De nouvelles baisses de prix
De nouvelles baisses de prix

Arrêté du ministre de la santé n° 1933-17

InfoSanté Web Mag
InfoSanté Web Mag

N° 10 - mai 2017

GUIDE PRATIQUE DES BACTÉRIES PATHOGÈNES
GUIDE PRATIQUE DES BACTÉRIES PATHOGÈNES

ELABORÉ PAR LA SOMIPEV ( Édition 2017 )

GUIDE D'ANTIBIOTHÉRAPIE PEDIATRIQUE
GUIDE D'ANTIBIOTHÉRAPIE PEDIATRIQUE

PDF élaboré par la Somipev

PROJET D'AMENDEMENTS DE LA LOI 17-04
PROJET D'AMENDEMENTS DE LA LOI 17-04

Projet élaboré par par le Comité national des personnes ressources

Vidéos de formation continue
Vidéos de formation continue

Cours développé par notre partenaire ACTe RX

Diplômes universitaires
Diplômes universitaires

préinscriptions ouvertes

À la une

EPOÉTINES

Epoétines recombinantes humaines : Nouvelles mises en garde sur des réactions cutanées sévères Abderrahim DERRAJI - 22 septembre 2017 22:05
Epoétines recombinantes humaines : Nouvelles mises en garde sur des réactions cutanées sévères

D’après une lettre adressée par l’ANSM aux professionnels de santé, « des réactions cutanées sévères (SCAR) ont été rapportées chez des patients traités par des époétines recombinantes humaines. Parmi ces réactions, des cas de syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) et de syndrome de Lyell (SL) (nécrolyse épidermique toxique) ont été rapportés dont certains ont été fatals. 

Par cette lettre, l’ANSM précise que les réactions cutanées sévères sont considérées comme un effet de classe de toutes les époétines recombinantes humaines comme elle précise qie ces réactions ont été plus sévères avec les époétines recombinantes humaines à longue durée d’action.

Produits concernés (France)
ARANESP® (darbepoetin alfa), EPREX® (époétine alfa), BINOCRIT® (époétine alfa), NEORECORMON® (époétine bêta), EPORATIO® (époétine thêta), RETACRIT® (époétine zêta), MIRCERA® (méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta)

Lire la suite

VACCIN

Aluminium dans les vaccins : l’ANSM rassure. Abderrahim DERRAJI - 22 septembre 2017 21:48
Aluminium dans les vaccins : l’ANSM rassure.

Pour couper court à la polémique engendrée par un éventuel rapport pointant du doigt présence d’aluminium dans les vaccins, l’ANSM vient de mettre en ligne un communiqué intitulé « Les vaccins contenant de l’aluminium sont sûrs »

Par cet écrit elle rappelle : « qu’aucun signal de sécurité lié à l'aluminium contenu dans les vaccins n'a conduit à ce jour à remettre en cause le rapport bénéfice / risque des vaccins contenant de l’aluminium, en France et à travers le monde ». L’agence française rappelle également que ces vaccins sont administrés à des centaines de millions de personnes dans le monde depuis près d’un siècle.

Par cette initiative, l’ANSM se veut rassurante en indiquant que les résultats des études de l’équipe du Pr Gherardi, ainsi que l’ensemble des rapports et publications disponibles à ce jour, ne modifient pas ce rapport bénéfice risque positif.

Les résultats de ces travaux de recherche fondamentale menés par le Pr Gherardi et soutenus par l’ANSM, ont été discutés par le conseil scientifique, placé auprès de l’ANSM, lors de sa séance de mars 2017. Les débats ont été suivis d’un avis du conseil scientifique et ont été retranscrits dans un compte-rendu approuvé en juin 2017.

L’ANSM précise également qu’Il n’existe pas de « rapport » de l’ANSM sur les études scientifiques du Pr Gherardi.

Lire la suite

SIDA

Des chercheurs ont bloqué le virus du Sida chez le macaque Abderrahim DERRAJI - 22 septembre 2017 12:58
Des chercheurs ont bloqué le virus du Sida chez le macaque

Une association d’anticorps neutralisant le virus du Sida mise au point par des chercheurs du groupe pharmaceutique français Sanofi et des Instituts nationaux américains de la santé (NIH) a permis  de protéger des macaques contre le virus simien du sida (VIS) et des souches du virus de l’immunodéficience humaine   (VIH).  

Cette découverte prometteuse sera suivie par un essai clinique de phase 1 en 2018. Cet essai qui sera  mené chez des volontaires sains ainsi que des personnes infectées par le virus du Sida va permettre d’évaluer l’innocuité et l’efficacité de cette combinaison d’anticorps.

D’après les chercheurs, ces 3 anticorps ont permis une meilleure protection que tous les autres anticorps testés jusqu’à maintenant. Ils ont aussi permis de neutraliser 99% de plus de 200 souches différentes du VIH-1. 

«À la différence des anticorps naturels, ce triple antiviral frappe des cibles infectieuses multiples dans une seule molécule», a précisé le Dr Gary Nabel, responsable scientifique de Sanofi et principal auteur de ces travaux.

«Une combinaison d’anticorps qui, chacun, frappe des sites distincts de l’enveloppe du VIH pourrait bien être la meilleure approche pour neutraliser les défenses du virus et parvenir à produire un traitement anti-infectieux et une prévention», a précisé le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses.

 

Lire la suite

PHARMACIE

La cours des comptes prône la fermeture de 10400 officines en France ! Abderrahim DERRAJI - 21 septembre 2017 23:33
La cours des comptes prône la fermeture de 10400 officines en France !

D’après un rapport qui vient d’être publié, la Cours des comptes préconise la fermeture de la moitié des pharmacies françaises.

La réaction des syndicats ne s’est pas faite attendre. Les représentants des pharmaciens estiment que cette recommandation ne peut que compromettre l’accès aux soins.

« Ce rapport à charge est violent mais il est surtout totalement déconnecté de la « vraie vie ». » a déclaré Philippe GAERTNER, Président de la FSPF ( Fédération des Pharmaciens d’Officine ) avant d'ajouter : « C’est ni plus ni moins la mise à mort du seul professionnel de santé accessible sans rendez-vous, sur tout le territoire dont il est question. C’est du pharmacien de proximité dont il s’agit. C’est de milliers d’entreprises fortes de leurs 120 000 salariés dont on parle. C’est la santé des patients qui est en jeu. »

La FSPF  a conclu son communiqué en demandant au président de la République et à la ministre de la Santé de prendre une position forte face à cette remise en cause aussi violente qu’injuste de la pharmacie française. 

Lire la suite

UNIVERSITE MOHAMMED VI DES SCIENCES DE LA SANTÉ

Journée d’accueil de La première promotion des étudiants de la Faculté de pharmacie / UM6SS Abderrahim DERRAJI - 21 septembre 2017 22:25
Journée d’accueil de La première promotion des étudiants de la Faculté de pharmacie /  UM6SS

Quelques 80 étudiants en pharmacie ont pris part, le mercredi 20 septembre, à une journée d’accueil qui s’est tenue  à  la faculté de pharmacie de l’université Mohamed VI des Sciences de la Santé.

Cette rencontre qui a été inaugurée en présence du Pr. Chakib NEJJARI, Président de l’Université Mohammed VI des Sciences de la Santé, du Doyen de la faculté de pharmacie (UM6SS) et de plusieurs professeurs, a permis a cette première promotion de se familiariser avec les différents métiers de la pharmacie gâce à des conférences de bonne facture présentées par un pharmacien hospitalier, un pharmacien clinicien, un pharmacien d’industrie, un pharmacien biologiste, un pharmacien d’officine et un spécialistes en radio pharmacie.

Le Pr. Samir Ahid, Doyen de la faculté de pharmacie (UM6SS) a, quant à lui, présenté aux étudiants le Cursus universitaire des études en pharmacie.

La journée s’est terminée par la présentation de la digitalisation dans les enseignements en pharmacie assurée par le Pr N. Hajjaj-Hassouni, Directrice du Centre d’Innovation, Université Mohammed VI des Sciences de la Santé  et par la présentation des outils de travail par M. T. ouhssata.

 

Lire la suite

Autres articles

Déficience en vitamine D : un facteur de risque de la SEP

Les auteurs d’une publication parue dans la revue «Neurology» ont mené une étude chez des femmes finlandaises qui a démontré que les taux de vitamine D pourraient prédire le risque de la sclérose en plaques (SEP). Pour ce faire, ces chercheurs ont mené une étude cas-témoins emboîtée prospective chez des femmes au sein de la Cohorte de maternité finlandaise (CMF). Quelque 1.092 femmes avaient fourni des échantillons de sérum avant de faire l’objet d’un diagnostic de SEP. Les auteurs ont également fait appel à 2.123 témoins. D’après cette étude, chaque augmentation de 50 nanomoles/litre des taux sériques de la vitamine D diminue le risque de développer une SEP plus tard de 39%. Elle a également révélé que les femmes ayant un déficit en vitamine D encouraient un risque accru de 43% de développer la SEP si on les compare aux femmes ayant des taux normaux, et les femmes présentaient un risque plus élevé de 27% par rapport à celles ayant des taux insuffisants. Les chercheurs ont déclaré que les résultats de leurs travaux mettaient en avant le lien entre la déficience et le risque de développer la SEP. Ils préconisent, de ce fait, de mener des actions pour réduire les déficiences en vitamine D.  

Abderrahim DERRAJI - 20 septembre 2017 07:58
Les opioïdes tuent 8 Canadiens par jour !

Entre le 1er avril 2016 et le 31 mars 2017, 16 * Canadiens ont été hospitalisés chaque jour en raison d'une intoxication aux opioïdes, soit une hausse de 19% par rapport à 2015. Les autorités sanitaires canadiennes appréhendent une augmentation de ces chiffres en 2017, d’autant plus que 602 Canadiens ont succombé à une overdose durant le premier trimestre de l’année en cours. « Aucune région [du pays] n'est à l'abri », a prévenu Dr Tam, l'administratrice en chef de la santé publique, qui affirme qu'après la Colombie-Britannique et l'Alberta, ce sont les Prairies et l'Ontario qui doivent se préparer à une éventuelle augmentation du nombre d’overdoses. Cette situation préoccupante est due à l’augmentation des prescriptions des antalgiques et à la vente illégale, sur le marché, de Fentanyl mélangé à des médicaments contrefaits. C'est ce dernier qui est le plus souvent en cause dans les overdoses au Canada. Le nombre de décès qui lui sont attribués a plus que doublé en 2016. * Ces chiffres ne tiennent pas compte des personnes décédées avant d’arriver à l’hôpital, ni celles qui se sont rendues aux urgences sans être admises à l'hôpital.  

Abderrahim DERRAJI - 18 septembre 2017 22:09
Crise du Lévothyrox®: Les patients prennent le pouvoir

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, invitée vendredi dernier à «La matinale de France Inter», a déclaré que l’ancienne formulation du Lévothyrox® serait à nouveau disponible dans une quinzaine de jours dans l’Hexagone. Cette mise à disposition «temporaire» permettra à de nombreux patients d’éviter les effets indésirables qui seraient engendrés par les excipients rentrant dans la composition du nouveau Lévothyrox®. Sous la pression des associations de malades et des médias, l’administration a fini par faire marche arrière. Et ce n’est finalement pas plus mal d'autant que dans ce cas de figure, les malades ne disposent pas d’autres alternatives thérapeutiques. Quant au laboratoire Merck Serono, il se retrouve entre le marteau et l’enclume. D’une part, il n’a fait que répondre à une doléance formulée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) dont la finalité est de développer une formule galénique avec une meilleure stabilité et, d'autre part, le nombre élevé de notifications le contraint à trouver une issue à cette crise. Cet exemple qui fera date, est la preuve que nous sommes passés à une ère où les malades disposent désormais de moyens de faire valoir leurs désidératas. Le modèle de pharmacovigilance classique basé sur la déclaration spontanée d’évènements indésirables et une étude «à froid» de l'imputabilité, se trouve aujourd'hui bousculé par une approche où les patients peuvent grâce à des notifications, de bonne foi, mais pas forcément spontanées, et des pétitions remettre en question l'efficacité d’une spécialité donnée ou son innocuité. Un autre médicament fait actuellement l’objet d’une action collective pour être retiré du marché français. Il s’agit du LARIAM®, un antipaludique auquel les usagers reprochent des effets secondaires, notamment des confusions mentales, des hallucinations surprises et des cauchemars à répétition. Probablement, d’autres spécialités risquent de s’attirer les foudres des usagers des médicaments. On ne peut nier que l’implication des patients pour suivre les effets indésirables soit un atout essentiel pour maîtriser l’iatrogénie des médicaments. Seulement, on risque, de plus en plus, d’être confronté à des situations où des actions collectives peuvent contraindre les décideurs politiques à prendre des décisions dans l’urgence, y compris quand l’imputabilité n’est pas avérée. In fine, ces actions collectives légitimes qui peuvent éviter des catastrophes sanitaires peuvent également être à l’origine de décisions précipitées pouvant compromettre indirectement l’intérêt du patient ! N. B. Le Maroc n’est pas concerné puisque la formulation du LÉVOTHYROX® actuellement commercialisée est la même depuis 2003.

Abderrahim DERRAJI - 18 septembre 2017 07:06
Biocodex lance deux nouveaux projets.

Le laboratoire Biocodex vient de lancer deux projets d’envergure internationale. D’une part «Biocodex Microbiota Institute» dont l’objectif principal est de favoriser une prise de conscience générale de l’importance des microbiotes. Pour ce faire, l'institut met à la disposition des professionnels de santé et du grand public des outils d’information dédiés dont le contenu sera régulièrement mis à jour pour faire connaître les microbiotes et les avancées de la recherche en la matière. D’autre part, La «Biocodex Microbiota Foundation» qui a pour vocation de financer des projets de recherche sur le microbiote aussi bien à l’échelle nationale (Maroc) qu’à l’échelle internationale. Les projets seront examinés par des comités scientifiques composés d'experts indépendants. Pour en savoir plus : lien  Site Internet : www.biocodexmicrobiotainstitute.com ; Compte Twitter @Mycrobiota, Compte Facebook : Mycrobiota Biocodex Institute  

Abderrahim DERRAJI - 14 septembre 2017 22:04
Une action collective pour interdire LARIAM®

Une action collective vient d’être initiée en France pour interdire le LARIAM® en raison de ses effets indésirables.   Le LARIAM®. est un médicament à base de méfloquine appartenant à la famille des antipaludiques auquel les usagers reprochent des effets secondaires, notamment des confusions mentales, des hallucinations surprises et des cauchemars à répétition. Cet antipaludique mis sur le marché par le laboratoire Roche depuis trois décennies est prescrit aux personnes se rendant dans les zones à risque.    "On est en train de regrouper des victimes ", précise ainsi Georges-Alexandre Imbert, président de l’Association d’aide aux victimes des accidents de médicaments, dans les colonnes du Parisien. Toujours d’après le même quotidien, le célébré chanteur Stromae a été rapatrié d’urgence en Europe, en raison de "graves effets secondaires" engendrés par l’administration du LARIAM®. Contacté par le Parisien, le laboratoire Roche a rappelé que le rapport bénéfice-risque de ce médicament a fait l’objet d’une réévaluation de 2016 ayant été jugée comme positif par les autorités. Le laboratoire a également indiqué que 39.681 patients adultes ont été traités l’an passé par le LARIAM®.

Abderrahim Derraji - 13 septembre 2017 20:26
Exposition médicamenteuse et transplantation hépatique

Des chercheurs de l’Université de Bordeaux ont mené une étude afin d’évaluer le risque d’insuffisance hépatique lié aux médicaments ayant conduit à l’inscription sur la liste de transplantation française. (IHAT). Cette étude, conduite entre 2008 et 2013, a permis d’évaluer l’exposition médicamenteuse sur une fenêtre de 30 jours à partir de la date index qui correspondait à la date des premiers symptômes de la maladie hépatique aigüe. Sur les 8.341 de sujets ayant été identifiés dans 22 centres participants, 313 avaient eu un surdosage médicamenteux aigu (SMA), 82 une exposition médicamenteuse (EM) et 32 cas n’avaient pas d’exposition médicamenteuse (SEM). Parmi les 82 sujets ayant eu une EM, 42,7% avaient été exposés au paracétamol seul ou en combinaison (39% paracétamol seul). Les cas de SMA étaient à 95,5% attribués au paracétamol (43,2%) non intentionnel, puis aux anxiolytiques (32,6%), les antidépresseurs (22,0%), les hypnotiques et les sédatifs (15,2%) ainsi que  les AINS (12,1%) et les antiépileptiques (10,6%). Par cette étude, ces chercheurs ont démontré que les IHAT consécutives à une exposition médicamenteuse restent rares. Ils ont également révélé que l’exposition au paracétamol à dose thérapeutique ou en surdosage en est la cause principale.  

Abderrahim Derraji - 12 septembre 2017 11:30
Viande rouge et de volaille et diabète de type 2

Les conclusions d’une analyse récemment publiée dans la revue «Americain Journal of Epidemiology» ont confirmé le lien avéré entre la viande rouge et le risque de diabète de type 2. Les auteurs de cette publication se sont intéressés aux données de 63.257 Chinois adultes de Singapour âgés de 45 à 74 ans. Ces sujets ont été recrutés entre 1993 et 1998 et suivis durant environ 11 ans. Les chercheurs ont révélé que les adultes dont la consommation de viande rouge et de volaille se situait dans le quartile supérieur avaient, respectivement, un risque accru de 23 et 15% de présenter un diabète de type 2 par rapport aux adultes dont la consommation de viande rouge et la consommation de volaille se situaient dans le quartile inférieur. Les auteurs ont également démontré que la consommation de poissons et de crustacés n’a pas été associée à un risque de diabète de type 2, comme ils ont démontré que l’augmentation du risque associé à la consommation de viande rouge et de volaille baisse quand on remplace la viande par des poissons et des crustacés. Cette étude a également mis en évidence une association positive dose-dépendante entre la teneur en hème-fer dans l’ensemble des viandes et le risque de diabète de type 2  

Abderrahim Derraji - 12 septembre 2017 11:24
Diabète et pharmacien : Un rôle connu, mais non reconnu !

