route 2020, à savoir devenir un leader de la santé grand public et une entreprise mondiale diversifiée de santé humaine », a indiqué Olivier Brandicourt, directeur général de Sanofi.

Cette nouvelle orientation et l’acquisition de toutes les activités et des marques Santé Grand Public de Boehringer dans tous les pays à l’exception de la Chine, permettront à Sanofi de renforcer son positionnement dans plusieurs domaines, notamment dans le traitement de la douleur, de l'allergie, de la toux, du rhume, de l’hygiène féminine, de la digestion ainsi que dans le segment des vitamines et des minéraux.

Lire la suite

Autres articles

Ftour- débat : La santé de la population passe par la salubrité de l’environnement.

Conscient de l’impact de l’environnement sur la santé de la population, le collectif médical humanitaire et environnemental de la région Casablanca Settat a lancé une formation au profit des associations et des professionnels. Cette formation, organisée en partenariat avec le pole médical et humanitaire du centre d’animation du tissu vise à mettre l’accent sur le rôle que doit jouer la société civile pour aider à relever les défis que posent le changement climatique et son impact néfaste sur la santé des populations. Dans ce cadre, un ftour débat sera tenu ce mercredi et sera dédié à la présentation de la stratégie de travail pour les mois à venir. Cette stratégie comporte, entre autre, un  programme ambitieux de formation au profit des professionnels de la santé, et pour la première fois une formation dans le domaine de la santé et de l’environnement des associations et des professionnels. Le collectif estime mettre en valeur le rôle capital des professionnels de la santé dans le quotidien de la population marocaine par la tenue de diverses actions.   Cette action qui s’inscrit dans le droit chemin pris par le Maroc pour la COP 22, implique pour la première fois les médecins et les professionnels de la santé.

Imounachen Zitouni - 28 juin 2016 10:15
Vacances : il vaut mieux prévenir que guérir

La plupart de nos concitoyens attendent la fin du mois de Ramadan pour partir en vacances. Si par le passé, partir en vacances était synonyme d’insouciance et de sécurité, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Cette période peut même se transformer en vrai cauchemar, particulièrement quand un événement inattendu vient affecter la santé du voyageur. Pour éviter de tels désagréments, le candidat au voyage doit prendre certaines précautions d’ordre sanitaire en rapport avec la destination choisie.   Pour certains pays, des vaccinations peuvent être exigées avant même l’octroi du visa. C’est le cas des zones intertropicales d'Afrique et d'Amérique du Sud, où le vaccin contre la fièvre jaune doit être administré au moins 10 jours avant le départ. De même, les personnes qui désirent se rendre à la Mecque doivent obligatoirement se faire vacciner contre la méningite.   Pour les personnes qui voyagent dans des régions où l’hygiène peut s’avérer défectueuse, la vaccination contre l’hépatite A et la fièvre typhoïde sont fortement recommandées.   Malheureusement, pour certaines maladies nous ne disposons pas encore de vaccin, c’est le cas de la maladie à virus Zika. Les voyageurs doivent prendre en considération ce nouveau risque sanitaire, d’autant plus qu’il peut être à l’origine de cas de microcéphalie et du syndrome de Guillain-Barré.    Le ministère de la santé marocain a élaboré en début d’année un dépliant qui s’intitule «  Comment se protéger contre le virus Zika ? » (1). Par ce support, il a attiré l’attention des voyageurs et particulièrement les femmes enceintes sur la nécessité de suivre certaines recommandations pour éviter d'attraper la maladie à virus Zika. De son côté, l’OMS déconseille aux femmes enceintes de se rendre dans les régions touchées par ce virus (2). Et quand leur conjoint vit ou se rend dans ces zones, elles doivent adopter des pratiques sexuelles à moindre risque ou s’abstenir de toute relation sexuelle pendant toute la durée de la grossesse. Bien évidemment, ces vaccinations ne peuvent dispenser le voyageur des vaccins classiques prévus par le plan national d’immunisation. Chez les malades chroniques, un avis favorable du médecin traitant est nécessaire avant toute vaccination. Les précautions à prendre seront en fonction de leur pathologie. Ils doivent ramener avec eux leurs traitements en prévoyant une quantité suffisante pour un mois supplémentaire de traitement. Une ordonnance rédigée en anglais avec une prescription en DCI peut, dans certains cas, s’avérer utile. Le transport des médicaments thermolabiles nécessite à son tour une attention particulière sans oublier que la congélation comme la chaleur peuvent altérer la qualité de certains médicaments. Pour conclure, le rôle du professionnel de santé est capital aussi bien pour informer les voyageurs qui s’apprêtent à partir en vacances que pour ceux qui choisissent notre pays pour y passer leurs vacances. Abderrahim DERRAJI (1) http://pharmacie.ma/uploads/pdfs/circulaire-MS-Maladie-virus-Zika.pdf (2) http://www.who.int/mediacentre/factsheets/zika/fr/

Abderrahim DERRAJI , Docteur en pharmacie - 28 juin 2016 09:45
Des chiens renifleurs pour le dépistage du cancer!

