PHARMANEWS
La lettre hebdomadaire de pharmacie.ma
N°457 24 septembre 2018
11968 Destinataires
iberma-pharmanews
[ ÉDITORIAL ]
Rupture de stock : Une faute avouée est à moitié pardonnée !

Par Abderrahim DERRAJI

Les patients et les professionnels de santé se plaignent, de plus en plus, des ruptures de stock récurrentes qui constituent une véritable préoccupation de santé publique.

Durant cet été, nous avons assisté au Maroc à des ruptures d’approvisionnement sans précédent, notamment de contraceptifs oraux combinés (COC). Ces pénuries ont touché, dans un premier temps, certains COC à forte rotation, avant d’affecter, dans un deuxième temps, la plupart des autres contraceptifs à «prix abordable». Ces ruptures, qui ont surpris tout le monde, à commencer par les pharmaciens, ont contraint certaines patientes à changer trois ou quatre fois leur COC. Certaines femmes ont même stoppé leur contraception.

Cette problématique dont les causes sont multiples n’affecte pas uniquement le Maroc. Les pays magrébins et nos partenaires européens souffrent des mêmes maux. Et si par le passé, ces pénuries étaient plutôt conjoncturelles, aujourd’hui, elles sont en phase de devenir structurelles, et le manque d’informations n’est pas de nature à arranger les choses.

Contrairement aux Maghreb où le déni est souvent de mise, en Europe, les pénuries sont prises au sérieux, à l’image de la France qui multiplie les actions pour faire face aux ruptures.

Le dernier exemple en date est le plan entrepris par l’Agence nationale de sécurité des produits de santé (ANSM) afin de minimiser l’impact de la pénurie de certains dosages du SINEMET® (1) sur la santé de leurs usagers.

En effet, d’une part, les Centres experts dans la maladie de Parkinson, la Société française de neurologie et la Société francophone des mouvements anormaux ont été sollicités pour élaborer des recommandations de prise en charge des patients. Et d’autre part, l’ANSM a invité les patients actuellement sous SINEMET®, un antiparkinsonien de MSD à base de lévodopa et de carbidopa, à prendre rendez-vous avec leur médecin afin qu’il puisse évaluer, au cas par cas, la conduite à tenir.

Au Maroc, les patients, les médecins et les pharmaciens ne sont généralement pas informés des tensions d’approvisionnement et encore moins des dates prévues pour le retour à un approvisionnement normal du marché après une rupture de stock. Bien souvent, ils doivent, du jour au lendemain, faire face à une pénurie pouvant toucher des médicaments essentiels et ne disposant pas forcément d’alternatives thérapeutiques.

L’information ne semble pas, de ce fait, constituer, pour le moment, une priorité pour les décideurs. Quant aux textes de loi, ils sont devenus anachroniques. L’article 84 de la loi 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie fait référence à un arrêté du 12 juin 2002 (2). Cet arrêté définit le stock de sécurité, mais ne prévoit malheureusement pas un traitement spécifique des médicaments essentiels et/ou ne disposant pas d’alternatives thérapeutiques. On ne peut tout de même pas traiter de la même manière un anticancéreux et un simple sirop expectorant !

En plus de la réactualisation de cet arrêté souhaitée par la plupart des établissements pharmaceutiques, il s’avère primordial de doter le secteur du médicament et de la pharmacie d’un système de recueil d’informations performant et fiable. Ce système va nous permettre d’évaluer ces pénuries. Faute de quoi, toute stratégie visant à limiter les ruptures et garantir un approvisionnement optimal du marché sera vouée à l’échec.
Malgré tous les efforts, certaines ruptures sont inévitables. Dans ces cas, on devrait, au moins, aviser à temps les patients et les professionnels de santé. Ne dit-on pas qu'"une faute avouée est à moitié pardonnée" ?

Source :  (1) Lien  (2) Lien

OROSTIM B2-newsletter-Test
Revue de presse
Mélanome avancé : l’UE donne son feu vert pour Braftovi® et Mektovi® Mélanome avancé : l’UE donne son feu vert pour Braftovi® et Mektovi®

Suite à des résultats positifs d'un essai clinique de phase III, l'association de Braftovi (encorafenib) et Mektovi (binimetinib) vient d’obtenir le feu vert de la Commission européenne dans la prise en charge de patients adultes atteints d'un mélanome avancé porteur d'une mutation dite BRAF.

Braftovi® et Mektovi® qui ont également obtenu, en juin dernier, l’autorisation de la FDA(Administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) ont été développés en partenariat avec l’américain ArrayBioPharma qui détient les droits de les commercialiser en Amérique du Nord, au Japon et en Corée du Sud.

L’encorafenib et le binimetinib sont deux molécules inhibitrices des protéines kinases, enzymes jouant un rôle clé dans la prolifération notamment de cellules cancéreuses d'un mélanome.

Ce nouveau traitement viendra s’ajouter aux thérapies déjà mises sur le marché par les laboratoires Roche et Novartis.

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr

Lire la suite
Cas rarissime : transmission de cancer suite à un don d’organe Cas rarissime : transmission de cancer suite à un don d’organe

D’après un article relayé par la revue "American journal of transplantation", une femme européenne de 53 ans atteinte d’un cancer non diagnostiqué de son vivant a transmis sa tumeur à quatre patients ayant reçu ses organes.

En 2007, cette femme a été victime d’un accident vasculaire cérébral. Les médecins, et après avoir effectué les examens qui s’imposent dans pareils cas, ont fini par donner leur feu vert.

Son cœur, ses poumons, ses reins et son foie ont été transplantés à cinq patients en attente d’une greffe.

Quatre greffées sur cinq ont développé un cancer du sein, et trois en sont décédées. Quant à la patiente qui a bénéficié d’une greffe du cœur, elle a succombé à une septicémie cinq mois après la greffe. Cette septicémie n’est pas liée au cancer de la donneuse d’organe.

Le seul transplanté qui a survécu est un homme de 32 ans qui a bénéficié d’une greffe de rein.
Une biopsie effectuée en 2011 chez ce dernier a mis en évidence une tumeur dans le rein transplanté. Malgré une ablation du rein en question, des métastases ont été décelées au niveau des poumons et des ganglions lymphatiques. Les tumeurs ont régressé grâce à une chimiothérapie qui a duré un an. Le patient se porte bien.

Un test ADN a confirmé que le cancer a été transmis aux quatre patientes décédées par la donneuse et deux hypothèses ont été avancées :


"L’une de nos hypothèses est que la donneuse avait un cancer du sein avec des métastases ou des micro-métastases dans chacun des organes transplantés", expliquent les chercheurs. Ces métastases ont pu progresser après la transplantation sous l’influence des traitements immunosuppresseurs.

Une seconde hypothèse explique ce cas par la stimulation de la croissance des cellules cancéreuses induite durant la période où les organes ont été privés de sang et d’oxygène après le décès de la donneuse.

D’après les chercheurs, le risque de transmission d’une tumeur lors d’un don d’organes est de l’ordre de 0,01 à 0,05%.

Lire la suite
Suisse :  Certains médicaments à prescription obligatoire seront délivrés sans ordonnance Suisse : Certains médicaments à prescription obligatoire seront délivrés sans ordonnance

Le Conseil fédéral a annoncé, vendredi dernier, que les pharmaciens suisses pourront bientôt dispenser des médicaments qui étaient jusque-là délivrés uniquement sur ordonnance.

La nouvelle loi réglementant la délivrance des produits thérapeutiques, qui deviendra effective dès le premier janvier prochain, a pour objectif de simplifier l’accès aux médicaments et de promouvoir l'automédication.

Dans un premier temps, les patients pourront se procurer des antihistaminiques et d’après une déclaration de l’Office fédéral à la RTS, cette liste n’est pas définitive et d’autres médicaments pourraient y figurer prochainement.

Par ailleurs, pour encourager la mise sur le marché de nouvelles spécialités pharmaceutiques conçues spécifiquement pour les enfants, le Conseil fédéral prévoit, pour les fabricants qui démontreront, études à l'appui, que leur médicament peut être utilisé chez les enfants, une prolongation de six mois de leurs brevets.
Source : https://www.rts.ch 

Lire la suite
Tunis : Le Syndicat des pharmaciens organise les vendredi et samedi prochains le 2e Forum de l’officine Tunis : Le Syndicat des pharmaciens organise les vendredi et samedi prochains le 2e Forum de l’officine

C’est sous le thème "L’officine, défis et perspectives" que le Syndicat des pharmaciens d’officine de Tunisie organisera la deuxième édition de son forum.

Plus de 2.000 pharmaciens en provenance de plusieurs pays francophones feront le déplacement au Parc des expositions du Kram pour suivre un programme qui s’articule autour de plusieurs thématiques concernant la pharmacie d’officine.

En plus de nombreuses séances qui rentreront dans le cadre de la formation continue, les organisateurs réuniront tous les ingrédients pour mener une réflexion sur les leviers de développement à adopter pour que la profession puisse s’adapter à un environnement en perpétuel changement.

La pharmacie clinique, l’adoption de modes de rémunération plus appropriés, la mise en place de groupements d’intérêt économique ou de nouveaux statuts juridiques de l’officine et la digitalisation de l’officine constitueront les sujets les plus importants qui seront débattus lors de cette rencontre.

Les recommandations qui seront issues de ce forum constitueront des éléments précieux pour l’adoption d’une feuille de route à même de permettre à la pharmacie tunisienne et maghrébine de mieux s’adapter à l’évolution inéluctable que connaît le secteur.

Lire la suite
Aflorex
Les articles les plus lus sur pharmacie.ma
Bayer licencie en masse ! Bayer licencie en masse !
Secteur de la santé : la Propriété Intellectuelle en question Secteur de la santé : la Propriété Intellectuelle en question
Augmentation de 50 % de la taxe sur les boissons sucrées Augmentation de 50 % de la taxe sur les boissons sucrées
Décembre : l’heure est aux bilans ! Décembre : l’heure est aux bilans !
Nouveaux sur medicament.ma
MONOPROST 50 Microgrammes / ML, Solution ophtalmique
LABORATOIRE : SOTHEMA
COMPOSITION : Latanoprost
INDICATION (S) : Ophtalmologie, analogue de prostaglandine
PRESENTATION : Boite de 6 sachets. Chaque sachet contient 5 récipient unidoses de 0.2 ml.
PPV : 178.9DHS
ANDOL 3%, Solution buvable
LABORATOIRE : COOPER PHARMA
COMPOSITION : Paracétamol
INDICATION (S) : Analgésique - Antipyrétique
PRESENTATION : Flacon de 90 ML
PPV : 17.5DHS
SOBRUS - bannière4
Prochains événements
11ème Congrès National de Pharmacovigilance Le 14.12.2018 - Rabat Lire la suite
Voir d’autres événements
Qui sommes-nous ? - Charte d’utilisation
Partager Contactez-nous
Se désinscrire