PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°704 16 octobre 2023
31396 Destinataires
ESSENTIALE 10 OCTOBRE 2023
[ ÉDITORIAL ]
Congrès pharmacovigilance : Les partenaires de la pharmacovigilance – l'alliance pour la sécurité du patient

Par Abderrahim Derraji, Docteur en pharmacie

Le rideau vient de tomber sur le Congrès de pharmacovigilance (PV) qui a eu lieu les 12, 13 et 14 octobre 2023 au Centre antipoison et de pharmacovigilance de Rabat.

Cette manifestation, organisée par la Société marocaine de pharmacovigilance et sécurité du patient, a drainé des professionnels de santé et du médicament, des enseignants et des étudiants. Ces derniers ont suivi, trois jours durant, des thématiques en relation avec la pharmacovigilance et la sécurité du patient.

L’animation des différentes conférences et tables rondes a été assurée par des intervenants marocains, européens ou en provenance d’autres pays africains et arabes.

Le premier jour a été dédié essentiellement aux aspects techniques de la PV, notamment le Plan de gestion des risques, le codage MedDRA, le code ATC DDD, etc.

Quant aux jours restants, ils ont permis de faire un état des lieux de la pharmacovigilance dans chaque secteur. Ils ont également permis de formuler des recommandations pour que cette discipline, qui garantit la sécurité des usagers des produits de santé, puisse continuer à se développer. 

En parallèle aux sessions plénières, le comité d’organisation a prévu plus d’une vingtaine de tables rondes très intéressantes.

Ce congrès s’est achevé par la cérémonie de clôture avec remise de trophées aux gagnants du prix Taïeb Bencheikh et par un hommage particulièrement émouvant qui a été rendu au Pr Rachida Soulaymani pour tout le travail accompli et l’abnégation dont elle a fait preuve pour développer la pharmacovigilance au Maroc. Un grand nombre d’experts nationaux et internationaux se sont relayés pour louer les qualités, l’engagement et le dévouement de cette femme qui a tant donné à la pharmacovigilance marocaine.

Revue de presse
Colchicine : posologie revue à la baisse et un message d’alerte sur le conditionnement secondaire  Colchicine : posologie revue à la baisse et un message d’alerte sur le conditionnement secondaire

Par un point d’information du 10 octobre 2023, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM – France) rappelle aux médecins généralistes, rhumatologues, gériatres, cardiologues, néphrologues, hépatologues, internistes, pharmaciens d’officine et pharmaciens-hospitaliers de réduire les doses de colchicine ou d’arrêter son administration en cas de diarrhée, nausées ou vomissements, signes de surdosage potentiel en colchicine

Le message «En cas d’apparition de diarrhée, nausées, vomissements, consultez votre médecin» figurera dorénavant sur la boîte de Colchicine.

Cette décision prise en raison du nombre toujours trop important d’intoxications à la colchicine est en phase avec les recommandations des sociétés savantes : European Alliance of Associations for Rheumatology (EULAR) et la Société française de rhumatologie (SFR).
Source : ANSM

Lire la suite
France : encore trop de grossesses sous carbamazépine France : encore trop de grossesses sous carbamazépine

Pour limiter l’exposition à la carbamazépine durant la grossesse qui présente des risques malformatifs pour l’enfant à naître, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM – France) propose de modifier les conditions de prescription et de délivrance (CPD) des médicaments à base de carbamazépine aux filles, aux adolescentes, aux femmes en âge de procréer et aux femmes enceintes. L’Agence suggère de mettre en place une attestation annuelle d’information partagée.

L’Agence française rappelle que la carbamazépine est un médicament tératogène qui expose en cas de grossesse à un risque élevé de malformations majeures. Les malformations peuvent être notamment une anomalie du tube neural (ouverture de la colonne vertébrale), une malformation du visage, telle qu’une fente de la lèvre supérieure et du palais, une malformation du crâne, des anomalies du cœur, une malformation du pénis impliquant l’orifice urinaire (hypospadias) et des anomalies au niveau des doigts.