Le projet Kdog a récolté 100 000 €  lors d’une campagne de financement participatif sur internet. Initié par l’Institut Curie, le projet Kdog vise à déterminer si des chiens renifleurs peuvent aider au dépistage précoce du cancer. L’expérimentation porterait, dans un premier temps, sur le cancer du sein. Des chiens éduqués auront à déterminer si des femmes portent ou non un tissu cancéreux au niveau du sein, simplement en reniflant le tissu. En effet, certaines cellules cancéreuses du sein présentent un caractère olfactif. Si les résultats de cette première étude sont positifs, un essai clinique de plus grande ampleur pourrait être mis en place. L’utilisation de chiens renifleurs, méthode non invasive et peu coûteuse, pourrait alors constituer un nouveau système de dépistage accessible.

Imounachen Zitouni - 27 juin 2016 10:36
Alzheimer : la perte de mémoire n'est pas irréversible!

Une étude américaine a révélé que l’on pouvait inverser le déclin cognitif chez les patients atteints d’une maladie d’Alzheimer précoce et à maintenir l’amélioration pendant une longue période à l’aide d’un programme personnalisé global. L’étude a inclus dix personnes présentant une atteinte cognitive légère, une atteinte cognitive subjective ou une maladie d’Alzheimer. Neuf participants sur dix présentaient un risque génétique de maladie d’Alzheimer et possédaient au moins une copie de l’allèle APOE4. Cinq participants en possédaient même deux copies et encouraient de ce fait un risque 10 à 12 fois plus élevé. Tous les sujets de l’étude ont fait l’objet de plusieurs examens d’imagerie par IRM et d’un test neuropsychologique. Un programme thérapeutique personnalisé des patients à 36 points a été élaboré par l’Institut Buck pour la recherche sur le vieillissement (Buck Institute for Research on Aging) (à Novato, en Californie) et l’Université de Californie (University of California) à Los Angeles. Ce programme comprenait des changements apportés à l’alimentation, une stimulation cérébrale, de l’activité physique, une optimisation du sommeil, certains produits pharmaceutiques et vitamines et de nombreuses autres mesures affectant la chimie cérébrale.  À la fin de l’étude, les dix participants ont tous montré des améliorations inattendues. Certains d’entre eux qui avaient dû renoncer à leur emploi ont été en mesure de retourner travailler. D’autres ont pu considérablement améliorer leurs performances. L’analyse de suivi a montré que certains des patients étaient en mesure d’inverser les résultats anormaux jusqu’à les faire revenir dans la plage normale. Si la réussite du programme reste à confirmer dans le cadre d’autres études, M. Bredesen, l’auteur de l’étude, estime que la médecine entre dans une nouvelle ère où l’analyse génétique visant à diagnostiquer la maladie d’Alzheimer est désormais recommandée et non plus évitée afin de démarrer la prévention le plus tôt possible.

Imounachen Zitouni - 27 juin 2016 09:53
Chili : la fin des Kinder Surprise

Le gouvernement chilien vient d'interdire la vente des Kinder Surprise, ces œufs en chocolat renfermant un petit jouet, et les menus pour enfants de type «Happy Meal» contenant un cadeau. Cette loi vise à empêcher les industriels de l'agroalimentaire d'attirer les enfants vers la «malbouffe» grâce à des jouets, une pratique maintenant illégale dans le pays d'Amérique du Sud.   Cette interdiction est accompagnée d'une refonte complète de l'étiquetage des produits alimentaires en indiquant clairement les aliments riches en graisses ou en sucre. Il aura fallu 5 ans de travail pour arriver à imposer cet arsenal juridique aux lobbyistes.   Pour Samuel Duran, président du Collège des nutritionnistes du Chili, cet effort est nécessaire. D’autant plus que  le Chili se tient à la sixième place mondiale en termes d'obésité infantile avec plus de 40% de collégiens en surpoids et un tiers des enfants de moins de six ans. La pathologie se prolonge également chez 6 adultes sur 10.   La guerre contre les Kinder Surprise n'est pas nouvelle. Aux États-Unis, ils ont toujours été considérés comme illégaux. Une réglementation datant de 1938 interdit l'association d'une denrée alimentaire avec toute autre substance, de peur que des enfants ne s'étouffent. De ce fait, toute introduction de l'œuf en chocolat sur le sol américain peut être punie d'une amende de 1200 dollars.

Imounachen Zitouni - 24 juin 2016 18:25
La santé attise l’appétit de Google

Google va lancer une nouvelle fonctionnalité de son moteur de recherche permettant d'associer des pathologies aux symptômes recherchés par les internautes. Dans son blog officiel,  Google explique qu’ «environ 1 % des recherches sur Google sont liées à des symptômes. Mais les contenus sur les sujets de santé sur le Web peuvent être difficiles à appréhender et tendent à effrayer les gens présentant des symptômes bénins, ce qui peut créer une anxiété et un stress superflu ».   Google précise qu'un « carton » s'affichera lors de toute recherche de symptôme pour décrire les affections, leurs fréquences, les principaux symptômes, les facteurs de risque et même « des informations sur les possibles automédications ».   Dans quelques jours, l'application sera mise en service aux États-Unis sur les téléphones portables, grâce à l'application Google App. Google rappelle que cette nouvelle fonctionnalité ne se substitue pas aux médecins et ne remplace pas une consultation médicale.

Imounachen Zitouni - 24 juin 2016 18:19
Le liraglutide : un antidiabétique qui protège également contre les maladies cardiovasculaires

Le liraglutide, un médicament utilisé pour traiter le diabète de type 2 pourrait également protéger contre les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le décès cardiovasculaire et le décès toutes causes confondues. C’est ce qu’a révélé une étude américaine menée sur trois ans et ayant impliqué 700 établissements répartis dans 32 pays.   L’étude a inclus 9 340 adultes atteints de diabète de type 2 qui étaient à risque élevé de cardiopathie. Environ la moitié des participants a reçu du liraglutide, tandis que l’autre moitié a reçu un placebo, en l’occurrence, un autre antidiabétique contrôlant le taux de sucre dans le sang. Tous les participants se sont vus prescrire des médicaments supplémentaires pour les problèmes de santé associés au diabète, tels qu’une hypertension artérielle et des taux de cholestérol élevés.   Les résultats ont montré que la prise de liraglutide a été associée à un risque réduit de 13 % de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. Par ailleurs, le risque de mortalité cardiovasculaire était inférieur de 22 %, la mortalité toutes causes confondues inférieure de 15 % et le risque d’apparition de nouveaux signes d’une maladie rénale avancée inférieur de 22 %.   Selon John Buse, l’auteur principal de l’étude, « c’est le premier antidiabétique qui possède des bénéfices généraux pour les maladies cardiovasculaires, et ce constat suggère que ce médicament joue un rôle dans le traitement de l’athérosclérose, ce qui fait le lien avec les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux ».

Imounachen Zitouni - 23 juin 2016 17:19
INFERTILITÉ : le CCDP appelle à une révision du projet de loi

Lors d’une rencontre organisée mercredi dernier, le Collectif Citoyen pour le Droit à la Parenté (CCDP) a lancé un appel à la révision du projet de loi n°47-14 relative à l’assistance médicale à la procréation (PMA), adopté en Conseil de Gouvernement et récemment déposé à la Chambre des Représentants pour amendement. En effet, le CCDP reproche a ce projet de loi de ne pas reconnaître l’infertilité comme une maladie, empêchant de facto la prise en charge de son traitement pour les citoyens marocains. Le CCDP a aussi pointé du doigt les nombreuses lacunes du projet de loi, comme l’absence du Conseil National de l’Ordre des Médecins lors des consultations liées à l'exercice médical de la PMA. Rappelons enfin qu’un couple marocain sur huit souffre d’infertilité et que plus du tiers des couples infertiles attendent un enfant depuis plus de trois ans.

Imounachen Zitouni - 23 juin 2016 17:15
Le CHU Mohammed VI de Marrakech s’est doté d ‘une banque d’os

Désormais, le CHU Mohammed VI de Marrakech dispose d’une banque d’os. Cette banque, une première au Maroc, s’inscrit dans le cadre du développement du programme greffe d’organes et de tissus humains du CHU. Ce projet dont le processus de lancement a démarré il y a 10 ans, a pu voir le jour grâce aux efforts déployés par les équipes de chirurgie orthopédie, l’équipe d’anesthésie réanimation, les laboratoires de microbiologie et d’anatomo-pathologie, l’équipe de la banque de tissus, le comité de greffes d’organes et les directions du CHU Mohammed VI de Marrakech. Cette réalisation unique au Maroc va améliorer, à n’en pas douter, la prise en charge des patients marocains, surtout en pathologie tumorale et dans les révisions de chirurgie prothétique. 

Imounachen Zitouni - 23 juin 2016 17:10
Novatis s’engage dans la lutte contre le cancer

Le 16 juin dernier Novatis a signé un partenariat avec la Fondation Lalla Salma pour lutter contre le cancer. Il s’agit pour les deux institutions de renforcer la prévention et la sensibilisation autour de cette maladie, en faveur de l’amélioration des conditions de vie des populations, pour une vie plus saine. Novatis, qui se bat pour l’hygiène et la santé, s’est engagé à être plus actif dans les initiatives sociales et humanitaires de la Fondation et à y apporter son aide financière. Un engagement qui se concrétisera à travers l’aide financière à la lutte contre le cancer, menée par la Fondation Lalla Salma en partenariat avec le ministère de la santé.   Cette convention marque une étape majeure dans le programme RSE du Groupe, à travers lequel il participe depuis des années à l’équipement d’institutions sociales, à la construction de centres de solidarité et à l’organisation de convois médicaux dans toutes les régions du Maroc.

Imounachen Zitouni - 22 juin 2016 13:13

Sondage

Avez-vous effectué les démarches pour intégrer le tiers payant ?

Oui
Non
En cours

Sponsorisé par