La ville de Meknès accueillera, samedi 16 septembre, la huitième Journée pharmaceutique autour du thème «L’officine : Espace de santé». De nombreuses conférences sont programmées au cours de cette manifestation : «Insulinothérapie», «Antidiabétiques oraux», «Néphropathie diabétique», «Pied diabétique», etc.   Cette rencontre constitue une occasion de choix pour actualiser les connaissances des pharmaciens et pour débattre du rôle qu’ils pourraient jouer, aussi bien dans le dépistage que dans la prise en charge et l’accompagnement des diabétiques. Ce rôle est primordial, d’autant plus que 40.000 nouveaux diabétiques sont diagnostiqués chaque année et viennent, de ce fait, s’ajouter aux deux millions de Marocains vivant avec cette maladie.   Aussi faut-il rappeler que le diabète, qui s’apparente de plus en plus à une épidémie, constitue la première cause de mortalité par insuffisance rénale, la première cause de morbidité et mortalité par maladie cardiovasculaire, associé avec les autres facteurs de risque, la première cause de cécité et la première cause d’amputation des membres inférieurs.   L’accessibilité aux traitements antidiabétiques semble poser moins de problèmes au Maroc, eu égard à la baisse des prix des médicaments et au budget conséquent alloué à leur achat par le ministère de la Santé. Cette enveloppe budgétaire permet de prendre en charge 625.000 diabétiques qui s’approvisionnent en médicaments auprès des différents centres de santé.   Le point noir reste le dépistage. Selon la Fédération internationale du diabète, 41,2% des diabétiques marocains s’ignorent, soit environ 688.200 personnes. Et malheureusement, même quand le diagnostic est posé, le malade reste passif vis-à-vis de l’approche thérapeutique proposée par son médecin et bien souvent l’observance aux traitements laisse à désirer.   Enfin, et en attendant la mise en place de réseaux d’éducation thérapeutique comme c’est le cas dans les pays voisins, les médecins et les pharmaciens gagneraient à conjuguer leurs efforts et créer des synergies à forte valeur ajoutée pour le malade diabétique.   Programme de la 8ème Journée Pharmaceutique de Meknès : lien 

Abderrahim DERRAJI - 12 septembre 2017 09:05
Six mois d’interdiction d’exercer la pharmacie pour une livraison non conforme de médicaments

Le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (France) vient de prononcer une condamnation de six mois d’interdiction d’exercer la pharmacie, dont 3 avec sursis, à l’encontre de deux pharmaciens des Deux-Sèvres. L’instance ordinale leur reproche d’avoir déposé des médicaments  pour leurs patients dans une parapharmacie. Les pharmaciens concernés ne nient pas les faits qui leur sont reprochés dont le seul objectif, selon ces derniers,  est de rendre service à leurs patients. Le Conseil de l’Ordre voit les choses autrement. « Même exceptionnelle, une telle pratique […] constitue un risque grave pour la santé », précise l'instance ordinale.     Cette sanction disciplinaire prendra effet le 1er octobre et s'achèvera le 31 mars 2018.

Abderrahim Derraji - 11 septembre 2017 20:15
L'acide folique ou la vitamine B9 atténuent les risques liés aux pesticides chez la femme enceinte

D’après une étude menée par des chercheurs de l'université de Californie à Davis (UC Davis) et publiée dans «Environmental Health Perspectives», les enfants dont les mères ont  ont pris 800 microgrammes par jour d'acide folique ou de vitamine B9 au moment de la conception ont moins de risques d'être atteints d'autisme lié à l'exposition aux pesticides. Ces travaux s'adressent particulièrement aux femmes qui vivent dans des zones rurales où les pesticides sont utilisés à des niveaux élevés et qui souhaitent concevoir un enfant. «La consommation d'acide folique en-dessous de la moyenne associée à l'exposition aux pesticides a été liée à un risque d'autisme plus élevé, comparé à une consommation basse ou une exposition aux pesticides de manière isolée»  a précisé le Dr Schmidt, auteur de l'étude. Et d’ajouter : «Globalement les enfants qui avaient le risque le plus élevé étaient ceux dont les mères ont été exposées régulièrement aux pesticides.»

Abderrahim DERRAJI - 10 septembre 2017 20:45

Sondage

Droit de substitution avec compensation économique

Pour
Contre
sans opinion

Sponsorisé par