Malgré cette tératogénicité avérée, l’examen des données issues du Système national de santé (SNDS) révèle une persistance d’un nombre important de grossesses exposées à la carbamazépine (274 femmes enceintes exposées en 2022). C’est pour cette raison que l’ANSM projette la mise en place de l’attestation annuelle d’information partagée.

L’Agence rappelle aux professionnels de santé et aux patientes l’importance de prendre en compte ces risques lors de toute prescription et dispensation de carbamazépine chez une femme en âge d’avoir des enfants ainsi qu’en cas de grossesse.

Par ailleurs, l’Agence rappelle que la carbamazépine ne figure plus parmi les traitements recommandés dans la prise en charge des douleurs neuropathiques.

Source : ANSM

Lire la suite
Stéatose hépatique : l’efruxifermin ne donne pas l’effet escompté  Stéatose hépatique : l’efruxifermin ne donne pas l’effet escompté

Akero Therapeutics AKRO.O a déclaré, mardi dernier, que son traitement de la stéatose hépatique sévère n'a pas atteint l'objectif principal lors d'un essai de phase intermédiaire.

Ce médicament dont le principe actif est l’efruxifermin, a été administré à 153 patients atteints de stéatose hépatite non alcoolique (NASH) présentant une cicatrisation grave du foie, ou cirrhose, dans le cadre de l'étude.

Environ 22 à 24% des sujets traités ont connu au moins un stade d'amélioration à la fin des 36 semaines, en fonction du dosage. Ce pourcentage est de 14% chez les sujets sous placebo.

Cet essai clinique a néanmoins atteint les objectifs secondaires, étant donné que 63% des malades recevant la dose la plus faible et 60% de ceux recevant la dose la plus élevée ont vu leurs symptômes de NASH disparaître, contre 26% de ceux recevant le placebo.

L'efruxifermine agit en imitant une hormone régulant le métabolisme des lipides, du glucose et de l'énergie ce qui lui permet de réduire les niveaux de collagène présents dans les cicatrices du foie.
Source : boursorama.com

Lire la suite
Une étude révèle que les vaccins à ARNm n'augmentent pas le risque de syndrome de Guillain-Barré Une étude révèle que les vaccins à ARNm n'augmentent pas le risque de syndrome de Guillain-Barré

Une nouvelle étude menée par EPI-PHARE (groupement d’intérêt scientifique en épidémiologie des produits de santé ANSM-Cnam) a démontré que les vaccins à ARNm (Comirnaty, Spikevax), qu’ils soient utilisés en primo-vaccination ou en rappel, n’augmentent pas le risque de syndrome de Guillain-Barré (SGB).

 

Par contre, cette étude montre un sur-risque associé aux vaccins adénoviraux Vaxzevria et Jcovden.

Par ailleurs, ces travaux ont révélé une augmentation du risque de développer le SGB chez les personnes ayant été infectées par la Covid-19. Ce risque est 3,8 fois plus élevé dans les 42 jours suivant un test de dépistage positif et 7,9 fois plus élevé en cas d’hospitalisation.

Source : ANSM

Lire la suite
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
L’ANSM procède à des suspensions d'AMM de certains médicaments dont les études de bioéquivalence ont été réalisées par la société indienne Synapse Labs. L’ANSM procède à des suspensions d'AMM de certains médicaments dont les études de bioéquivalence ont été réalisées par la société indienne Synapse Labs.
Approbation d'un projet de décret portant création de l'Agence marocaine du médicament et des produits de santé Approbation d'un projet de décret portant création de l'Agence marocaine du médicament et des produits de santé
Les niveaux de vaccination infantile dans le monde deviennent inquiétants Les niveaux de vaccination infantile dans le monde deviennent inquiétants
Sanaa Sayaghe élue présidente du LEMM Sanaa Sayaghe élue présidente du LEMM
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire